Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Le journal télévisé  
  • 1. Les structures générales
  • 2. Les reportages

Objectif : mettre en évidence l’articulation générale d’un journal télévisé national et définir les caractéristiques du type de montage opéré dans les nombreux reportages qui jalonnent de tels journaux.

Les rédactions des grands journaux télévisés nationaux ont plus que jamais deux préoccupations principales difficilement conciliables, elles sont partagées en effet par la volonté de proposer un programme de qualité et par le désir compréhensible de rassembler le plus grand nombre de spectateurs possible : elles sont donc partagées entre des exigences commerciales et d’autres plutôt éthiques. Bien évidemment, les responsables des journaux du service public refusent d’admettre qu’ils sont sensibles aux impératifs économiques, ils revendiquent une totale indépendance professionnelle et affirment ne jamais avoir cédé aux tentations des sujets racoleurs. Il y a effectivement peut-être, dans une certaine mesure, un peu plus de retenue de leur côté. Cela dit, du point de vue de leur forme, les journaux du public et du privé se ressemblent étrangement (ce qui n’est pas innocent).

1. Les structures générales

Le choix des sujets d’un journal télévisé est déterminée par la rédaction en fonction de l’actualité bien évidemment, mais aussi dans une certaine mesure par la sensibilité politique des journalistes ou de la chaîne de diffusion (plus ou moins prononcée). Si l’actualité est brûlante, si un événement est particulièrement important, il va occuper une grande partie du journal. Si en revanche, rien de remarquable n’est à signaler, l’ensemble sera beaucoup plus hétérogène et dispersé. Cela dit, quelle que soit l’importance de l’actualité, le nombre de reportages est peu variable d’un grand journal à l’autre : même si un événement essentiel occupe une grande partie du programme, il sera décomposé en plusieurs reportages (ou bien en une série de reportages, d’interviews, de comptes rendus d’envoyés spéciaux ou d’analyses – ce qui est déjà plus rare), il fera donc l’objet de différentes approches. On peut compter entre 25 et 30 séquences pour un journal d’une quarantaine de minutes.

Pour cette raison, les reportages sont très brefs : ainsi les spectateurs n’ont pas besoin de faire preuve d’une concentration soutenue dans la durée et les journalistes n’ont pas le temps d’approfondir les problèmes. Les questions difficiles sont abordées mais survolées, la rédaction parvient ainsi à concilier (avec mauvaise foi) exigences éthiques et commerciales. Néanmoins certains journaux traitent rapidement les sujets délicats et peu vendeurs, ou les abordent par des aspects plus racoleurs (les faits divers), et privilégient les reportages sur les régions, les traditions, etc. Les journaux sont alors plutôt des magazines (tout particulièrement à 13 heures).   

La présence d’un journaliste est systématique dans les grands journaux nationaux, plus rare dans les formules plus courtes. Ce journaliste assure les transitions entre les différents reportages (l’alternance est régulière et équilibrée), il peut aussi interroger un spécialiste sur le plateau ou donner la parole à un envoyé spécial en direct (face à une seule caméra) sur les lieux d’un événement

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte