Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Exercices et Cours de Mathématiques, Français, Anglais...

Première visite
Je m'abonne !




  Français  

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Français. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Français, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Français / 2de
Les Confessions : Les personnages  
  • 1. Les personnages principaux
    • Jean-Jacques Rousseau : protagoniste,...
    • Les parents de Jean-Jacques Rousseau
    • Les Bernard
    • Les Lambercier
    • Melle Goton et Melle de Vulson
    • M. Ducommun : maître graveur de...
    • Mme de Warens
  • 2. Les rencontres
    • Mme Basile
    • Mme de Vercellis et Marion
    • M. Gaime
    • Le comte de Gouvon
    • Pierre Bâcle
    • M. d’Aubonne
    • M. Le Maître
    • Venture de Villeneuve
    • Melle Galley et Melle de Graffenried
    • Melle du Châtelet
    • M. Rolichon
    • Claude Anet
    • Mme de Larnage
    • Wintzenried

 1. Les personnages principaux
Jean-Jacques Rousseau : protagoniste, narrateur et auteur des Confessions
Bien que lié à son époque, ce personnage reste proche de nous et semble appartenir à une littérature contemporaine qui mêle introspection et psychanalyse. Au travers de ces six livres, la plupart de ces traits de caractère nous apparaît et ce d’autant que dès le préambule, il avait prévu de tout dire, le bon comme le mauvais. Cependant, son comportement est parfois difficile à saisir et mérite d’être légitimé. De plus, il apparaît comme un être complexe et inconstant : son caractère « flottant entre la faiblesse et le courage, entre la mollesse et la vertu, [le met] jusqu’au bout en contradiction avec lui-même » (p. 58). C’est même un intérêt majeur de la lecture des Confessions : la découverte des multiples facettes de sa personnalités ; ce personnage dont les bizarreries et les folies semblent surprenantes reste singulièrement proche de son lecteur.
 
Le portrait du personnage de Jean-Jacques nous est peint avec précision : il débute à l’enfance, détaille sa sexualité et ses travers, dévoile ses fautes morales, ses faiblesses, ses échecs sentimentaux ou sociaux, ses ridicules. Rousseau n’a pas dressé le portait d’un héros qu’il faudrait admirer pour son caractère exemplaire et parfait mais a essayé de faire « le seul portrait d’homme peint exactement d’après nature et dans toute sa vérité » (p. 32) ; soit ce que l’on peut considérer, à l’instar de l’auteur, comme un ouvrage qui « peut servir de première pièce de comparaison pour l’étude des hommes » (ibid.) . Pour ce faire, il a saisit ce qui constitue l’essence même de l’humanité soit sa médiocrité dans le sens premier du terme qui est un mélange de grandeur et de petitesse. C’est en insistant sur les deux extrêmes et surtout sur les bassesses ainsi qu’en disant l’insignifiant que Rousseau a rendu les menus faits de sa vie dignes d’intérêt. L’originalité de ce discours sur soi fait de l’auteur des Confessions un contemporain auquel on s’attache puisque le lecteur y découvre un enfant qui devient progressivement adulte sous ses yeux.  
Les parents de Jean-Jacques Rousseau
Sa mère, Suzanne Bernard, citoyenne et fille du ministre Bernard, meurt en accouchant de Jean-Jacques le 28 juin 1712. On sait peu de choses sur cette femme ; Isaac Rousseau, le père de Jean-Jacques, la rencontre à 8 ans mais n’étant pas de la même condition sociale il ne peut se marier avec elle. Il part en voyage et à son retour, est toujours amoureux d’elle. Le frère de Suzanne, Gabriel Bernard épouse une des sœurs d’Isaac et permet le mariage de  Suzanne et d’Isaac, citoyen horloger de Genève. Ils auront un premier fils plus âgé que Jean-Jacques de 7 ans qui étudie la même profession que leur père ; négligé à la naissance de Jean-Jacques, il se sauve et ne donne plus de nouvelles. Isaac, après une querelle avec le capitaine de France, M. Gautier, doit s’exiler de Genève en 1722. Jean-Jacques reste alors sous la tutelle de son oncle maternel, Gabriel Bernard, qui a un fils du même âge, Abraham.
Les Bernard
Ils veillent sur Rousseau et l’entourent de soin tout en le laissant très libre. Ils ne bénéficient pas d’un portrait exhaustif puisque Jean-Jacques sera mis en pension chez les Lambercier avec son cousin. Il s’attache particulièrement à son cousin duquel il va être inséparable pendant près de cinq ans lors de leur séjour à Bossey. 
Les Lambercier
M. Lambercier, pasteur et ministre, apparaît comme un bon professeur qui leur fait mener une vie champêtre et innocente à l’abri de toute sévérité.
Sa sœur leur enseigne le catéchisme et a pour les enfants l’affection et l’autorité d’une figure maternelle. Rousseau l’aime beaucoup et s’afflige des réprimandes qu’elle pouvait lui fair
...
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour la voir en intégralité !