La concurrence pure et parfaite - Cours de SES Première pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La concurrence pure et parfaite

1. Présentation des hypothèses
Le modèle de la concurrence pure et parfaite (CPP) se définit par un certain nombre d'hypothèses essentielles et constitue l'un des fondements de la théorie néoclassique. Ce sont ces hypothèses qui permettent de comprendre la détermination du prix sur le marché, le comportement de la firme ainsi que le fonctionnement des mécanismes des marchés.

Ce modèle repose sur cinq conditions :

1. L'atomicité du marché signifie qu'il existe un grand nombre d'agents économiques, tant du côté de l'offre que du côté de la demande, et qu'aucun d'entre eux ne dispose sur le marché d'une dimension ou d'une puissance suffisante pour exercer une action quelconque sur la production et sur le prix considéré.

2. L'homogénéité du produit suppose que toutes les entreprises livrent des produits et services que les acheteurs jugent identiques ou homogènes ; ils n'ont pas de raisons de préférer le produit d'une firme au produit d'une autre firme. Le choix de l'acheteur n'est ainsi guidé que par le prix (document 1).

3. La libre entrée sur le marché signifie que quiconque veut s'adonner à une certaine production peut le faire sans restriction ni délai, pénétrer sur le marché et ainsi concurrencer ceux qui s'y trouvent déjà. Les firmes qui composent l'industrie ne peuvent s'opposer à l'arrivée de concurrents.

4. La parfaite transparence du marché ou information parfaite suppose que les offreurs et les demandeurs soient parfaitement informés des caractéristiques des produits et des prix auxquels ils sont proposés. La parfaite connaissance de tous les facteurs significatifs du marché empêche ainsi que certains profitent d'une information particulière pour manipuler le marché.

5. La libre circulation des facteurs de production
signifie que le capital et le travail doivent pouvoir se déplacer librement à la recherche de la meilleure opportunité de rémunération. Cela suppose donc la libre circulation des capitaux dans le monde ainsi que l'ouverture des frontières aux flux migratoires.

Les trois premières conditions définissent la concurrence pure, c'est-à-dire pure de tout élément de monopole ; les cinq conditions définissent la concurrence « parfaite », ou pure et parfaite. Toutes ces conditions sont assorties de l'hypothèse que l'agent économique est rationnel.
 
Doc. Choix guidé par le prix dans le cas d'une homogénéité relative d'un produit
2. Limites et intérêt du modèle de CPP
Toute économie est un ensemble dont les éléments sont tous interdépendants. De fil en aiguille, on va donc passer de l'équilibre sur un marché à l'équilibre de l'ensemble de l'économie, l'équilibre général.

Le modèle de cet équilibre général, formalisé par Arrow et Debreu dans le prolongement de Walras, ne prétend cependant pas décrire la réalité. Il énonce les hypothèses nécessaires pour que le marché fonctionne parfaitement, c'est-à-dire comme si une force conduisait des agents, régis par leur intérêt particulier, à réaliser, sans le rechercher, l'intérêt collectif (une sorte de « main invisible » selon la métaphore d'Adam Smith).

Cela implique d'une part l'existence d'un commissaire priseur qui formule les offres et les demandes des agents, qui les centralise et les confronte globalement. D'autre part, cela suppose que les agents économiques soient rationnels, qu'ils ne peuvent pas manipuler les prix ni procéder entre eux à aucun échange direct.
Ces hypothèses indispensables à la mise en équation du problème de l'équilibre général confirment que le modèle de concurrence parfaite ne se rapporte, ni de près, ni de loin, à la concurrence telle qu'on se la représente couramment. Il décrit ainsi plutôt une économie centralisée.

Ce modèle offre cependant des atouts certains à la recherche scientifique : la nature même des modèles scientifiques est de chercher à simplifier une réalité complexe. Le modèle de CPP ne conviendrait au fonctionnement réel d'aucun marché mais il en constitue une simplification permettant de tenir un discours globalement vrai sur le fonctionnement des marchés.
Ce modèle n'a pas besoin d'être totalement réaliste pour être confronté à la réalité et ainsi révéler son utilité, notamment s'il parvient à expliquer le fonctionnement réel de certains marchés.

Enfin, on peut estimer que le modèle de CPP est un modèle « idéal et normatif » qui permet de montrer les mesures à prendre pour faire en sorte que la réalité s'en rapproche.
L'essentiel
Le modèle de concurrence pure et parfaite est fondé sur cinq hypothèses fondamentales : l'atomicité du marché, l'homogénéité du produit, une entrée libre sur le marché, la parfaite transparence du marché et des informations,et la libre circulation des facteurs de production.

Ces hypothèses, par leur rigueur, limitent la pertinence du modèle à la représentation de la réalité mais en font un redoutable outil analytique et pédagogique de représentation théorique de l'échange et du fonctionnement des marchés.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents