Gargantua : l'auteur et son oeuvre - Maxicours

Gargantua : l'auteur et son oeuvre

Objectifs :
Connaître l’auteur et son œuvre, les dates importantes de sa biographie, les invariants de son œuvre…
1. L'auteur
Doc.1. Portrait de Rabelais

1494 : François Rabelais naît probablement vers cette date. Il est le fils d’Antoine Rabelais, un avocat au siège de Chinon, sénéchal de Lerné.

Peu d’éléments concernant sa jeunesse sont vérifiables, mais il est très probable que le jeune Rabelais soit élevé dans ce milieu de la bourgeoisie aisée, dans la campagne de Touraine, où il reçoit un enseignement classique en latin : le trivium (langue, discours, rhétorique) et le quadrivium (mathématiques, sciences et musique). Il est possible que les parents aient décidé de confier leur dernier-né, François, à l’abbaye de Seuilly, tenue par un membre de la famille.

Vers 1510, au sortir de l’école, il est novice dans le monastère de la Baumette, dans lequel il étudie la théologie. Il est aussi envisageable qu’il ait étudié, parallèlement, le droit.

1520 : Rabelais rejoint l’ordre franciscain, fondé par François d’Assise, en Vendée. Devenu moine, il s’adonne aux études avec passion : L’antiquité gréco-latine ; le latin et le grec ; les sciences ; les questions d’actualité que sont le mariage et le statut de la femme…

1524-1530 : Renonçant à un vœu d’ignorance et préférant la soif de savoir (l’enseignement du grec était peu apprécié par exemple, par la Sorbonne représentant le centre conservateur des dogmes de l’église), il change d’ordre et rejoint les bénédictins, l’ordre de Saint Benoît. Il entre alors en contact avec de nombreux humanistes et intellectuels, et fréquente les universités, devenant prêtre séculier. Il étudie la médecine à Paris (où il a une liaison dont naitront deux enfants), puis Montpellier.

1530-1532 :
Rabelais poursuit ses études de médecine et est nommé médecin à Lyon (centre intellectuel, moins soumis aux pressions de la censure parisienne), deux ans plus tard. Il se lie avec de grands humanistes : Budé ; Erasme ; Dolet… Il publie des traités critiques de médecine avec ses proches, protégés par l’évêque Du Bellay, oncle du poète du même nom qui deviendra protecteur à son tour de Rabelais.

Doc. 2. Portrait d'Erasme de Rotterdam


1532 : Sous le couvert du pseudonyme et anagramme Alcofribas Nasier, Rabelais publie Pantagruel. Son premier ouvrage relève d’une tradition folklorique populaire (le thème du gigantisme, du carnaval, du banquet…) et d’une volonté humaniste de redécouvrir une autre forme de pensée chrétienne.

1534 : Fort de son premier succès populaire malgré la censure de la Sorbonne, Rabelais publie Gargantua, une reprise de chroniques sur le même géant. Il retrace la vie du père de Pantagruel. Le récit mêle une parodie comique des récits épiques médiévaux, et une philosophie profondément humaniste qui critique les excès de la religion, la démesure des guerres, les principes d’éducation hérités du moyen-âge…

1534-1552 : Rabelais accompagne Jean du Bellay, cardinal à Rome, auprès du pape Clément VII, qui l’absout de son abandon de l’ordre bénédictin. C’est pour lui l’occasion d’enrichir ses connaissances dans ce lieu imprégné de culture antique. De retour à Lyon, il pratique la médecine puis revient quelque temps à la cure (curé de Medon et Saint Christophe-du-Jambet en 1850-1852).
Il publie sous son propre nom Le Tiers Livre (1546) et Le Quart Livre (1552), évidemment censurés pour hérésie (croyance en opposition avec les dogmes de la Sorbonne).

1552-1553 : Obtenant un privilège royal ou une protection du cardinal, il revient à Paris, où il meurt, laissant incomplet son Cinquième Livre dont certains doutent qu’il soit vraiment de lui.
2. L'oeuvre
a. Contexte de parution
L’humanisme
L’œuvre de François Rabelais est profondément ancrée dans un mouvement humaniste de retour vers la noble Antiquité et de refus des temps gothiques médiévaux.

- Les belles lettres : le retour en force des lettres dites classiques par les grands traducteurs hellénistes met en lumière une soif de culture représentative de l’époque. Il s’agit de refuser l’autorité écrasante de la Sorbonne interdisant l’accès au grec et à l’hébreux (et surtout la relecture et traduction du nouveau testament dans la langue). Les conséquences sont capitales puisque l’humanisme s’affranchit d’une tutelle écrasante, et de Dieu pour offrir un monde nouveau dans lequel l’homme est plus indépendant.

- Le savoir :
le mouvement humaniste n’a de cesse de permettre l’approfondissement des connaissances humaines dans tout domaine, des valeurs humaines respectant la morale et le droit de l’homme. Ainsi, l’éducation de l’homme est repensée vers une ouverture des savoirs concrets, un besoin de réflexion, un souci de respect de la vertu et des principes moraux.

L’évangélisme

L'évangélisme est un mouvement qui dénonce les excès de l’église, dans certaines pratiques douteuses comme les indulgences (pardons achetés par les fidèles). Le mouvement va de pair avec la volonté d’un retour au texte, pour permettre l’accès des textes purs à tous les catholiques. Il s’agit d’une relecture censurée par la Sorbonne qui aboutira à des mouvements d’une violence ineffable (L’affaire des placards et les massacres de la Saint Barthélémy comptabilisant des milliers de morts parmi les protestants.)

La Réforme
 
Luther, puis Calvin proche des humanistes et évangélistes vont plus loin et rompent avec l’église au sujet houleux de la grâce et du salut de l’homme, accordés par élection, posant l’homme comme corrompu et vil. Il ne peut échapper à sa condition déchue et doit se vouer à Dieu en agissant bien, en vertu d’une grâce divine qu’il reçoit comme élu.

Si Rabelais sympathise avec les mouvements de la renaissance, il est avant tout proche de l’humanisme optimiste dans le sens où sa confiance en l’homme est manifeste, dans sa capacité de réflexion, d’amour de la vie…
b. Pantagruel
Rappel
Pantagruel est le premier livre de Rabelais, se nourrissant d’une trame populaire issue du folklore. Cette trame narrative exploite le thème du gigantisme et de ses attributs monstrueux (l’appétit, les excréments, le sexe…) ; le thème de la naissance extraordinaire et celui d’un parcours initiatique et guerrier relevant d’une parodie épique. Rabelais renouvelle le procédé du carnaval, inversant les valeurs : les représentants de l’ordre deviennent des marionnettes ridicules ; les défenseurs de la Sorbonne déguisent sous une apparence de savoir une paillardise sans pareille…
Derrière cette dérision, le géant n’est pas seulement l’outil d’une satire acerbe mais figure aussi l’homme nouveau.

Résumé rapide
Pantagruel fait le tour des universités qu’il taxe de pédantes, livresques et inutiles. Il recherche un savoir conforme aux idées humanistes. Il rencontre Panurge, un habile et rusé personnage qui l’aide à gagner une renommée brillante en remportant une controverse lors d’un débat.

Pantagruel vient en renfort aider son père dont le pays est menacé par les Dipsodes. Il remporte divers combats et duels. Il poursuit sa conquête guerrière et protège ses hommes d’une pluie diluvienne, sous sa langue. Le narrateur, enfoui dans la bouche du géant y découvre un monde nouveau fait de « paix, joie santé, faisant toujours grande chère ». Il apprend la victoire du géant, qui tombe malade mais le narrateur promet une suite pantagruélique
c. Gargantua
Rappel
Gargantua est écrit deux ans après le succès de Pantagruel, mais le temps de la narration est antérieur au premier roman, puisque Pantagruel est le fils de Gargantua. C’est plus tard que l’auteur décide que Gargantua va devenir le premier récit d’une suite romanesque.
Gargantua se situe dans la filiation de Pantagruel comme le mentionne le prologue adressé aux « pantagruelistes ».

Résumé rapide
Gargantua naît par l’oreille gauche de sa mère Gargamelle et réclame déjà à boire, ce qui lui vaut l’imposition de son nom (« Que grand tu as » devient « Gargantua »). Il suit une éducation héritée de la scolastique médiévale par les maîtres Thubal Holopherne et Jodelin Bridé. Le système éducatif s’avère inefficace et même régressif puisque son comportement sauvage le réduit à une vie animale et son incapacité de raisonner le peine.

Son père le confie alors à un maître humaniste Ponocrates qui lui propose une éducation morale, intellectuelle, physique et guerrière. Au moment où le géant est un homme honnête et un guerrier accompli, il doit revenir auprès de son père assailli par les hommes de Picrochole. Aidé du frère Jean des Entommeures, Gargantua remporte victoire et se montre généreux envers ses ennemis et envers les siens notamment frère Jean, pour lequel il construit l’abbaye de Thélème, une abbaye utopique, raffinée et libre, répondant aux idéaux de la Renaissance.
L'essentiel
Les repères biographiques concernant l’auteur ne manquent pas de faire écho à la lecture de ses récits : entre fantaisie et foi, dénonciation satirique et humanisme optimiste, entre rire et philosophie…

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.