La poésie en prose - Maxicours

La poésie en prose

Objectif
Découvrir les caractéristiques, l’historique de la poésie en prose.
Née en France au milieu du 19e siècle sous la plume d’Aloysius Bertrand dans Gaspard de la nuit, la poésie en prose est popularisée par Baudelaire dans Le Spleen de Paris.

Il est difficile de définir ce genre hybride et paradoxal, qui emprunte à la fois à la prose et à la poésie et qui se crée un espace poétique particulier, terrain fertile à l’imaginaire, libéré des contraintes formelles.

Depuis le début du 20e siècle jusqu’à nos jours, le genre est prisé par les poètes en quête de liberté, en recherche d’espaces de créativité nouveaux.
1. Historique
• Dès le 18e siècle, on note que la prose peut être poétique, par exemple dans Les rêveries d’un promeneur solitaire de Rousseau.

« Quand le lac agité ne me permettait pas la navigation, je passais mon après-midi à parcourir l’île en herborisant à droite et à gauche, m’asseyant tantôt dans les réduits les plus riants et les plus solitaires pour y rêver à mon aise, tantôt sur les terrasses et les tertres, pour parcourir des yeux le superbe et ravissant coup d’œil du lac et de ses rivages couronnés d’un côté par des montagnes prochaines et de l’autre élargis en riches et fertiles plaines, dans lesquelles la vue s’étendait jusqu’aux montagnes bleuâtres plus éloignées qui la bornaient. »
Extrait de la cinquième promenade des Rêveries d'un promeneur solitaire de J.-J. Rousseau

• Au 19e siècle, ce sont les écrivains romantiques Maurice Guérin dans le Centaure (1840) et Aloysius Bertrand dans Gaspard de la nuit (1842) qui sont les initiateurs de ce genre.
Ils sont à la recherche d’une forme poétique nouvelle qui permette d’échapper à la tyrannie du vers. C’est Baudelaire, dans son recueil Les Petits poèmes en prose (1869), sous-titré Le Spleen de Paris, qui le porte à la connaissance d’un plus grand public.

Il sera suivi dans sa démarche de quête de modernité et de naturel par Lautréamont, dans ses Chants de Maldoror (1869) et par Rimbaud dans Illuminations (1870).

« Partout s’étalait, se répandait, s’ébaudissait le peuple en vacances. C’était une de ces solennités sur lesquelles, pendant un long temps, comptent les saltimbanques, les faiseurs de tours, les montreurs d’animaux et les boutiquiers ambulants, pour compenser les mauvais temps de l’année.

En ces jours-là il me semble que le peuple oublie tout, la douleur et le travail ; il devient pareil aux enfants. Pour les petits c’est un jour de congé, c’est l’horreur de l’école renvoyée à vingt-quatre heures. Pour les grands c’est un armistice conclu avec les puissances malfaisantes de la vie, un répit dans la contention et la lutte universelles. »
Extrait du poème « Le Vieux Saltimbanque » tiré du
recueil Petits Poèmes en prose de Baudelaire

• Au 20e siècle, la poésie en prose est en vogue, elle permet la créativité et la liberté que les surréalistes recherchent, et offre un espace nouveau aux poètes désireux de s’extraire des contraintes de la prosodie. Elle accueille l’écriture automatique de Breton dans Poisson soluble, la description minutieuse d’objets du quotidien de Ponge dans ses Proêmes ou dans Le Parti pris des choses, elle montre le lien étroit de la poésie avec le monde moderne.

« Comme après tout si je consens à l’existence c’est à condition de l’accepter pleinement, en tant qu’elle remet tout en question ; quels d’ailleurs et si faibles que soient mes moyens comme ils sont évidemment plutôt d’ordre littéraire et rhétorique ; je ne vois pas pourquoi je ne commencerais pas, arbitrairement, par montrer qu’à propos des choses les plus simples il est possible de faire des discours infinis entièrement composés de déclarations inédites, enfin qu’à propos de n’importe quoi non seulement tout n’est pas dit, mais à peu près tout reste à dire. »
Extrait de Introduction au galet dans le recueil Proêmes de Francis Ponge

• Les poètes contemporains, pour qui un poème est moins un texte qu’un objet, moins un ensemble voulu et construit que son résultat, ne se privent pas de ce genre qui autorise toute liberté d’expérimentation, ils brouillent encore plus les genres, jouant sur les limites entre vers et prose, entre poésie et roman... Les prosenpoèmes de Jude Stefan, les carnets d’André Blanchard, Petites nuits (2004) en sont des exemples.

« Un tas de tôle, c’est ce qu’était devenue ma 2 CV. Changeant de siècle, et par là même mon fusil d’épaule, je me résolus à rompre avec mes vieilles lunes – la retaper un jour –, et l’expédiai à la casse. Ce ne serait pas faux, m’étais-je avisé, d’y suspecter du symbolique : que la rejoignent ces années soixante-dix, quatre-vingt, tas de rouille elles aussi, durant lesquelles je fus à son volant celui qui prie – pour que rien ne lâche : ni un pneu, avec ce cric qui s’enfonçait dans le châssis au lieu de le soulever, ni le vroum-vroum, avec cette huile qui se cavalait incognito, ni la capote, rapiécée au sparadrap. »
Extrait de En Guimbarde des Carnets d'André Blanchard

2. Caractérisation
a. Ce qu'elle n'est pas
La prose n'est pas :
• Un poème, une nouvelle, une histoire brève ;
• Une transmission d’informations ;
• Une forme fixe, rimée, structurée en vers et strophes obéissant à la prosodie classique.
b. Ce qu'elle est
La prose est :
• Un genre paradoxal, son nom associe deux termes opposés, prose et poésie, qui permet un champ d’investigations et d’innovations, étrangers à la fois au vers et à la prose ;

• Un espace autonome de déconstruction du vers et de reconstruction prosodique de la prose ;

• Un texte en prose, à forme libre, bref (quelques lignes jusqu’à plusieurs paragraphes), formant une unité, caractérisé par sa gratuité (pas de visée narrative, argumentative, informative) ;

• Un espace d’effets poétiques dus à l’adaptation des écarts stylistiques de la prose (dissymétries, ruptures grammaticales, libertés lexicales), à l’utilisation du langage commun emprunté à la rue, le laveur de vitres de Baudelaire, à la publicité, Les bouillon-cubes de Pierre Alféri, une oralité retrouvée ;

• Un travail de création d’une musicalité par le jeu sur les répétitions de termes, anaphores, assonances et allitérations, échos sonores internes, par les constructions syntaxiques symétriques, parallèles ;

• Une forme poétique offrant un réseau métaphorique dense, une présence capitale d’images qui permettent la mise en mots de l’imaginaire ;

• Un objet poétique régi par des tensions : rêverie/réalité, nature/art, début/fin, intérieur/extérieur… dans lequel est privilégiée l’utilisation d’antithèses et d’oxymores. Certains thèmes y sont récurrents : l’imaginaire, le rêve, le fantastique, la ville, la vie quotidienne, parfois triste, tragique, parfois sublimée.
L'essentiel
Le poème en prose est né au milieu du 19e siècle en France du désir de certains de s’affranchir des règles contraignantes de la poésie rimée classique (Aloysius Bertrand, Baudelaire, Lautréamont, Rimbaud…). Les poètes découvrent ainsi de nouvelles terres à défricher qui leur donnent la possibilité d’accorder leur plume à la vie moderne : de nouveaux rythmes, une nouvelle langue, de nouveaux thèmes. Ce genre se caractérise par sa brièveté, une apparente simplicité mais une densité bien réelle, une unité thématique, un jeu sur les images et une recherche de musicalité.

Depuis le début du 20e siècle, le poème en prose s’est popularisé, ses adeptes sont devenus plus nombreux, chez les surréalistes notamment, (Breton, Aragon) qui y ont vu une façon de refuser les principes d’un monde conformiste, puis d’autres qui se sont attachés à décrire les petites choses, le réel, le concret (Ponge, Char, Michaux). Les poètes contemporains s’en sont emparés, c’est pour eux un moyen supplémentaire de repousser les limites entre le vers et la prose (Deguy, Réda, Roubaud). Le poème en prose s’est propagé à l’étranger, en Angleterre avec Oscar Wilde, en Russie avec Tourgueniev, en Allemagne avec Rainer Maria Rilke…

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.