« Madame Bovary », Gustave Flaubert : La perfection du style - Maxicours

« Madame Bovary », Gustave Flaubert : La perfection du style

Objectif
Découvrir comment naît ce que l’on appelle « la perfection du style » chez Flaubert.
Le roman Madame Bovary paraît en 1857 ; il est édité par Michel Lévy Frères, après 56 mois de travail acharné et quelques 5 000 pages de brouillons et de manuscrits.

Flaubert laisse à la postérité et aux chercheurs en littérature une abondante correspondance qui explicite son travail ; il existe en outre de nombreux écrits de ses contemporains qui éclairent également son travail de création.
1. Les affres de la création littéraire chez Flaubert
a. La documentation
L’incipit du roman est précédé de volumes de notes documentaires, de plans et de scénarios.

On peut y trouver des notes telles que « Il lit Le Traité pratique du pied-bot du docteur Duval, L’Officine ou Répertoire général de pharmacie pratique », « il assiste à un comice agricole », etc.
b. Les brouillons
Le manuscrit définitif du roman comporte 470 feuillets, mais ce sont plus de 4 500 feuilles que Flaubert a écrites, annotées, retravaillées, récrites… et qui sont désormais consultables sur Internet.

Doc.1. Page manuscrite avec corrections et ratures du roman Madame Bovary de Gustave Flaubert

« [Flaubert] travaille avec une obstination féroce, écrit, rature, recommence, surcharge les lignes, emplit les marges, trace des mots en travers, et sous la fatigue de son cerveau il geint comme un scieur de long. »
Maupassant, Souvenirs d’un an
 
« Mille préoccupations l'obsèdent. Il condense quatre pages en dix lignes ; et la joue enflée, le front rouge, tendant ses muscles comme un athlète qui lutte, il se bat désespérément contre l'idée, la saisit, l'étreint, la subjugue, et peu à peu, avec des efforts surhumains, il l'encage, comme une bête captive, dans une forme solide et précise. »
Maupassant, Souvenirs d’un an
c. L’épreuve du gueuloir
Après le travail acharné, la lutte avec les mots, les sonorités et les rythmes à l’écrit, Flaubert passe son texte à l’épreuve de la lecture à voix haute pour lui-même, à l’épreuve de ce qu’il nomme le « gueuloir ».

« Je vois assez régulièrement se lever l’aurore (comme présentement), car je pousse ma besogne fort avant dans la nuit, les fenêtres ouvertes, en manches de chemise et gueulant, dans le silence du cabinet, comme un énergumène ! »
Flaubert, Lettre à Madame Brenne
 
« Une phrase est viable, disait [Flaubert], quand elle correspond à toutes les nécessités de la respiration. Je sais qu'elle est bonne lorsqu'elle peut être lue tout haut. Les phrases mal écrites, écrivait-il dans la préface des Dernières Chansons de Louis Bouilhet, ne résistent pas à cette épreuve ; elles oppressent la poitrine, gênent les battements du cœur et se trouvent ainsi en dehors des conditions de la vie. »
Maupassant, Gustave Flaubert
d. La lecture à voix haute à ses proches
« Si je n'ai pas répondu plus tôt à ta lettre dolente et découragée, c'est que j'ai été dans un grand accès de travail. Avant-hier, je me suis couché à 5 heures du matin et hier à 3 heures. Depuis lundi dernier, j'ai laissé de côté toute autre chose, et j'ai exclusivement toute la semaine pioché ma Bovary, ennuyé de ne pas avancer. Je suis maintenant arrivé à mon bal que je commence lundi. J'espère que ça ira mieux. J'ai fait, depuis que tu ne m'as vu, 25 pages net (25 pages en six semaines). Elles ont été dures à rouler. Je les lirai demain à Bouilhet. Quant à moi, je les ai tellement travaillées, recopiées, changées, maniées, que pour le moment je n'y vois que du feu. Je crois pourtant qu'elles se tiennent debout. »
Flaubert, Correspondance à Louise Colet
 
« Il est rouge, il est violet : – "une cerise à l'eau-de-vie tombée dans le feu", disait Théo. – C'est Gustave Flaubert.
Il vient de lire à haute voix, de déclamer des fragments de Salammbô : la scène du serpent, l'entrevue de la fille d'Hamilcar et de Mathô. »
  Joseph Primoli, Gustave Flaubert chez la princesse Mathilde.
e. Le travail acharné et la patience de l’artisan
Flaubert présente son travail comme une lutte patiente contre la matière. Plus que de l’inspiration, la création littéraire provient du travail constant.

