Les différents types de marché - Cours de SES Première pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les différents types de marché

1. Le marché totalement concurrentiel est une hypothèse irréaliste
a. Le modèle de concurrence pure et parfaite
Ce que l'on appelle le modèle de concurrence pure et parfaite dépeint un monde fictif dans lequel les agents économiques prennent des décisions d'offre et de demande relativement à des hypothèses assez irréalistes et en fonction de prix qui leurs sont instantanément communiqués.
Le fonctionnement réel des marchés est tout autre et entaché de nombreuses imperfections.
b. Les imperfections du modèle de CPP
• L'atomicité du marché est un leurre. Quelques entreprises seulement se concurrencent. On constate aussi l'existence de cartels, c'est-à-dire d'accords entre concurrents pour s'entendre sur les prix et se partager le marché, ainsi que celle de monopoles : une seule entreprise fait le marché (price maker). Le monopole ne peut déterminer librement la quantité et le prix, mais sa situation lui donne un avantage certain et lui permet de générer un profit de longue période.

• L'information n'est ni parfaite ni gratuite. On est même souvent disposé à payer pour acquérir une meilleure information (on compare les prix, on passe du temps à s'informer et les instruments qui permettent de faciliter cette information font l'objet d'un marché et ont un coût).

• Les produits ne sont pas homogènes. La concurrence consiste donc la plupart du temps à tenter de convaincre le consommateur que le produit (importance de la marque) est original, exceptionnel et qu'il surclasse les autres.

• Il existe des barrières à l'entrée sur l'ensemble des marchés. De nombreuses professions sont protégées (pharmaciens, notaires, chauffeurs de taxi…) et de fait, l'entrée sur un marché suppose des conditions de positionnement et de capacité financière telles qu'il est inapproprié de parler encore de libre installation.

Il existe aussi des barrières à l'entrée du fait des brevets, des dépenses de recherche qui induisent des coûts fixes souvent très importants, ce qui est une cause supplémentaire de la concentration et de la création de monopole.
2. La concurrence imparfaite
a. La réalité du marché
Dans le modèle de concurrence imparfaite, ce sont les hypothèses d'atomicité et de fluidité du marché qui sont remises en cause. Une typologie des marchés de concurrence imparfaite peut être établie en tenant compte de différents critères, notamment le nombre des agents en présence sur les marchés.

Le marché de concurrence parfaite résulte de la confrontation d'un grand nombre d'offreurs à un grand nombre de demandeurs. Or, toute l'évolution du régime capitaliste conduit, depuis les débuts de l'âge industriel, à la constitution de groupements qui tendent à substituer la notion de petit nombre d'offreurs ou de demandeurs à celle de grand nombre. La structure des marchés s'en trouve profondément modifiée.
b. Les différents types de marchés
On peut construire le tableau suivant qui différencie les différentes structures de marché selon le nombre d’offreurs et de demandeurs :

Demandeur Offreur
Un seul Un petit nombre Un très grand nombre
Un seul Monopole bilatéral Monopsone contrarié Monopsone
Un petit nombre Monopole contrarié Oligopole bilatéral Oligopsone
Un très grand nombre Monopole Oligopole Concurrence pure et parfaite

3. La concurrence monopolistique
La concurrence monopolistique revient sur l'hypothèse d'homogénéité. La structure du marché est alors caractérisée par la différenciation des produits : les produits ne sont plus parfaitement substituables. Chaque producteur dispose de marges de manœuvre et peut influer sur les prix, ce qui permet d'établir un lien entre sa situation et celle du monopole.

Toutefois, l'entrepreneur doit tenir compte du report éventuel de la demande sur les biens comparables proposée par des entreprises concurrentes.

La concurrence monopolistique, théorisée dans les années 1930 par l'économiste britannique Chamberlin, rassemble donc des éléments a priori contradictoires du monopole et de la concurrence. La signification économique de ce compromis est déterminante en ce qui concerne la fixation des prix. En effet, ceux-ci peuvent résulter des mécanismes automatiques et équilibrants du marché ou bien de la stratégie des firmes qui tiennent compte des entreprises rivales pour déterminer prix et quantités offertes.

Les deux modèles, concurrence imparfaite et concurrence monopolistique, peuvent se combiner. Les prix relèvent des automatismes sur les marchés où apparaissent les agents nombreux (concurrence parfaite, concurrence monopolistique et même monopole ou monopsone) mais les prix révèlent aussi des stratégies sur les marchés dits de petit nombre : monopole bilatéral et oligopole.
L'essentiel
Les marchés ne sont pas totalement concurrentiels dans la réalité.
La théorie économique en tient compte dans le cadre de modèles où sont remises en cause soit les hypothèses d'atomicité et de fluidité (concurrence imparfaite), soit l'indifférenciation des produits (concurrence monopolistique) apportant ainsi un éclairage singulier à la détermination des prix sur les différents types de marché.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents