L'expérience divisionniste - Cours d'Histoire de l'art Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'expérience divisionniste

Objectif 
Evoquer le divisionnisme et la brève et partielle adoption de ses théories par Matisse, en 1904 à Saint-Tropez, comme ultime tâtonnement avant qu'il ne trouve sa propre manière de peindre.
En 1898, le peintre Paul Signac (1863-1935) publie son essai D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme, dans lequel il défend le divisionnisme, appelé aussi pointillisme ou néo-impressionnisme, théorie quasi scientifique qui entend notamment mettre de l'ordre dans l'enthousiasme avec lequel les impressionnistes ont utilisé la couleur pure. Matisse, qui voudrait mieux comprendre et maîtriser ses couleurs, ne peut être insensible à ce genre de recherches. La rencontre avec Signac sera effectivement décisive, mais pour convaincre Matisse d'aller plus loin.
1. Le divisionnisme
Le divisionnisme, en accord, selon ses théoriciens, avec une vision positiviste du monde où la science peut tout expliquer et tout résoudre, est avant tout une réaction contre les débordements « sensualistes » des impressionnistes. Il s'agit, par une division codifiée de la touche picturale en une multitude de points de couleur pure de taille égale, contrastant les uns avec les autres, de solliciter l'oeil du spectateur, qui fera lui-même le mélange optique en prenant du recul par rapport à la toile.

Depuis Georges Seurat (1859-1891), son instigateur, jusqu'à Signac, le divisionnisme produit des oeuvres dans lesquelles Matisse voit tout à la fois un retour du classique dans l'ordonnancement très strict de la composition et un moyen de maîtriser ses épanchements de couleurs, afin de communiquer au mieux son « sentiment ».

Doc. 1. Poseuse de face de Georges Seurat

Matisse dira : « mettre de l'ordre entre les couleurs, c'est mettre de l'ordre dans ses idées ». Il a aussi pressenti, comme les divisionnistes, que la représentation objective de la réalité, le rendu de la fugacité d'une impression ne lui permettront pas d'exprimer sa propre perception de la lumière et des couleurs. En ce sens, Matisse trouve un écho dans les écrits de Signac, qu'il lit probablement dès 1899 et qu'il rencontre en 1901.

2. La rencontre avec Signac
Matisse expose en 1901 au Salon des Indépendants, présidé par Signac. Il y expose à nouveau, en 1904 ; devenu entre temps sociétaire adjoint.

Toujours empêtré dans des difficultés financières, il accepte l'invitation de Signac à le rejoindre dans sa villa de Saint-Tropez pour l'été.

Henri-Edmond Cross (1856-1910), autre peintre et théoricien du divisionnisme, s'y trouve aussi.

Doc. 2. La chaîne des maures de Henri Edmond Cross

Et Matisse retrouve là, pour la première fois depuis plus de cinq ans, la lumière du Sud. Il est à nouveau ébloui, mais il va tenter cette fois-ci d'ordonner, de construire sa sensation colorée, sur les conseils de Signac et de Cross.

Il a déjà peint en 1899 Nature morte, buffet et table, suivant ce qu'il pense alors avoir compris du divisionnisme : compréhension encore lacunaire et expérience sans suite. Désormais, les maîtres du divisionnisme sont là pour l'aiguiller, mais il ressent aussitôt qu'il ne peut pas s'en remettre entièrement à la théorie. Il lui faudrait pour cela brider un instinct qui l'incite à une utilisation plus libre de la couleur. C'est donc au contact de Signac qu'il mesure ce qui l'en sépare (et ce qui le rapproche de Cézanne !).

Pour autant, Matisse a compris, par le biais de ses multiples tâtonnements, dont le recours au divisionnisme n'est que le dernier avatar, ce qui le constitue, ensemble avec son amour de la lumière et de la couleur : le besoin de mesure et d'apaisement. C'est à travers cela qu'il faut comprendre la plus importante des toiles qu'il peint cet été-là.

3. Luxe, calme et volupté
Luxe, Calme et Volupté, tel est le titre que Matisse donnera à cette toile, que Signac achètera au Salon des Indépendants de 1905.
a. La référence à Baudelaire
La référence à Baudelaire (c'est un extrait du poème l'Invitation au voyage, tiré des Fleurs du Mal, 1857) n'est en rien fortuite.

L'admiration que lui voue Matisse tient au fait qu'ils pourraient, l'un comme l'autre, s'abandonner à la volupté et à l'apaisement des sens plutôt qu'à l'évocation des malheurs du monde. Matisse n'est sans doute pas aussi déchiré que Baudelaire, mais il le comprend.

b. La toile Luxe, calme et volupté
La toile représente un groupe de femmes, dont certaines vont au bain ou en reviennent, dans un paysage méditerranéen idyllique, sous un ciel flamboyant.

Le tableau est traité à la manière du divisionnisme, mais la touche est plus large et irrégulière que dans le divisionnisme pur : elle est relativement libre.

Matisse semble avoir voulu laissé à ses couleurs leur autonomie, quand le divisionnisme pur s'appuie sur l'exaltation d'une touche (d'un point) de couleur dominante par une touche de « couleur-contraste » qui lui est soumise.

Le thème hédoniste, la tranquillité lumineuse et sensuelle, les arabesques dessinées par les corps, la stabilité de la composition parlent pour Matisse de son tempérament, partagé entre l'excès et la mesure, cette dernière finissant par l'emporter.

c. Le tournant
Revenu à Paris en septembre 1904, Matisse a compris qu'il doit repousser les limites de la théorie et se fier davantage à son instinct et à ses sensations s'il veut peindre comme il l'entend.

Et c'est naturellement qu'il se tourne, à nouveau, vers Cézanne, qu'il considère comme étant le type même du peintre instinctif, qui avant toute chose s'en remet à ce qu'il ressent.

Le séjour à Saint-Tropez et la brève expérimentation du divisionnisme se fera d'ailleurs en parallèle avec une poursuite de ses recherches d'après Cézanne, en témoignent les deux oeuvres peintes le même été : Nature morte dite au purro I et II, l'une à la manière pointilliste, l'autre « cézannienne ».

L'essentiel

Matisse sait devoir tout explorer pour mieux se trouver. C'est fort de cette certitude qu'il s'intéresse au divisionnisme, de la même manière qu'il a étudié les grands maîtres de la tradition dans les musées et qu'il s'est exercé à l'impressionnisme.

La fréquentation des peintres divisionnistes Signac et Cross à Saint-Tropez aura ceci d'exceptionnel qu'il faudra peu de temps à Matisse pour ressentir les limites de leurs théories. L'ordre que celles-ci prétendent rendre à la peinture post-impressionniste est trop réducteur pour Matisse, car il n'y est question que d'optique et de perception physique.

C'est l'expression du sentiment que recherche Matisse, et la peinture divisionniste paraît souvent bien désincarnée. Cependant, faisant ainsi la preuve de sa capacité à tirer de toute expérience une leçon valable, c'est bien par le biais du divisionnisme, utilisé comme repoussoir, que Matisse entrera dans sa période fauve.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents