« Madame Bovary », Gustave Flaubert : Le procès - Maxicours

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

« Madame Bovary », Gustave Flaubert : Le procès

Objectif
Inscrire le roman dans le contexte social et politique de l'époque.
Le roman Madame Bovary, de Gustave Flaubert, créé à partir d’un fait divers véritable, est paru en 1857. Flaubert le débute en 1851, il travaille sur son œuvre jusqu’en 1856. D’octobre à décembre, le texte est publié dans la Revue de Paris sous la forme de feuilletons.

En février 1857, le gérant de la revue, l’imprimeur et Gustave Flaubert sont jugés pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ».

Défendu par l’avocat Antoine Jules Sénard, Gustave Flaubert est blâmé pour « le réalisme vulgaire et souvent choquant de la peinture des caractères » mais il est acquitté malgré le réquisitoire du procureur Ernest Pinard.
Le roman connaît alors un succès immense en librairie.

Doc.1. Portrait d' Antoine Jules Sénard

1. La genèse
Un fait divers : l’affaire Delamare

En 1851, ce sont ses deux amis Louis Bouilhet et Maxime Du Camp qui attirent son attention sur un fait divers qui s'est déroulé en 1848, dans le village de Ry en Haute-Normandie. Le médecin Eugène Delamare, après le décès de sa femme, se remarie avec une jolie jeune femme d’environ dix-sept ans avec laquelle il a une fille. Mais par la suite, sa femme a une aventure, contracte des dettes et se suicide par le poison.

Un second fait divers : l’affaire Lafarge

L’affaire Delamare n’est pas la seule source de Madame Bovary. Flaubert a aussi été inspiré par une autre célèbre histoire d’empoisonnement du début du siècle, l’affaire Lafarge. En 1940, Marie Lafarge, fille d'un colonel d'artillerie de la garde impériale, petite nièce naturelle du roi Louis-Philippe est accusée d'avoir empoisonné son mari à l'arsenic. Elle fut condamnée aux travaux forcés à perpétuité alors que le doute sur sa culpabilité subsistait, divisant l'opinion publique en deux camps : les Lafargistes et les anti-Lafargistes.

Un document : les Mémoires de Madame Ludovica

Un autre récit a pu inspirer son roman : les Mémoires de Madame Ludovica. Ces Mémoires étaient en réalité ceux de Louise Pradier, la femme d'un ami à Flaubert, le sculpteur James Pradier. Ils retraçaient les aventures amoureuses et les problèmes financiers de l'épouse Pradier.

Une source interne à Flaubert

Le roman Madame Bovary n'a seulement des origines « extérieures », mais il a aussi une source « interne ». En 1851, Flaubert a déjà trois sujets de roman en tête qu'il va finalement regrouper en un : La Nuit de Don Juan, avec pour thèmes l’amour absolu et la déception, L’Histoire de la femme qui veut se faire baiser par le Dieu et Mon projet flamand, l’histoire d’une jeune fille qui meurt dans une petite bourgade de province.

En définitive, Madame Bovary se différenciera totalement de ce que Flaubert voulait faire initialement. L'écriture de ce roman est vécu comme « une corvée » (d'après son expression) qui repose sur un pur exercice de style, dans lequel il s’efforce de tenter d’ « expurger » son écriture romantique.
2. Le procès
• Dès sa parution, c'est le scandale : l'histoire d'Emma qui se réfugie dans ses lectures, puis dans l'adultère, choque la censure.
Flaubert est poursuivi pour « outrage aux bonnes mœurs et à la religion » : on lui reproche ses « tableaux lascifs », ses « images voluptueuses mêlées aux choses sacrées ».

• Pendant la rédaction de son roman, Flaubert est conscient d’écrire un livre qui scandalisera une partie du public. D’ailleurs, les arguments des adversaires du roman sont déjà présents dans les discussions entre Charles et sa mère qui veut interdire à Emma « les mauvais livres » et menace « d’avertir la police si le libraire persistait dans son métier d’empoisonneur ».

• Avant le procès, un différend entre les éditeurs et l’auteur avait déjà failli le conduire devant la justice, mais en tant que plaignant. Les éditeurs jugeaient indispensable d’alléger certaines scènes : la noce, les Comices, l’opération du pied-bot, la scène du fiacre.

Flaubert avait accepté de modifier son texte sur conseil de son ami Louis Bouilhet, à condition que tous les passages supprimés soient rétablis dans la Revue de Paris. (Les manuscrits portent la trace des coupes demandées par les éditeurs). Malgré la parole donnée, les éditeurs reculent et ne publient pas la scène du fiacre, par crainte de la police correctionnelle.

Le 29 janvier 1857, les trois accusés comparaissent devant la 6e chambre correctionnelle.

• Dans un très long réquisitoire, Ernest Pinard, procureur impérial, reproche la couleur « lascive » du roman, « la beauté de provocation » qui caractérise Emma, le mélange de sacré et profane, il dit également être choqué par la « domination » qu’exerce Emma sur les hommes et par le fait que l’auteur n’intervient jamais dans son œuvre pour juger la conduite de ses personnages, il fait observer qu’il n’a en outre introduit aucun personnage qui soit le tenant de la moralité.
Doc.2. Caricature d'Ernest Pinard (1822-1909), procureur de l'Empire qui persécuta Gustave Flaubert au lendemain de la publication de Madame Bovary

Aucune charge n'est retenue grâce à la plaidoirie de l’avocat Maître Sénard qui plaide en faveur d’un fils de bonne famille respectée, qui montre la punition du vice par le suicide de son personnage.

• Flaubert est acquitté, mais restera blessé par cet épisode judiciaire. Toutefois, ce procès témoigne d’une évolution dans la conception que la société se fait de la morale dans l’art.

Madame Bovary n’est pas le seul roman à traiter de ce sujet, en 1858, paraît Fanny d’Ernest Feydeau, qui raconte également les amours adultères d’une femme mariée. Mais Feydeau échappe totalement à la justice car il reçoit l’appui et la caution du critique littéraire Sainte-Beuve qui fait et défait les succès des écrivains de l’époque et qui se retrouve dans l’histoire de Fanny, puisqu’il entretient une relation amoureuse avec Adèle, la femme de Victor Hugo.

• Baudelaire fera également l’expérience malheureuse de la censure qui sévit alors en France, dès juillet 1857 pour Les Fleurs du Mal ; il sera condamné devant le même tribunal pour « excès de réalisme ».

Ce procès a finalement assuré le succès du roman et permis à Madame Bovary de se hisser au rang de classique de la littérature française. Flaubert était satisfait de ce succès foudroyant qu’il aurait cependant préféré devoir à l’art plutôt qu’à ce scandale judiciaire.
L'essentiel
Le roman Madame Bovary est paru en 1857, après 56 mois de travail acharné, et un procès devant la 6e chambre correctionnelle pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ».

Après un très long réquisitoire d'Ernest Pinard, qui reproche la couleur « lascive » du roman et « la beauté de provocation » qui caractérise Emma, aucune charge n'est retenue contre Flaubert grâce à la plaidoirie de maître Sénard. Dans celle-ci, il plaide en faveur d’un fils de bonne famille respectée qui montre la punition du vice par le suicide de son personnage. Flaubert est acquitté, mais restera blessé par cet épisode judiciaire.

Ce procès a finalement assuré le succès du roman et permis à Madame Bovary de se hisser au rang de classique de la littérature française.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.