« Madame Bovary », Gustave Flaubert : Lecture méthodique 1 - La recherche d'un bonheur idéalisé - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

« Madame Bovary », Gustave Flaubert : Lecture méthodique 1 - La recherche d'un bonheur idéalisé

Objectif
Aborder une thématique importante du roman et en comprendre les enjeux.
En 1857, le roman Madame Bovary paraît enfin, après un travail acharné et douloureux de presque 5 années et un procès devant la 6e chambre correctionnelle pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ».
Son auteur, Gustave Flaubert, est finalement acquitté et le procès assure le succès du roman, permettant à Madame Bovary de se hisser au rang de classique de la littérature française.

L’extrait choisi ici est la suite de la scène de la balade à cheval avec Rodolphe, au cours de laquelle Emma devient sa maîtresse.

Cet extrait se situe dans la deuxième partie du roman, au chapitre IX :
« D’abord ce fut comme un étourdissement [...] Elle le savourait sans remords, sans inquiétude, sans trouble. »
1. Les relations masculines d’Emma
a. Le monde étriqué de Charles
Charles Bovary, le mari d'Emma, devient rapidement à ses yeux tout ce qu’elle déteste, tout ce qu’elle veut fuir : il est à ses yeux médiocre, sans ambition, maladroit, sans séduction.
b. Le monde du rêve : le vicomte
Le vicomte, rencontré fugitivement le temps d’une danse au bal de la Vaubyessard, est l’un des personnages principaux de la vie rêvée par Emma.
Il représente l’idéal amoureux, elle peut l’idéaliser : il ressemble aux personnages de ses lectures et rien n’altère cette image qu'elle a de lui puisqu'elle ne le connaît pas vraiment. À ce titre, grâce à l’imagination d’Emma, le vicomte revêt le caractère du héros romanesque.

• Mais cet épisode est aussi un éveil à la sensualité : ils s’enlacent, leurs corps s’entremêlent même et son regard insistant provoque « une torpeur ».

• Elle est fascinée par son élégance, matérialisée par la boîte à cigares en argent trouvée sur le chemin de retour après le bal qui devient pour elle un objet mythique.

• La veille de sa mort, elle croit le reconnaître dans un tilbury qui a failli l’écraser. Un gentleman en fourrure de zibeline a attiré son attention :

« Qui était-ce donc ?… Mais c’était lui, le Vicomte ! Elle se détourna : la rue était déserte… Puis elle pensa qu’elle s’était trompée. ».
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857
c. Le romantisme : Léon
• À Yonville, Emma éprouve pour Léon un amour platonique. Son discours romantique est propre à faire naître des sentiments chez la jeune femme.

• Dès que Léon rencontre Madame Bovary, ils s’avouent leur prédilection pour la littérature romantique. Plus tard, leur relation évoluant, Emma se pose la question de l’amour ; elle ne sait pas le reconnaître, c’est un sentiment nouveau pour elle.

« L’amour, croyait-elle, devait arriver tout à coup, avec de grands éclats et des fulgurations, – ouragan des cieux qui tombe sur la vie, la bouleverse, arrache les volontés comme des feuilles et emporte à l’abîme le cœur entier. »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

Mais « son cœur bondit », lorsqu’elle devine l’amour de Léon :

« — Oui, charmant ! charmant !... N’aime-t-il pas ? se demanda-t-elle. Qui donc ?... mais c’est moi ! Toutes les preuves à la fois s’en étalèrent, son cœur bondit. »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

• Cependant, le romantisme de Léon, sans nuances, plein de clichés, trahit l’ironie de Flaubert, désireux de prendre de la distance avec le lyrisme.
d. Rodolphe : le séducteur stratège et cynique
• C’est Rodolphe qui, du début à la fin, mène le jeu. Pour lui, Emma n’est qu’un plaisir parmi d’autres.

• Ce séducteur expérimenté et stratège charme principalement Emma avec ses paroles.
Il fait trois fois de longs discours : lors des comices, six semaines après les comices et juste avant leur première relation sexuelle.

• Il lui fait entrevoir la possibilité du bonheur :

« Il se rencontre un jour, répéta Rodolphe, un jour, tout à coup, et quand on en désespérait. Alors des horizons s’entrouvrent, c’est comme une voix qui crie : « Le voilà ! ».
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

• Il fait l’éloge de la passion, il en appelle à la fatalité de leur rencontre.

« Ne sont-elles pas (les passions) la seule belle chose qu’il y ait sur la terre, la source de l’héroïsme, de l’enthousiasme, de la poésie, de la musique, des arts, de tout enfin ? »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

• Il sait séduire Emma en jouant naturellement sur la corde romantique.
2. « J’ai un amant ! J’ai un amant ! »
• Mais l’acte qui l’a transformée le plus radicalement et qui l’a fait définitivement aimer Rodolphe n’est pas la parole mais la relation sexuelle : la manifestation du désir sexuel de l’autre. Ainsi, juste après cet acte :

« Elle se répétait : "J’ai un amant ! un amant !" se délectant à cette idée comme à celle d’une autre puberté qui lui serait survenue. Elle allait donc posséder enfin ces joies de l’amour, cette fièvre du bonheur dont elle avait désespéré. »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

• Elle ne ressent aucun regret, aucun remord, elle ressemble désormais aux héroïnes des livres qu’elle avait lus, aux nombreuses femmes adultères :

« Elle se mit à chanter dans sa mémoire avec des voix de sœurs qui la charmaient. Elle devenait elle-même comme une partie véritable de ces imaginations. »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

• Sa joie est fondée sur le monde des livres qui alimentent sans cesse sa réalité.

« Elle devenait elle-même comme une partie véritable de ces imaginations et réalisait la longue rêverie de sa jeunesse… »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857
a. Le lyrisme d’Emma
Les figures de style témoignent du lyrisme d'Emma Bovary :

Le champ lexical du bonheur extrême : « étourdissement », « transfigurait », « fièvre » (2 occurrences), « joies de l’amour », « passion », « extase », « délire », « bouillonnement joyeux »…
Ce bonheur extrême a un effet direct sur son physique, elle est transfigurée.

Le rythme ternaire donne un rythme de valse à ce passage : « les arbres », « les chemins », « les fossés », « passion », « extase », « délire », « sans remords », « sans inquiétude », « sans trouble »…

Les accumulations : « si grands », « si noirs », « ni d’une telle profondeur »…

Le pronom personnel « je » : « J’ai un amant ! j’ai un amant ! »
Le style direct, très rare dans l’ensemble du roman, est d’autant plus remarquable : il souligne l’aspect lyrique de l’extrait.

Le point de vue interne :

« N'avait-elle pas assez souffert ! Mais elle triomphait maintenant, et l'amour, si longtemps contenu, jaillissait tout entier avec des bouillonnements joyeux. Elle le savourait sans remords, sans inquiétude, sans trouble. »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

Les sens en éveil : vue (« voyait », « s’apercevant »), ouïe (« sifflaient »), toucher (« sentait encore l’étreinte »), goût (« se délectait », « savourait »).

Les correspondances avec la nature : la sensualité de la nature (« le feuillage frémissait », « les joncs sifflaient »), l’ombre et la lumière (« les sommets du sentiment étincelaient », « tout en bas », « dans l'ombre »)…

Les sentiments opposés : vengeance et triomphe ; merveilleux et souffrance…
b. La satire du romantisme
• Le point de vue est interne, il est celui d'Emma ; cependant, on sent l'ironie du narrateur omniscient, qui sait que cette aventure n'est pas la grande passion dont Emma rêve et qu'elle a idéalisée à travers les romans sentimentaux.
Quelques indices sont semés au fil du texte : l’adjectif à connotation péjorative « bleuâtre », et surtout les trois expressions « sans remords », « sans inquiétude », « sans trouble » qui annoncent une suite sombre à « cet amour qui jaillissait avec des bouillonnements joyeux ».

• On sent également l’ironie du narrateur dans le caractère exagéré, exacerbé des sentiments et sensations ressentis. Le romantisme donne à la réalité la plus triviale (ici, l’adultère) un aspect merveilleux.

• D’autre part, l’ironie vise le goût du romantisme d’Emma, il dénonce ses lectures :

« Ce n’étaient qu’amours, amants, amantes, dames persécutées s’évanouissant dans des pavillons solitaires, postillons qu’on tue à tous les relais, chevaux qu’on crève à toutes les pages, forêts sombres, troubles du cœur, serments, sanglots, larmes et baisers, nacelles au clair de lune, rossignols dans les bosquets, messieurs braves comme des lions, doux comme des agneaux, vertueux comme on ne l’est pas, toujours bien mis, et qui pleurent comme des urnes. »
Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1857

• Il veut également dénoncer les dangers du rêve : « et réalisait la longue rêverie de sa jeunesse ».
L'essentiel
Le roman Madame Bovary est paru en 1857, après 56 mois de travail acharné. Le passage étudié dans cette lecture méthodique se situe au chapitre IX de la deuxième partie du roman.

Cet extrait raconte le retour d’Emma chez elle ; après la balade à cheval, elle devient la maîtresse de Rodolphe.
Cet extrait offre deux niveaux de lecture : d'un côté figurent le lyrisme et le sentimentalisme d’Emma, de l'autre une satire du lyrisme et du romantisme de la part du narrateur.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents