Bel-Ami : Lecture méthodique : L'incipit - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Bel-Ami : Lecture méthodique : L'incipit

Toutes les références renvoient à l'édition suivante :
MAUPASSANT, G. de, Bel-Ami, GF Flammarion, 1999.

 

1. Le passage
   « Quand la caissière lui eut rendu la monnaie de sa pièce de cent sous, Georges Duroy sortit du restaurant.
   Comme il portait beau, par nature et par pose d'ancien sous-officier, il cambra sa taille, frisa sa moustache d'un geste militaire et familier, et jeta sur les dîneurs attardés un regard rapide et circulaire, un de ces regards de joli garçon qui s'étendent comme des coups d'épervier.
    Les femmes avaient levé la tête vers lui, trois petites ouvrières, une maîtresse de musique entre deux âges, mal peignée, négligée, coiffée d'un chapeau toujours poussiéreux et vêtue toujours d'une robe de travers, et deux bourgeoises avec leurs maris, habituées de cette gargote à prix fixes.
    Lorsqu'il fut sur le trottoir, il demeura un instant immobile, se demandant ce qu'il allait faire. On était au 28 juin, et il lui restait juste en poche trois francs quarante pour finir le mois. Cela représentait deux dîners sans déjeuners, ou deux déjeuners sans dîners, au choix. Il réfléchit que les repas du matin étant de vingt-deux sous, au lieu de trente que coûtaient ceux du soir, il lui resterait, en se contentant des déjeuners, un franc vingt centimes de boni, ce qui représentait encore deux collations au pain et au saucisson, plus deux bocks sur le boulevard. C'était là sa grande dépense et son grand plaisir des nuits, et il se mit à descendre la rue Notre-Dame-de-Lorette.
    Il marchait ainsi qu'au temps où il portait l'uniforme des hussards, la poitrine bombée, les jambes un peu entr'ouvertes comme s'il venait de descendre de cheval ; et il avançait brutalement dans la rue pleine de monde, heurtant les épaules, poussant les gens pour ne point se déranger de sa route. Il inclinait légèrement sur l'oreille son chapeau à haute forme assez défraîchi, et battait le pavé de son talon. Il avait l'air de toujours défier quelqu'un, les passants, les maisons, la ville entière, par chic de beau soldat tombé dans le civil. »

 

2. Présentation du passage
L'incipit est le début du roman (en général, la première page). Nous étudions ici les quatre premiers paragraphes de Bel-Ami.

Comme tout bon incipit, ce passage répond aux questions du lecteur (questions qui permettent d'entrer dans le roman) : Qui est le personnage ? Où et quand se passe l'action ? De plus, Maupassant met en scène son personnage, Georges Duroy, et dresse son portrait.
Deux axes de lecture se dégagent alors : la mise en place du récit et le portrait du héros.

 

3. Les axes de lecture
Le narrateur est omniscient. Il sait tout du personnage (son passé, l'état de ses finances, ses préoccupations), que ce soit d'un point de vue interne (les pensées de Duroy) ou externe (ses actions, ses gestes). Le récit est à la troisième personne. Il donne son point de vue (« Il avait l'air de toujours défier quelqu'un ») et commente les actions de Duroy (« C'était là sa grande dépense et son grand plaisir des nuits »).

 

a. La mise en place du récit
L'incipit met en place le cadre du récit, avec l'évocation du lieu et de l'époque de l'action, du personnage principal du roman.

La première phrase plonge directement le lecteur dans l'action (« Quand la caissière lui eut rendu la monnaie de sa pièce de cent sous, Georges Duroy sortit du restaurant »). Le nom du personnage est émis dès la première phrase.

Les indications sont elliptiques : une date est donnée (le 28 juin) mais sans indication d'année. La rue est nommée mais sans indication de ville. C'est au lecteur de chercher d'autres indices pour trouver les réponses.

L'évocation de l'état des finances de Duroy (« il lui restait juste en poche trois francs quarante pour finir le mois ») et le prix des repas (« les repas du matin étant de vingt-deux sous, au lieu de trente que coûtaient ceux du soir ») peuvent permettre de délimiter l'époque de l'action. De même, les mots « gargote » et « chapeau haut de forme » permettent de situer l'époque : il s'agit de l'époque de la date de parution du roman.

Duroy est dans la rue Notre-Dame-de-Lorette, dans le 9e arrondissement de Paris, non loin des Grands Boulevards. Un « boulevard » est évoqué. On peut en déduire le lieu de l'action : Paris.

Hormis Duroy, quelques personnages sont évoqués (les six femmes de la gargote, la caissière) mais Maupassant ne s'attarde pas à les décrire : le lecteur comprend que Duroy est le personnage principal.

 

b. Le portrait de Duroy
Tout d'abord, Maupassant, dans le deuxième paragraphe, fait une description physique de Duroy.
Le personnage est présenté comme un bel homme (« il portait beau », « joli garçon »).
Le personnage, de par son allure et ses gestes, a une attitude de supériorité et de domination (« il cambra sa taille, frisa sa moustache d'un geste militaire et familier, et jeta sur les dîneurs attardés un regard rapide et circulaire »).

Après le portrait physique, Maupassant dresse un portrait moral de Duroy, en mettant en avant, par l'évocation de son allure, un trait de caractère : le désir de dominer et de séduire.

Dès le troisième paragraphe, les femmes sont séduites par Duroy (« Les femmes avaient levé la tête vers lui »), qui en est conscient (il jette « un regard rapide et circulaire, un de ces regards de joli garçon qui s'étendent comme des coups d'épervier »).

Le personnage est montré en action (« il avançait brutalement », « poussant les gens », il « battait le pavé de son talon »). Les verbes d'action montrent l'aspect brutal et hautain du personnage (« il avait l'air de toujours défier quelqu'un »).

Un autre aspect est mis en avant : son rapport avec l'argent.
Les réflexions de Duroy sur la gestion de ses derniers sous montrent que l'argent est un problème central chez lui.
Le champ lexical de l'argent est omniprésent dans cet incipit (« la monnaie », « pièce de cent sous », « trois francs quarante », « caissière », « restaurant », «un franc vingt centimes », « boni », « grande dépense »), ce qui esquisse l'importance du thème de l'argent dans le roman et l'obsession de Duroy de s'enrichir.

Le passé militaire de Duroy est mis en avant (« par nature et par pose d'ancien sous-officier », « frisa sa moustache d'un geste militaire », « Il marchait ainsi qu'au temps où il portait l'uniforme des hussards »). Cela suggère un personnage au caractère droit et sérieux.

On a là les prémices de traits de caractère de Duroy, traits qui vont s'affirmer tout au long du roman.

 

4. Conclusion
A partir de cet incipit, on peut faire l'hypothèse des grandes orientations du roman : Duroy est un beau jeune homme, fier et ambitieux, ayant peu d'argent mais une grande soif de réussir et de séduire. C'est un personnage conquérant.
L'incipit donne des indices au lecteur pour percevoir la suite du roman et ses orientations.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents