Les financements direct et indirect - Cours de SES Première pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les financements direct et indirect

Il arrive parfois que les capacités de financement d'un pays ne suffisent pas à satisfaire l'ensemble des besoins de financement des agents économiques nationaux. Dans ce cas, il sera fait appel à des capitaux provenant des agents économiques étrangers.

Si plusieurs agents économiques peuvent prêter de la monnaie (financement direct) : les fournisseurs (crédits fournisseurs), les particuliers entre eux (un père prête de l'argent à son fils), les entreprises (achat/vente d'obligations ou d'actions)…, les agents à besoin de financement s'adressent également aux établissements de crédit (financement indirect) pour obtenir des prêts.

Toutefois, avec la libéralisation des marchés financiers et les innovations techniques (notamment la gestion des comptes titres par Internet), les agents économiques ont de plus en plus recours au financement direct au détriment du financement intermédié ou indirect en raison du coût qu'il représente.
1. Le financement indirect (ou financement intermédié)
a. La notion de financement indirect
On désigne par financement indirect le mécanisme par lequel un agent économique obtient de la monnaie en s'adressant aux institutions financières.

Le système bancaire joue alors un rôle d'intermédiaire : on parle d'intermédiation bancaire.


Lorsqu'une économie se finance essentiellement grâce au rôle d'intermédiation des banques, on parle d'une « économie d'endettement ».
b. Le mécanisme du financement indirect
Le financement indirect désigne le mécanisme par lequel des établissements financiers collectent, d'un côté, les dépôts et les épargnes des agents à capacité de financement (principalement les ménages) et prêtent, de l'autre, aux agents à besoin de financement (principalement les entreprises).
L'épargne disponible étant insuffisante pour combler tous les besoins de financement de l'économie, les banques commerciales utilisent leur pouvoir de création monétaire pour répondre à ce déficit.
Pour ce service, ces intermédiaires financiers se rémunèrent par le biais des intérêts qu'ils font payer aux demandeurs de capitaux.

Le financement indirect représente donc un coût qui peut se révéler important. C'est la raison pour laquelle de plus en plus d'entreprises s'adressent directement au marché financier : on parle de désintermédiation bancaire.

Remarque : les établissements bancaires fournissent à leur clientèle une grande variété de services : gestion des comptes de dépôts et des opérations de change, règlements automatiques de certaines factures (téléphone, EDF…), opérations en bourse, placements variés (Sicav, Codevi, fonds commun de placement…), location de coffre…
2. Le financement direct
a. La notion de financement direct ou désintermédié
On désigne par financement direct le mécanisme par lequel un agent économique à besoin de financement obtient des ressources sans l'intermédiaire d'un acteur financier (banques ou IFS), en s'adressant directement à un agent économique à capacité de financement.

Lorsqu'une économie se finance principalement grâce aux marchés financiers, on parle d'une « économie de marché financier ».
b. Le mécanisme du financement direct
L'agent économique à besoin de financement (principalement les entreprises et l'État) émet des titres sur le marché financier qui sont achetés par les agents à capacité de financement.
Pour ce faire, il va s'adresser au marché financier et proposer des valeurs mobilières de placements. Ces valeurs mobilières prennent principalement la forme d'actions et d'obligations.

Lorsqu'il s'agit d'émission de nouveaux titres, l'agent économique émetteur s'adresse au marché financier primaire (encore appelé marché du neuf). Pour les valeurs mobilières déjà émises, les échanges s'organisent sur le marché financier secondaire (encore appelé marché de l'occasion).


Cependant, compte tenu de la prise de risque que représente un investissement en actions ou en obligations, les intermédiaires financiers (banques et IFS) proposent aujourd'hui des produits financiers tels que les OPCVM (Organismes de placement collectif en valeurs mobilières), les SICAV (Société d'investissement à capital variable) ou encore les FCP (Fonds communs de placement) ; chacun de ces produits financiers représente en fait un portefeuille de titres composés à part variable d'actions et d'obligations.

C'est une nouvelle forme d'intermédiation entre les agents économiques à capacité de financement et le marché financier : les banques achètent des titres émis par des sociétés sur le marché primaire et constituent des produits financiers qu'elles géreront au profit de leur clientèle.
Les échanges de titres financiers s'effectuent sur le marché boursier.

Toutefois, ce produit financier présente un risque de par la volatilité de son cours. En effet, tous les jours, la cotation de l'action se modifie en fonction de l'offre et de la demande.

Enfin, chaque action donne droit à une part des bénéfices réalisés et distribués par la société ; on parle de dividendes. Elle accorde également un droit de vote aux assemblées générales des sociétés émettrices.
L'essentiel
Lorsqu'un agent économique se retrouve dans une situation de besoin de financement, il peut soit s'adresser au système bancaire (financement indirect), soit au marché financier (financement direct).

Dans le cas du financement indirect (ou financement intermédié), ce sont les banques ou les institutions financières spécialisées qui joueront le rôle de prêteur ; elles mettront à disposition des agents économiques à besoin de financement l'épargne des agents économiques à capacité de financement. Pour cette prestation, banques et IFS demanderont le versement d'intérêts.

Dans le cas du financement direct (ou financement désintermédié), les agents économiques à besoin de financement s'adresseront directement aux agents économiques à capacité de financement sans utiliser d'intermédiaire. Les agents à besoin de financement feront un appel public à l'épargne en émettant des actions ou des obligations.

En raison du coût que représente le financement indirect, les agents économiques ont de plus en plus recours au financement direct c'est-à-dire au marché financier.

Toutefois, même si l'intermédiation bancaire décline, elle reste importante notamment pour les agents économiques tels que les ménages ou encore lorsqu'elle joue sa fonction de courtier : les banques élaborent des produits financiers composés d'une proportion variable d'actions et d'obligations (en fonction de la prise de risque) qu'elles proposeront à leur clientèle.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents