Haussmann et les transformations de Paris - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Haussmann et les transformations de Paris

Objectif : Président élu de la IIe République, Louis-Napoléon Bonaparte (Empereur Napoléon III sous le IIe empire) envisage de transformer Paris. Sans avoir l’ambition politique et/ou les moyens de son oncle, Napoléon Ier, il suit son exemple pour donner à la capitale une image à la hauteur de sa puissance, sous l’influence du modèle anglais. Pour ce faire, il impose ses projets au baron Haussmann à qui il confie l’exécution.
Quelles transformations va connaître la capitale ?
1. Un nouveau régime et les premières transformations

Depuis Etienne Marcel, avec les guerres de religion et après les Révolutions de 1789-93, 1830 et 1848, Paris a toujours dû laisser cohabiter siège du pouvoir national et agitations sociales. Après le coup d'Etat du 2 décembre 1851, le nouveau régime en place prend en main la gestion de Paris.

a. Paris entre 1850 et 1860

En 1850, Paris est une ville industrielle de plus d'un million d'habitants, dont beaucoup sont des provinciaux ayant fuit les campagnes pour se rapprocher de l'un des principaux bassins d'emplois français.

Depuis les derniers travaux de l’architecte Ledoux (1736-1806), le développement urbain est chaotique. Le champ est laissé libre aux entrepreneurs, dont les projets en matière d'aménagement urbain pour la construction de leurs fabriques ne sont considérés qu’à travers un souci économique, et non social.

b. Une nouvelle administration

Napoléon III demeure souvent à Compiègne mais le siège effectif du pouvoir impérial et législatif est à Paris. Alors que la capitale est à l’image d’une ville ouvrière et insurgée, l’Empereur a la sérieuse volonté de la rénover.

Nommé préfet de la Seine en 1853, le baron Haussmann procède dans un premier temps à l'annexion d'une douzaine de communes contenues entre Paris intra muros et les fortifications de 1840. La ville gagne encore 300 000 habitants mais sa superficie s'est accrue de 40%.

Dans un second temps, Haussmann réorganise l'administration de la ville dont le pouvoir municipal est réparti entre 20 arrondissements qui tentent de rompre les anciennes solidarités de quartiers.

2. L'haussmannisation de Paris

Napoléon III est très attentif aux propositions de Haussmann : il veut percer de larges avenues en plein cœur de la ville ancienne et selon un plan orthogonal, afin de permettre une meilleure circulation de l’armée, de la police et des troupes en cas d'émeute, toujours dans l’optique de montrer l’autorité du pouvoir.

a. Une rénovation vers l'harmonisation ?

En dix ans, Haussmann fait procéder à la destruction de 25 000 maisons, tandis qu'il promeut la reconstruction de 75 000 immeubles. Ce Paris nouveau s'organise autour des cinq gares qui rayonnent sur la province de sorte que la ville doit proposer aux voyageurs l'image de la splendeur du régime. Conçues comme les nouveaux temples de l'Empire, les gares donnent sur des avenues aérées bordées d'immeubles à sept étages dont l'unité architecturale impose un style nouveau et typiquement haussmannien.

Haussmann s'attache aussi à embellir la représentation du pouvoir : le Palais de justice est totalement rénové, le Louvre est achevé, les Tuileries sont réhabilitées, une nouvelle Préfecture de police est construite, tandis que l'édification d'un nouvel opéra est confiée à Garnier.

b. Les bénéfices des travaux de Haussmann

Les Parisiens ont dû endurer les méfaits d'une restructuration mais une fois le projet mené à terme, toute la population profite d’une ville modernisée et embellie au niveau architectural. Le principal souci était d'ordre sanitaire. En effet, Paris avait été décimé par une épidémie de choléra en 1838.
Grâce à Haussmann, un réseau d’égoûts de plusieurs centaines de kilomètres parcourt le sous-sol de la capitale. Il permet de compléter et d'achever l’effort commencé par l’ingénieur Belgrand sous Louis-Philippe.

Un réseau d'adduction d'eau potable est développé d'où la multiplication des fontaines publiques monumentales. Les Halles sont installées au cœur de la capitale afin d’assurer le ravitaillement d’une population toujours plus nombreuse.

Enfin, la ville est aérée par la création de parcs (Monceau, Montsouris, Buttes-Chaumont) et de bois à sa périphérie immédiate (Boulogne et Vincennes), selon un modèle londonien.

Napoléon III et Haussmann ont imposé un style architectural à Paris sans se soucier de la préservation patrimoniale… Les principales grandes villes de province ont suivi ce schéma directeur d'aménagement : Lyon et Marseille ont également vu leurs paysages urbains familiers s'améliorer sensiblement pour une meilleure qualité de vie.

L'essentiel

Napoléon III a l’ambition de transformer Paris qui est alors une ville industrielle d’un million d’habitants dont beaucoup de provinciaux en quête de travail. La ville voit peu à peu sa population augmenter, gagne de la superficie et s’organise en arrondissements.

De larges avenues sont percées pour faciliter la circulation en centre ville. A présent, la capitale compte cinq gares et de nombreux monuments sont rénovés (le Palais de justice, le Louvre, les Tuileries ; l’Opéra Garnier est construit…). Les réseaux d’égoût et d’eau potable se développent ; des parcs, des bois et les Halles sont créées.

Cette prise en main de la gestion de Paris s’efforce, par l’embellissement et la modernisation, d’en faire un siège à la hauteur de son pouvoir politique.

 

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents