Contrôle social et conformisme - Maxicours

Contrôle social et conformisme

La société, pour fonctionner correctement, a besoin d’individus qui respectent les normes et les valeurs dominantes. Comment les individus sont-ils poussés à être conformes aux attentes de la société ?
1. Comment s’exerce le contrôle social ?
La société fait peser sur les individus des contraintes afin qu’ils soient conformes ; ces contraintes ne sont pas toujours perceptibles.
a. Une contrainte interne
• Tout d’abord, les individus sont poussés à respecter les règles sociales de par leur socialisation. En effet, durant ce processus qui dure toute la vie, les individus apprennent à vivre en société en intégrant les normes et les valeurs dominantes afin de pouvoir s’intégrer correctement. Les individus apprennent donc à se comporter correctement, se donnent des obligations morales. Ainsi, cela les pousse à être conformes aux attentes des autres sans même quelques fois s’en apercevoir.

L’opinion publique relayée par les médias permet aussi de contrôler les individus. Ceux-ci sont influencés par les sondages et les enquêtes qui sont relayés largement par les médias et qui leur expliquent ce que la majorité de la population est censée aimer, voter ou encore consommer. La publicité omniprésente véhicule aussi des normes et des valeurs qui influencent nos comportements (problème des mannequins et de l’anorexie chez les jeunes filles).
La télévision présente aussi des films, des séries mais encore des jeux qui véhiculent là aussi des normes et des valeurs (par exemple certains jeux où le but est « d’exclure » l’autre parce qu’il ne sait pas répondre, ou parce qu’il est trop fort). Les individus vont donc se sentir contraints eux aussi d’adopter ces comportements qui semblent dominants, de vouloir s’y conformer (la mode par exemple).
b. Une contrainte externe
Les contraintes externes sont pour la plupart des sanctions ; il en existe plusieurs sortes :

sanctions formelles (document 1) qui sont données par des personnes ayant qualité pour le faire (un juge qui envoie une personne en prison, un professeur qui donne des heures de retenue), ou informelles qui sont données par l’ensemble de la population (réprobation, moquerie, etc.),

sanctions négatives (prendre une gifle, aller en prison) ou positives (un sourire, un encouragement),

sanctions sociales (être exclu d’un groupe), économiques (amende, promotion), physiques (une gifle), surnaturelles (damnation ou le salut éternel).

Toutes ces sanctions ont une fonction : outre punir ou récompenser un individu, elles sont nécessaires pour rappeler au groupe qu’il existe des limites ; c’est un rappel à la norme. Cela donne des repères aux individus sur les conduites à suivre.

Il existe de nouveaux moyens de contrôle social externe grâce à la progression des techniques. La surveillance informatique au travail ou par Internet (publicité ciblées), les caméras de surveillance qui sont de plus en plus nombreuses dans les villes mais aussi les téléphones portables ou le GPS, qui permet de savoir exactement où se trouvent les individus, font que la surveillance est plus forte.
2. Le conformisme
a. La volonté de ne pas se démarquer des autres
Les individus sont contraints plus ou moins consciemment de suivre les normes et valeurs dominantes d’une société. Ils veulent être conformes pour pouvoir s’intégrer à la société, éviter le rejet et la réprobation. Cette volonté peut pousser les individus très loin.

Afin de mettre en évidence ces phénomènes, Stanley Milgram, en 1974, propose une expérience devenue célèbre : les individus sont invités à administrer des chocs électriques à un cobaye (complice de l’expérience, les chocs ne sont pas réellement administrés) pour tester sa mémoire. À chaque erreur, le cobaye subit une décharge de plus en plus forte, jusqu’à 450 V, c'est-à-dire un « choc dangereux » comme indiqué sur la machine. Le but réel est de savoir jusqu’où les individus sont capables d’aller. Les psychiatres pensaient que le choc moyen administré ne dépasserait pas 130 V et que personne n’irait au bout. Dans le cas où l’individu et le cobaye n’étaient pas dans la même pièce, le choc moyen administré fut de 405 V et 65 % des individus sont allés jusqu’au bout au risque de tuer le cobaye.

Cette expérience montre bien la volonté de conformisme qui aboutit ici à l’obéissance quasi aveugle au scientifique. Milgram utilise ces résultats pour expliquer comment des milliers d’Allemands ont collaboré au génocide juif.
b. Le non-conformisme
Certaines sociétés exercent un contrôle social plus fort que d’autres ; tel est le cas au Japon par exemple, où la peur de la réprobation sociale y est très importante.
Cela n’empêche pas les comportements anticonformistes. Le conformisme conduit à un certain mimétisme, les individus faisant tout pour se ressembler. Ainsi, certains préfèrent au contraire se démarquer, que ce soit sur le plan vestimentaire (comme c’est le cas chez certains jeunes japonais), sur le plan des idées et des comportements…

Cet anticonformisme est souvent mal vu par le reste de la société, les individus peuvent être étiquetés comme déviants. Mais cette déviance peut être source de changement social ou de grandes réalisations (les peintres impressionnistes au 19e siècle étaient raillés par les peintres académiques). En 1971, 343 femmes célèbres signent un manifeste paru dans le Nouvel Observateur où elles avouent avoir eu recours à l’avortement clandestin ; cela permettra, entre autres manifestations, d’amener à la légalisation de l’avortement en 1974.
L'essentiel
La plupart des individus dans une société font preuve de conformisme, c'est-à-dire qu’ils font tout pour ne pas se démarquer des autres pour pouvoir s’intégrer. La société facilite ces comportements grâce à un contrôle social interne (quasiment invisible pour les individus) mais aussi externe notamment à l’aide de sanctions. Mais ce conformisme est rejeté par une partie des individus ; cela peut être bénéfique pour le changement social.
Synthèse visuelle

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.