Le Sahara, les acteurs, les ressources - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le Sahara, les acteurs, les ressources

Le Sahara est un immense espace désertique (8,5 millions de km2) vaste d'environ 2 000 km d'Est en Ouest et de 1 500 km du Nord au Sud. Il se situe au Nord du continent africain et au Sud du Maghreb. Il traverse le continent de l'Atlantique jusqu'à la mer Rouge d'Est en Ouest et de la mer Méditerranée au Tropique du Cancer du Nord au Sud.
 
En dehors de son immensité, que sait-on de ce désert ? À quoi ressemble-t-il ? Qui le peuple et qui le possède ? Quelles ressources offre-t-il ?
 
Doc. 1. Localisation désert du Sahara

1. Qu'est-ce que le Sahara ?
a. Le plus vaste désert chaud du monde
Les températures
Le Sahara est un désert dont les températures peuvent varier entre 4° (à Tamanrasset) et 13°C (à Dakla) au mois de janvier et dépasser les 50°C par moment et par endroits. Les minimas inférieurs à 0°C ne sont pas rares l'hiver : de nombreuses zones voient des gelées l'hiver, notamment les régions élevées en altitude où le thermomètre peut relever des températures de - 10°C. Les amplitudes de températures entre le jour et la nuit sont importantes (selon les régions entre 15° et 30°C). À l'exception de sa façade Est, qui donne sur l'océan Atlantique, les taux d'humidification de l'air sont extrêmement faibles.

Le paysage
Le Sahara n'est pas seulement constitué de sable fin et de dunes, il offre au contraire des paysages contrastés qui se caractérisent souvent par des horizons plats (plus de la moitié de ce désert est une immense plaine rocheuse parsemée de pierres), mais on y rencontre également d'immenses hauts plateaux, quelques  montagnes (le massif le plus élevé est tchadien : le Tibesti) ainsi que des cuvettes. Contrairement à ce que l'on imagine, les dunes ne recouvrent que moins de 20% du désert.

Les points d'eau
Le Nil est le seul fleuve capable de traverser le désert. Ailleurs, par endroits, coulent des oueds temporaires qui achèvent leurs course sous terre. La ressource hydrique est la grande absente de cette vaste région. C'est pourquoi végétation et faune y sont restreintes et adaptées à la sècheresse du milieu. On compte un de rares arbres et des épineux de taille réduite avec de minuscules feuilles ou des épines (moins soumises à l'évapotranspiration) et des racines très développées qui vont chercher loin dans le sol l'humidité ce dont elles ont besoin pour survivre.

Un peu partout dans le désert, des points d'eau ont permis à des oasis de se constituer et à une partie des hommes de se sédentariser dans des ksur (villages).
C'est donc une zone où la vie est difficile, avec une faune et une flore rare, mais adaptées au milieu. 

Doc. 2. Un oasis en plein désert du Sahara

b. Qui habite cet immense désert ?
Le Sahara s'étend sur dix États : le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, l'Égypte, le Soudan, le Tchad, le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Sahara occidental. Chacun de ces pays administre donc la « portion de désert » qui lui revient de par le découpage des frontières.

Si les conditions de vie dans ce désert sont difficiles, des hommes le peuplent néanmoins. Les densités globales y sont certes faibles (moins de 20 habitants/km2), mais au total, on comptabilise entre 1,5 et 3 millions d'habitants vivant dans le Sahara (les très fortes densités de la vallée du Nil sont extraites de ces données) dont la moitié sont des nomades et l'autre moitié des hommes et des femmes vivant de façon sédentaire dans les quelques villes qui ponctuent ce territoire ainsi que dans les oasis.

La population nomade ne cesse de décroître. D'une part, du fait que les villes, modernes par rapport au niveau de vie traditionnel, ne cessent d'attirer les plus jeunes et d'autre part à cause de l'action des gouvernements eux-mêmes qui, en légiférant, entraînent les nomades à devoir se sédentariser pour ne pas devenir hors-la-loi. En Tunisie, la scolarisation étant devenue obligatoire en 1951, les familles nomades, bergers du désert, ont dû peu à peu se sédentariser dans des villages aux portes du désert. Et si la tradition malgré tout reste forte, il n'empêche que depuis deux générations, les familles n'appartiennent plus pleinement au désert. Certains hommes y travaillent encore, devenus guides ou chameliers, en amenant les touristes en méharée (= randonnée dans le désert à dos de dromadaire méhari, l'animal noble par excellence), mais leur vie est maintenant ancrée dans les petits bleds (villages) dans lesquels leurs pères ont été amenés à se fixer.

Doc. 3. Des nomades à dos de dromadaires dans le Sahara, Tunisie

2. Le Sahara, un espace en réserve très convoité
a. Des ressources agricoles peu lucratives, mais importantes pour les populations locales
Du fait d'un manque d'eau et de moyens, l'agriculture saharienne est rare et demeure très traditionnelle. Dans les zones où des nappes phréatiques le permettent, là où l'eau peut être accessible grâce à des puits et à un système d'irrigation, il y a des zones cultivées (en règle générale minuscules). Ces zones se concentrent dans les oasis et sont entretenues par des familles sédentaires qui vivent dans des petits villages. Leur principale source de revenus agricoles est le palmier-dattier. Les dattes, en plus d'être consommées sur place, sont vendues au niveau régional, national et, parfois, international. Le reste des cultures ne concerne pas l'exportation : on cultive dans les oasis des céréales (blé, orge, sorgho), des féculents, des fruits et des légumes qui sont consommés localement. Mais l'autosuffisance alimentaire n'est pas souvent atteinte.

Aussi vitale soit-elle pour les habitants du désert, l'agriculture saharienne ne permet pas aux pays qui se partagent cette zone immense de s'enrichir ou d'entrer dans le commerce mondialisé (à l'exception des dates). La richesse du Sahara n'est pas agricole. C'est ailleurs que se situent ses principales richesses d'avenir.
b. Un sous-sol généreux, encore partiellement exploité
En août 2011, on a découvert que le sud du Maroc disposait d'un important potentiel en or, uranium et diamants. C'est en effet grâce à ses ressources minières que le Sahara est parvenu à faire entrer dans la mondialisation certains pays qui se partagent ses ressources :

- le Sahara occidental, par exemple, produit des phosphates, le Niger de l'uranium. Il existe également des gisements de minerais de fer, mais, pour l'instant, seule la Mauritanie en exploite.

- Ce sont avant tout les hydrocarbures qui constituent l'objet de toutes les convoitises au Sahara. Depuis la fin des années 50, des gisements ont été découverts en Algérie et en Libye. Et si, par rapport à d'autres pays du Moyen Orient et d'Afrique, les ressources de ces deux États en pétrole et en gaz naturel ne sont pas très importantes, il n'empêche pas que ces ressources constituent une part essentielle de leurs revenus. Les hydrocarbures représentent, par exemple, 90% des revenus liés aux exportations en Algérie et 40% de son PIB (Produit Intérieur brut). Avant que la guerre n'éclate en Libye en 2011, son économie reposait quasi-totalement sur l'exportation du pétrole (20% de la production mondiale). Celui-ci représentait 93% des recettes du pays et 95% de ses exportations. Aujourd'hui, le pays doit se reconstruire car il est ravagé (de nombreux puits de pétrole ont souffert du conflit) et ne sait pas encore de quoi demain sera fait. La question des hydrocarbures libyens reste en suspens.
c. Le soleil, promesse d'avenir du Sahara ?
Après les hydrocarbures de son sous-sol, le Sahara pourrait encore rendre des services en offrant aux hommes cette, inépuisable et non polluante, ressource énergétique que constitue la chaleur du soleil. L'énergie solaire pourrait constituer un espoir intéressant pour le Sahara. C'est du moins ce que pensent certains gouvernements qui commencent à mettre en place des projets d'essai. En juin 2009, des industriels allemands ont décidé de construire une centrale solaire géante dans le désert destinée à alimenter l'Europe en électricité d'ici 2019. Le gouvernement algérien lui aussi commence à réfléchir à l'intérêt d'exploiter cette richesse inépuisable qui permettrait d'offrir une intéressante opportunité à l'après-pétrole (c'est-à-dire lorsque les stocks seront épuisés).
L'essentiel
Le Sahara est un territoire immense situé au nord du continent africain, juste en dessous-des États du Maghreb. Ce territoire n'est en réalité qu'un désert, qui mesure près de 2 000 km d'Est en Ouest et 1 500 km du Nord au Sud. La faiblesse des ressources hydriques fait que la vie y est extrêmement difficile et explique les faibles densités (20 habitants /km2) qui y ont cours. La moitié de la population qui vit dans le Sahara est sédentaire et vit dans les quelques villes qui le ponctuent ainsi que dans les oasis. L'autre moitié est nomade, ou semi-nomade en réalité, car les gouvernements, en rendant par exemple la scolarité des enfants obligatoire, les obligent à se sédentariser.

Le Sahara est avant tout riche de produits minéraux et de miniers, en particulier les hydrocarbures (pétrole et gaz). L’Algérie et la Libye sont les premiers producteurs du pétrole saharien et vivent en grande partie des ressources liées aux hydrocarbures.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents