Les facteurs de production - Cours de SES avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les facteurs de production

Travail et capital, tels sont les facteurs de production définis par les sciences économiques ; l'approche néo-classique les place au cœur du fonctionnement économique. Cette approche articule d'ailleurs ses analyses autour de l'entreprise dont le rôle consiste à combiner des facteurs de production en fonction de leur productivité marginale. Il s'agit de déterminer ce qu'une dose supplémentaire de chacun d'eux est susceptible d'entraîner comme conséquences aussi bien sur les coûts que sur les produits. Une entreprise peut ainsi choisir d'utiliser des machines très perfectionnées avec quelques salariés ou, au contraire, embaucher de nombreux salariés avec des machines moins modernes.
1. Le capital, facteur de production
a. Un moyen de production
L'activité productive des entreprises repose sur deux éléments :

• les consommations intermédiaires qui correspondent aux biens détruits ou transformés au cours du processus de production (matières premières, énergie...) ;

• le capital fixe qui rassemble les moyens de production ; il s'agit de biens d'équipement qui seront utilisés de façon durable, donc pendant au moins un an, dans le processus de production (machines, bâtiments, véhicules...).
b. Un détour de production
Le capital technique permet de réaliser un détour de production. L'exemple le plus connu est celui du puits : un individu ayant l'habitude d'aller chercher de l'eau au puits peut choisir de construire une canalisation et une pompe. Il ne fera ce choix que si la quantité de travail consacrée à cette installation ne dépasse pas celle qu'il consacrait jusque là à se rendre au puits.

C'est un économiste de la fin du XIXe siècle, Eugen Von Böhm-Bawerk (1851-1914) qui a construit cette notion de « détour de production » dans laquelle le caractère plus ou moins capitalistique d'une technique est repéré par la longueur de son détour de production.
2. Le travail, facteur de production
Il est très difficile de résumer le travail comme un simple « facteur » unique et abstrait. D'abord parce que les tâches réalisées par les individus sont très diverses, tout comme les compétences de chacun et ensuite, parce que l'organisation du travail est un élément déterminant.
a. Le capital humain
Elaborée par l'économiste américain Gary Becker (Prix Nobel d'Économie en 1992), la notion de capital humain naît aux États-Unis dans les années 1960. Cette notion désigne d'abord les capacités intellectuelles et professionnelles d'un individu, et a été élargie depuis pour désigner le stock des capacités humaines économiquement productives. Les entreprises peuvent améliorer le capital humain en augmentant les dépenses de formation, les efforts en matière d'hygiène, de santé ; la théorie de la croissance endogène considère d'ailleurs que ces efforts peuvent également se réaliser à l'échelle de la nation qui, en améliorant ses infrastructures d'éducation, de santé va améliorer sensiblement la « qualité » de sa main d'œuvre.

La notion de capital humain offre donc une vision qualitative de la main d'œuvre, elle repose sur des éléments comme le niveau de diplôme, la formation professionnelle, l'âge, le sexe...
b. L'organisation du travail
La répartition de l'activité productive entre les salariés de l'entreprise est un élément majeur puisqu'elle influe directement sur le niveau de la productivité. Les premières tentatives d'organisation rationnelle du travail remontent à Adam Smith, économiste anglais (1723-1790) qui démontre, à travers l'exemple de la fabrication des épingles, l'importance de la division du travail et de sa spécialisation qui en découle.

Il faudra tout de même attendre la toute fin du XIXe siècle pour voir énoncés par Frederic W. Taylor (1856-1915) les principes d'une méthode d'organisation scientifique du travail (OST). Ces principes se résument en deux grands principes :

• la division horizontale du travail qui consiste à parcelliser les tâches de façon à ce que chaque ouvrier se voit confier quelques tâches élémentaires et bien délimitées ;

• la division verticale du travail entre des individus chargés de la conception (le bureau des méthodes) et les travailleurs chargés simplement du travail d'exécution.

Cette organisation sera complétée au cours du XXe siècle par le fordisme qui y ajoutera le travail à la chaîne et la notion de production et de consommation de masse.
Elle sera aussi remise en cause notamment par les sociologues de l'école des relations humaines dirigée par l'Américain Elton Mayo qui dénonceront la parcellisation des tâches et la non prise en compte d'un collectif du travail.

Les remises en cause théoriques sont doublées, au cours des années 60, de protestations des salariés eux-mêmes (absentéisme, turn-over, grève) ; on voit ainsi émerger, depuis les années 90 de nouvelles formes d'organisation du travail (les NFOT) qui tentent d'enrichir le processus de travail.
L'essentiel

Les facteurs de production rassemblent toutes les ressources économiques nécessaires à la fabrication d'un produit. Le travail et le capital sont donc deux notions économiques majeures ; parce qu'ils sont substituables, divisibles et complémentaires, ils supposent des choix. Tel est donc le rôle des entreprises, qui, par des calculs financiers, doivent choisir la combinaison productive qui leur permettra de réaliser le maximum de profit.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents