Collège   >   5eme, 4eme, 3eme   >   Français   >   Les embrayeurs et la modalisation

Les embrayeurs et la modalisation

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne
Objectif :
Reconnaître les embrayeurs et utiliser la modalisation.
1. Les embrayeurs (ou indices de l'énonciation)
a. Définition
Une situation d’énonciation répond aux questions : « Qui ? À qui ? Quand ? Où ? ». Elle suppose un énonciateur (celui qui parle), un destinataire (celui à qui il s’adresse), un lieu et un moment.

Tous les mots qui n’ont de sens que par rapport à l’énonciateur, au destinataire, au lieu, au temps sont des embrayeurs. Il s’agit des mots qui appartiennent au discours (et non au récit), ceux dont le repère se situe au moment de l’énonciation (aujourd’hui, maintenant) et non dans l’énoncé (ce jour, en cet instant).

Exemple :
La phrase « Tu viens me chercher ici demain. » ne peut être comprise qu’en référence à son émetteur et en référence aussi aux temps et lieu de l’énonciation.
« Tu », « ici » et « demain » sont des embrayeurs, leur sens varie en fonction de la situation et s’éclaire seulement si l’émetteur est connu.
b. Les différentes catégories
Les pronoms personnels, les pronoms et adjectifs possessifs des 1e et 2e personnes :
- je, tu, nous, vous, on ;
- mon, nos, le nôtre, votre, tes.
Ils sont les indices de la personne qui parle et de celle à qui l’on parle.

Les pronoms et adjectifs démonstratifs : ce, cet, cette, ces.

Les adverbes temporels qui renvoient au moment de l’énonciation : aujourd’hui, maintenant, hier, demain, l’année dernière, dans une heure, il y a un an, la semaine prochaine.

Les adverbes de lieu, compréhensibles par rapport à l’endroit où se trouve le locuteur : ici, , là-bas, dans cette pièce, à ma gauche, en haut, à droite.

Les temps verbaux comme le présent, le futur simple, l’imparfait, le passé composé de l’indicatif. Ils jouent aussi le rôle d’embrayeurs car ils indiquent l’antériorité ou la postériorité d’un événement par rapport au temps de l’énonciation.

Le mode impératif : « Entrez, asseyez-vous ».

Exemples :
Demain, je gagnerai.
Prenez cette chaise et installez-vous.
Je suis là. Où es-tu ?

« Demain », « je », le futur simple, l’impératif, « cette », « vous », « je », le présent, « là », « tu » sont des embrayeurs, des indices de l’énonciation.
2. La modalisation
a. Définition
Parmi les énoncés adressés à un destinataire, on peut distinguer ceux dans lesquels le locuteur est objectif et ceux dans lesquels il est subjectif.
La modalisation est le fait d’introduire une part de subjectivité dans un énoncé, c’est-à-dire de marquer la présence du locuteur par un commentaire, une appréciation, un jugement, un doute… La modalisation révèle nettement les sentiments du locuteur.

Exemples :
Je pense que, comme à l’habitude, il ne sera pas à l’heure.
Vous ici, à cette heure ? Mais c’est un véritable miracle !
b. Les procédés de modalisation
La ponctuation, la typographie à l’écrit, l’intonation à l’oral.
Exemple : Il est encore en retard !

Les temps et modes verbaux : futur, futur antérieur de l’indicatif, présent du conditionnel pour exprimer l’incertitude ou émettre une hypothèse.
Exemple : On dirait qu’il a été retardé !

Le vocabulaire :

   - Le lexique mélioratif ou péjoratif : charmant, hideux, intéressant…

   - Les adverbes de modalisation : sans doute, peut-être, certainement, trop, évidemment, sûrement…

   - Les verbes de jugement : penser, estimer, juger, croire, supposer, affirmer…

   - Les verbes exprimant la nécessité, la possibilité, la volonté, la permission, l’interdiction : devoir, pouvoir, interdire, il faut, permettre…

   - Des expressions toutes faites : quant à moi, selon moi, me semble-t-il, il est certain…

   - Des adjectifs : probable, possible, certain, évident, faux…

   - Des figures de style : des antithèses, des comparaisons, des métaphores, l’antiphrase, la périphrase,... (« J’apprécie votre ponctualité ! » antiphrase).
L'essentiel
On appelle « embrayeurs » ou « indices de l’énonciation » tous les mots qui n’ont de sens que par rapport à la situation d’énonciation dans laquelle l’énoncé a été produit : les indices de personne et les indices de temps et de lieu.

On appelle « modalisation » le fait d’introduire dans un énoncé une part de subjectivité, c’est-à-dire de marquer la présence de l’émetteur par un commentaire (certitude, doute, obligation, jugement…).

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Reçois l’intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Français

L'implicite (présupposés et sous-entendus)

Français

Participe présent et adjectif verbal

Français

Le participe passé suivi d'un infinitif

Français

Les accords des participes passés des verbes pronominaux

Français

L'accord des participes passés des verbes impersonnels

Français

Les accords de : même, tout, leur, demi

Français

Les dérivés des noms en -ion

Français

Les homophones grammaticaux quelque / quel que

Français

Les homophones distingués par l'accent (du/dû, cru/crû, ça/çà, mur/mûr, sur/sûr)

Français

Les notions de dénotation et connotation, d'objectivité et subjectivité