« Il faut une volonté surhumaine pour écrire. Et je ne suis qu'un homme. »
Flaubert, Lettre à Louise Colet
 
« Écrire était donc pour lui une chose redoutable, pleine de tourments, de périls, de fatigues. Il allait s'asseoir à sa table avec la peur et le désir de cette besogne aimée et torturante. Il restait là, pendant des heures, immobile, acharné à son travail effrayant de colosse patient et minutieux qui bâtirait une pyramide avec des billes d'enfant. »
Maupassant, Gustave Flaubert
 
« Obsédé par cette croyance absolue qu'il n'existe qu'une manière d'exprimer une chose, un mot pour la dire, un adjectif pour la qualifier et un verbe pour l'animer, il se livrait à un labeur surhumain pour découvrir, à chaque phrase, ce mot, cette épithète et ce verbe. Il croyait ainsi à une harmonie mystérieuse des expressions, et quand un terme juste ne lui semblait point euphonique, il en cherchait un autre avec une invincible patience, certain qu'il ne tenait pas le vrai, l'unique. »
Maupassant, Gustave Flaubert
 
« La causerie va sur Flaubert, ses étranges procédés de conscience, de patience, de sept ans de travail :
Figurez-vous que l'autre jour, il m'a dit : "C'est fini ; je n'ai plus qu'une dizaine de phrases à écrire, mais j'ai toutes mes chutes de phrases !" Ainsi, il a déjà la musique des fins de phrases qu'il n'a pas encore faites, il a ses chutes... Que c'est drôle, hein ?... »
  Edmond et Jules Goncourt, Mémoires de la vie littéraire, Journal
2. Des caractéristiques du style de Flaubert
a. La notion de style
L'écriture est un travail sur le style.
On appelle « style » une façon d'écrire directement liée au genre littéraire jusqu’au 18e siècle. Ensuite, cette notion s’est transformée pour devenir avant tout le signe d'une expression personnelle.

Le style d'un écrivain, c'est sa signature, sa marque de fabrique. Plus qu'une technique, le travail sur les mots et la phrase révèle véritablement un auteur, exprime sa vision du monde et de la littérature.

« Ce qui me semble beau, ce que je voudrais faire, c'est un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la force interne de son style, le style étant à lui tout seul une manière absolue de voir les choses.
[...]
Un style [...] qui serait rythmé comme les vers, précis comme les sciences, avec des ondulations et des ronflements de violoncelle. »
Flaubert, Lettre à Louise Colet
b. Le discours indirect libre
Flaubert limite les dialogues dont il critique l’excès dans les romans contemporains.
Il leur préfère le discours indirect libre, qui permet la continuité de la narration.
c. La prépondérance de l’imparfait
L’imparfait permet de passer de la vision intérieure des personnages au point de vue extérieur sur les choses : cela donne au récit un rythme lent, pesant, qui renforce la passivité des personnages et la lourdeur des situations.
d. Un mélange de réalisme et de lyrisme
Flaubert marie le souci de précision du réalisme au rythme du lyrisme, tout en s’efforçant de rejeter le romantisme qu’il porte au plus profond de lui.

« Bon ou mauvais, ce livre aura été pour moi un tour de force prodigieux, tant le style, la composition, les personnages et l’effet sensible sont loin de ma manière naturelle. Dans Saint Antoine j’étais chez moi. Ici, je suis chez le voisin. Aussi je n’y trouve aucune commodité. »
 Flaubert, Lettre à Louise Colet, 13 juin 1852
 
 « Dans Madame Bovary, sa phrase, contrainte à rendre des choses communes, a souvent des élans, des sonorités, des tons au-dessus des sujets qu’elle exprime. Elle part, comme fatiguée d’être contenue, d’être forcée à cette platitude, et, pour dire la stupidité d’Homais ou la niaiserie d’Emma, elle se fait pompeuse ou éclatante, comme si elle traduisait des motifs de poème… »
Maupassant, Études des œuvres de Flaubert
L'essentiel
Le roman Madame Bovary est paru en 1857, après 56 mois de travail acharné.

Flaubert est un écrivain qui travaillait et retravaillait ses textes. Jamais satisfait de la forme obtenue, il raturait, puis raturait encore : les brouillons qu'il a laissés en fournissent la preuve.

Après ce travail acharné, il déclamait son texte à voix haute, dans ce qu’il appelait son « gueuloir ». C’est à l’épreuve de l’oralité qu’il décidait si le rythme et la musicalité de ses phrases étaient satisfaisants. Il avait l’ambition de trouver le style parfait, il visait « l’Art pur ».

« Ce qui me semble beau, ce que je voudrais faire, c’est un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la force interne de son style, comme la terre sans être soutenue se tient en l’air, un livre qui n’aurait presque pas de sujet ou du moins où le sujet serait presque invisible, si cela se peut. Les œuvres les plus belles sont celles où il y a le moins de matière. […] C’est pour cela qu’il n’y a ni beaux ni vilains sujets et qu’on pourrait presque établir comme axiome, en se plaçant au point de vue de l’Art pur, qu’il n’y en a aucun, le style étant à lui seul une manière absolue de voir les choses. »
Flaubert, Lettre à Louise Colet

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.