Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard (1760) - Cours de Français avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard (1760)

Objectif : Connaître une œuvre dramatique majeure du XVIIIe siècle.
1. Une œuvre influencée par la comédie italienne

Comédie en trois actes de Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard est représenté pour la première fois en 1730 sur la scène du Théâtre-Italien. La pièce reprend un certain nombre de procédés traditionnels de la comédie italienne.

a. Les thèmes
L'intrigue repose sur le mariage des maîtres qui sont aidés pour mener à bien cette entreprise de leurs valets : Silvia doit épouser Dorante et demander à Lisette de prendre sa place afin d'examiner à loisir son prétendant.
b. Les personnages
Le personnage d'Arlequin est directement inspiré de son modèle italien, même si les coups de bâton et les lazzi occupent une place mineure.
Le personnage de Silvette reprend des caractéristiques du type de la servante, et la mise en scène des rapports entre maîtres et valets est un ressort traditionnel de la comédie.
c. Les procédés comiques
Ils reposent sur les quiproquos entraînés par le travestissement des maîtres et des valets, mais aussi sur le langage avec le décalage entre le langage précieux des maîtres et sa parodie dans la bouche des valets.
La pièce est également marquée par la vivacité du rythme et les rebondissements des dialogues propres à  la commedia dell'arte. Marivaux les expoite à merveille mettant en valeur l'enchaînement des répliques, fondé sur la reprise des thèmes et l'art de la répartie.
Silvia. - Tu peux te passer de me paler d'amour, je pense ?
Dorante. - Tu pourrais bien te passer de m'en faire sentir, toi ?

ou encore
Dorante. - Ah ! Je te cherchais, Lisette.
Silvia : - Ce n'était pas la peine de me trouver, car je te fuis, moi.


Si la pièce de Marivaux s'inspire de la commedia dell'arte, elle lui apporte finesse et subtilité.

2. Les règles d'un jeu complexe

L'apparent désordre qui livre les personnages au jeu de l'amour et du hasard masque la minutie avec laquelle l'œuvre est composée.

a. Une intrigue fondée sur un double travestissement
Silvia, réticente à l'idée de se marier, obtient de son père (M. Orgon) l'autorisation d'échanger son rôle avec celui de sa servante (Lisette) : elle souhaite examiner son prétendant (Dorante) à son insu, lors de leur rencontre. Dorante a conçu un projet similaire : son valet (Arlequin) endossera son propre rôle, tandis qu'il se présentera sous les traits du valet Bourguignon. Victimes de leur supercherie, les deux promis finissent par s'entendre ainsi que leurs domestiques, sous le regard de deux spectateurs avertis, M. Orgon et Mario, frère de Silvia.
b. Le théâtre dans le théâtre
  • La structure d'ensemble : mise en abyme et double registre
    À la comédie que regarde le public se superpose un autre spectacle, que les personnages travestis (Silvia, Dorante, Lisette, Arlequin) offrent à des personnages à la fois spectateurs et acteurs (M. Orgon et Mario).
  • La structure interne : symétries et oppositions
    Réciprocité des sentiments (Dorante et Silvia, Arlequin et Lisette).
    Écho burlesque et dissonance comique (L'amour des valets comme miroir déformé de celui des maîtres ; le langage d'Arlequin contrastant avec ses habits).
    Dissymétrie des aveux (Dorante lève le masque avant Silvia, faisant de Silvia un personnage à part).
  • Le double stratagème entraîne chez Silvia et Dorante une crise d'identité qui leur permet d'ouvrir les yeux sur les différences de condition sociale et de mettre à jour leur amour :
  • Les maîtres doivent se mettre à la place des valets et renoncer un moment aux avantages liés à leur condition. Leur déguisement finit ainsi par leur peser et par entraîner une confusion croissante dans leurs sentiments : Silvia s'interroge :
- Qu'est-ce que cela veut dire ? ... Où en sommes-nous ?,
tout comme Dorante qui déclare :
- Je ne sais plus où j'en suis ; cette aventure m'étourdit. Que faut-il que je fasse ?
Quand les masques tombent, tout finit par rentrer  dans l'ordre : les maîtres se marient entre eux et les valets aussi.

Mais le temps du masque, les conditions sociales ont été temporairement bouleversées : les maîtres ont pris conscience de l'arbitraire des inégalités et ont appris que : le mérite vaut bien la naissance. Face à cette injustice le théâtre de Marivaux ne prône pas une révolution sociale, mais cherche plutôt à mettre en avant la vérité du coeur qui transcende les inégalités de condition :
Hélas, quand vous ne seriez que Perette ou Margot, (...) vous auriez toujours été ma princesse, répond avec humour Arlequin à Lisette.
c. La psychologie amoureuse
  • L'être et le paraître :
    Marivaux montre comment l'amour, ce sentiment sincère et naturel, parvient à s'épanouir, malgré les obstacles que sont l'amour-propre et le préjugé social.
  • L'amour au cœur de l'action :
    Centrée sur le progrès du sentiment amoureux, l'action se passe dans un lieu clos, et selon une temporalité subjective (Le tempo lent des scènes sentimentales contraste avec le rythme soutenu d'autres scènes).
  • Définition :
    Le marivaudage constitue pour son inventeur le champ d'exploration de la psychologie amoureuse. Il est l'expression de tout ce qui trahit ou matérialise les mouvements du cœur, d'abord réticent à se livrer. Il ne saurait se réduire au badinage. Il peut être sérieux ou comique, selon qu'il concerne les maîtres ou les valets.
  • Procédés :
    Dans le langage : la reprise de mots, la préciosité et l'inventivité du style ;
    À la lisière du langage : le silence, la tonalité de la voix ;
    Hors langage : les déplacements et gestes des personnages.
3. Une œuvre ambiguë
a. La moralité des personnages
  • Cruauté d'un père :
    M. Orgon, quoique bon père, use de son autorité pour se jouer de sa fille. Il trouve en son fils un complice.
  • Cruauté d'une amante :
    Silvia, lorsque Dorante lui a révélé sa véritable identité, conserve son masque ; elle en fait sa dupe et triomphe de lui.
 
  • Cruauté des maîtres :
    La permutation des rôles met en valeur le ridicule des valets et leur donne l'illusion de se hisser socialement.
b. Une critique de la société ?
  • La question du mariage :
    Si le mérite dépasse la naissance, Marivaux ne plaide jamais réellement en faveur de la mésalliance ; celle de Dorante et de Silvia n'est qu'un jeu.

     

  • Le préjugé social :
    La mobilité sociale n'est qu'un leurre : la personnalité des personnages est constitutive de leur classe sociale ; la fin de la pièce est un retour à l'ordre initial.
c. Représenter sans juger

La pièce ne prétend rien condamner, ni justifier. À travers elle, Marivaux s'efforce seulement de comprendre les mécanismes qui régissent nos sentiments et notre société.

L'essentiel

Si la composition du Jeu de l'amour et du hasard est influencée par la comédie italienne, elle ne doit sa minutie qu'à Marivaux. L'œuvre s'efforce de représenter, grâce aux finesses du marivaudage, les mécanismes du cœur humain.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents