Le couronnement d'une vie - Cours d'Histoire de l'art Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le couronnement d'une vie

Objectif 
Retracer les vingt dernières années de la vie de Matisse, depuis l'achèvement de La Danse de la fondation Barnes, en 1933, jusqu'à sa mort en 1954 ; années très riches, pendant lesquelles Matisse affirme et conclut son oeuvre.
Après avoir achevé La Danse de la fondation Barnes en 1933, Matisse sait avoir franchi une nouvelle étape dans la progression de son art. Il va désormais accepter des commandes pour des travaux de natures très diverses : des illustrations pour des livres, dont le premier sera Poésies de Mallarmé, en 1930 ; des cartons de tapisserie (Papeete en 1935, La nymphe dans la forêt en 1936-38) ; des décorations (Le Chant, une cheminée pour Nelson Rockfeller, en 1938) ; décors et costumes pour L'étrange farandole, un ballet chorégraphié par Leonide Massine sur une musique de Chostakovitch, en 1937 ; enfin, les années 40 et 50, sans doute les plus riches de sa vie, verront tout à la fois l'épanouissement des gouaches découpées et la réalisation de la chapelle du Rosaire à Vence. Quant à la peinture, les toiles qu'il produira entre 1934 et 1940 reprennent certains traits distinctifs de La Danse. Mais Matisse est alors également influencé par la présence de Lydia Delectorskaya, une jeune femme russe qui d'assistante deviendra modèle et compagne des dernières années de sa vie.
1. Autour de Lydia
Matisse rencontre Lydia Delectorskaya en 1932. Elle l'assiste alors à la réalisation des grands panneaux de La Danse. Mais c'est à partir de 1933 que Lydia rentre définitivement dans la vie de Matisse, devenant son assistante, sa secrétaire, son modèle privilégié et sa confidente. C'est surtout en tant que modèle que Lydia a marqué de son empreinte la carrière de Matisse. Elle semble avoir apporté à ce dernier une inspiration nouvelle, inspiration portée par l'élan du travail colossal et réussi de La Danse.

La plupart des toiles peinte entre 1935 et 1939 sont en effet des portraits de Lydia, mais des portraits montrant une évolution sensible par rapport aux nombreux portraits de femmes qu'a produit Matisse jusque là, dont les Odalisques des années 20. Tout d'abord, Matisse a gardé de La Danse une tendance à la simplification des formes, mais aussi à la déformation pour atteindre à un maximum d'expressivité. Le dessin, souvent littéral, c'est-à-dire directement inscrit sur la toile en complément de la peinture, vient appuyer cette recherche. La couleur est à nouveau traitée en aplats mats, avec une liberté chromatique qui a fait dire de ces oeuvres des années 1935-39 qu'elles appartenaient à « un second fauvisme ». Matisse lui-même reconnaît vouloir revenir à la « pureté des moyens ».

Les toiles inspirées par Lydia présentent pourtant un caractère pour ainsi dire inédit dans toute l'oeuvre de Matisse, caractère inauguré à grande échelle avec La Danse : il s'agit de l'artifice qui consiste à faire déborder le sujet hors du cadre, pour donner à un espace limité, selon Matisse, les apparences de l'immensité. Le sujet n'est donc plus le modèle en tant que tel, sur lequel la composition n'est plus centrée, mais l'espace suggéré par le débordement hors du cadre.

Cette liberté dans le cadrage que s'octroie Matisse lui permet également de disposer sur la toile - à partir de son modèle mais comme il l'entend - des formes, des plans, des lignes, dont l'agencement est souvent préparé avec des gouaches découpées. Parmi les toiles emblématiques de cette période se trouvent Le Rêve de 1935 (Musée national d'art moderne, Paris), le Grand nu couché (Musée de Baltimore), aussi de 1935, où encore Le Bras (collection particulière), de 1938 ; toutes les trois ont eu Lydia pour modèle.

Dans Le Rêve, le cadrage est resserré sur le haut du corps et le visage d'une femme endormie, couchée sur le ventre. Bras droit et avant-bras gauche, sur lesquels la tête repose, occupent toute la moitié inférieure de la toile, du fait d'une déformation volontaire qui les fait apparaître au premier plan ; tout le reste du corps est hors-champ. Matisse met ainsi en avant la construction de sa toile à l'aide de formes nettement découpées, plutôt que le modèle lui-même.
Dans Le Bras, seuls apparaissent le bras et le triangle rose du décolleté de Lydia, selon une composition qui, comme celles du Rêve ou du Grand nu couché, aura été élaborée au fil de nombreuses études et esquisses, autant d'étapes dont Lydia gardera des photographies. La Blouse roumaine (Musée national d'art moderne, Paris), autre oeuvre représentative de cette période, sera achevé en 1940, après être passée par toute une suite d'états, progressant vers une simplification, une épuration toujours plus grande, jusqu'à la synthèse finale.
2. Les dernières années
Les quinze dernières années de la vie de Matisse seront marquées par la grave intervention chirurgicale qu'il subit à Lyon en 1941. Elle le laisse aussi diminué physiquement que ragaillardi moralement et spirituellement. Passé à deux doigts de la mort, il se sent bénéficier d'une seconde vie dans laquelle il se permettra toutes les aventures artistiques : les gouaches découpées, la chapelle du Rosaire de Vence, mais aussi une poignée de toiles dont l'exécution lui est rendue très difficile par son fragile état de santé. Ces rares toiles manifestent pourtant, par la lumière qu'elles diffusent, une réelle joie de vivre. Dès juin 1941, soit six mois seulement après son opération, Matisse entreprend Jeune fille à la robe blanche, puis Amaryllis et fruits, Nature morte à la table de marbre, etc. Nature morte à la table de marbre (Musée national d'art moderne, Paris) est un florilège de couleurs adoucies (jaunes, verts, bleus, roses, rouges), d'accords chatoyants posés en touches libres cernées de quelques traits de crayons apparents, disposés dans un espace qui quoique frontal reste ouvert, par l'aménagement de points de fuite qui mènent hors du cadre.

L'été suivant, Matisse creuse la même veine, avec notamment une série sur les Danseuses ; La porte noire (Zurich) rappelle de loin certaines Odalisques, mais qui auraient subi une synthèse expressive radicale, une simplification des traits en même temps qu'une libération définitive des couleurs. En 1943, Tabac royal affirme ce parti pris. Ainsi, en même temps qu'il commence à développer sa maîtrise des papiers découpés et prend du recul par rapport à la peinture, Matisse fait dans celle-ci des avancées qu'il juge décisives, tant dans le dessin que dans la couleur. Ses dernières toiles seront celles dites des Intérieurs de Vence, en 1947-1948, parmi lesquelles Le silence habité des maisons de 1947, Le rideau égyptien, La branche de prunier, Intérieur à la fougère noire, tous de 1948, dans lesquelles il résume les recherches de toute une vie. En 1950, Matisse reçoit le grand prix de la XXVe Biennale de Venise, qu'il souhaite partager avec le sculpteur Henri Laurens. Les toutes dernières années d'activité, de 1948 à 1951, seront en grande partie consacrées à la chapelle du Rosaire, à l'inauguration de laquelle il ne pourra assister, mais dont il dira qu'elle est l'oeuvre et la consécration de sa vie. Matisse mourra d'une crise cardiaque le 3 novembre 1954, à l'âge de quatre-vingt-cinq ans.
L'essentiel
La vie de Matisse aura été un long processus de maturation dont il a récolté les fruits durant les vingt dernières années de sa vie. La Danse de Barnes a libéré son inspiration, liberté qui l'amène à peindre, entre 1934 et 1940, les magnifiques portraits de son nouveau modèle Lydia.

En 1941, survivant miraculeux d'un cancer, Matisse entame sa « seconde vie ». Bien que très diminué physiquement, il se lance avec joie et détermination dans ses dernières oeuvres, qui comptent parmi les plus belles et les plus pures de toute sa vie : les gouaches découpées et la chapelle du Rosaire. Malgré les efforts physiques particuliers que cela lui demande, il peindra aussi quelques toiles, qui traduiront également le bonheur de celui qui sait être sur le point d'atteindre à une vérité. C'est donc dans l'apaisement du travail accompli que Matisse finira sa vie, en 1954.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents