La diversité des entreprises - Maxicours

La diversité des entreprises

Les prélèvements obligatoires ne sont pas qu’une ressource pour l’État. Ils peuvent servir à modifier certains comportements. Mais cette politique est-elle efficace ? 
1. Des entreprises de formes différentes
a. Taille et secteur d'activité
Les entreprises ont des tailles très différentes, de l’entreprise individuelle au groupe qui emploie des milliers de personnes dans le monde entier, on distingue en général :
Les entreprises individuelles : une seule personne (le créateur) en fait partie.
Les Très Petites Entreprises (TPE) qui comptent en général moins de 10 salariés. Elles représentent néanmoins plus de 9 entreprises sur 10 en France (document 1).
Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) qui comptent moins de 500 salariés.
Les grandes entreprises qui comptent plus de 500 salariés et sont souvent internationalisées. Elles ne représentent que 0,1 % des entreprises françaises mais emploient près d’un tiers des salariés (document 2).

Doc. 1. Très petite entreprise (TPE) Doc. 2. Grande entreprise

Les entreprises produisent des biens ou des services marchands. Cette production détermine le secteur d’activité :
Primaire : l’agriculture, la pêche et les mines.
Secondaire : l’industrie et le bâtiment.
Tertiaire : les services (commerce, transports…).
b. Forme juridique
Le statut juridique est la forme légale selon laquelle s’organise l’entreprise. Elle dépend de sa taille mais aussi des risques engagés.

L’entreprise individuelle : dans ce cas là seule une personne crée l’entreprise et en est responsable. Elle peut donc être responsable sur ses biens personnels en cas de faillite de l’entreprise. C’est dans ce cadre là que l’on trouve le statut d’auto entrepreneur mais il est limité à un certain chiffre d’affaires annuel. Certaines formes d’entreprises individuelles permettent de limiter la responsabilité aux biens de l’entreprise, telles que les EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée), encore faut-il que les actifs de l’entreprise soient au moins égaux à 30 000 euros.

La société : dans ce cas là plusieurs personnes sont à l’origine de l’entreprise et se partagent le pouvoir. On peut trouver deux formes principales :
         - La SARL (Société A Responsabilité Limitée) : elle est créée par 2 à 50 associés qui se partagent le pouvoir et les risques. En cas de faillite seuls les capitaux professionnels peuvent être saisis.
         - La SA (Société Anonyme) : dans ce cadre le capital de la société est introduit en Bourse et les actions vendues à au moins 7 actionnaires différents. Ce statut permet de trouver de fortes sommes d’argent pour le capital de l’entreprise. Les actionnaires ne sont responsables que sur le montant des actions détenues, ils sont donc les propriétaires de l’entreprise (à concurrence du nombre d’actions détenues).

En ce qui concerne le contrôle du capital on peut trouver une distinction importante entre les entreprises privées (qui appartiennent à des particuliers comme Peugeot-Citroën) ou publiques (qui appartiennent tout ou en grande partie à l’État).
2. Le choix de la combinaison productive
a. Les facteurs de production
On trouve deux grandes familles de facteurs de production qui sont le travail et le capital.

En ce qui concerne le travail l’entreprise va devoir recruter de la main-d’œuvre pour pouvoir produire. Le travail peut être qualifié ou non-qualifié, d’exécution, de conception ou de direction. Il y a différents niveaux de hiérarchie mais aussi de responsabilités.

L’ensemble des biens et services utilisés pour produire forme le capital technique. En ce qui concerne le capital, les différences sont essentielles, on distingue le capital :
Matériel (machines, bâtiments, outils…) ou immatériel (énergie, logiciel).
Fixe : ce sont tous les biens qui vont servir plusieurs fois, pour une durée supérieure à un an (machines, outils, logiciel).
Circulant : ce sont les biens ou les services qui vont être détruits ou transformés durant le processus de production, ou qui vont durer moins d’un an (matières premières, énergie…).

L’achat de capital fixe par une entreprise est appelé investissement productif, lorsqu’elle achète du capital circulant, l’entreprise fait une consommation intermédiaire.
b. La combinaison productive
L’entreprise va devoir combiner ces facteurs de production pour pouvoir produire au moindre coût. Si son coût de production est minimal, le bénéfice lui sera maximal.
La combinaison optimale dépend donc du prix des facteurs de production, s’ils changent l’entreprise peut faire évoluer sa combinaison.

Dans les pays développés, le prix du travail est élevé (du fait des salaires mais aussi surtout des cotisations sociales), l’entreprise choisit donc de remplacer du travail par du capital, on dit qu’il y a substitution du capital au travail. Par exemple, une usine automobile qui robotise ses chaînes de production.
Aujourd’hui, l’entreprise peut aussi avoir le choix de délocaliser sa production dans les pays où les coûts de la main d’œuvre sont moins élevés. On utilisera alors des combinaisons qui utilisent relativement plus de travail bon marché que de capital.
Dans certains cas les facteurs de production ne sont pas substituables, par exemple dans les transports, on a besoin d’un chauffeur de bus et d’un bus, on ne peut pas remplacer les chauffeurs trop chers par des bus, qui les conduirait ? Dans ce cas les facteurs de production sont dits complémentaires.
3. L'offre des entreprises
Les entreprises vont produire leurs biens pour les vendre à un prix supérieur à leur coût de production. L’entreprise n’a aucune prise sur le prix du marché dans le cadre de la concurrence pure et parfaite, elle va donc uniquement déterminer les quantités à produire en fonction de ce prix.
Si le prix augmente, alors certaines entreprises (qui avaient un coût de production plus élevé) vont devenir rentables ce qui va les encourager à entrer sur le marché. Les quantités produites vont donc augmenter. Cela donne donc une forme croissante à la fonction d’offre qui se détermine selon le prix.

L'essentiel
Il existe une grande diversité des entreprises selon leur taille, leur secteur d’activité ou encore leur forme juridique. Chacune d’elle détermine comment elle va réaliser sa production en combinant différemment ses facteurs de production pour maximiser sa rentabilité. Les quantités offertes sur le marché par les entreprises sont donc croissantes si le prix augmente. 
Synthèse visuelle

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.