Molière (1622-1673) - Cours de Français avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Molière (1622-1673)

Objectif : La comédie, au sens de « pièce destinée à faire rire », connaît une véritable crise durant la première moitié du XVIIe siècle. La tragédie est alors le genre à la mode. Il faudra attendre Molière pour que la comédie connaisse le succès et rivalise avec la tragédie.


Acteur, directeur de troupe et auteur, Molière est une figure mythique du théâtre auquel il a consacré toute sa vie.

1. La naissance d'une vocation (1622-1643)
Né le 15 janvier 1622, Jean-Baptiste Poquelin, fils aîné de Jean Poquelin, aurait dû exercer le métier de son père, qui est tapissier du Roi. Mais après des études au collège jésuite de Clermont et une licence de droit, il renonce finalement à une vie bourgeoise de marchand ou d’avocat pour se consacrer à sa passion, à savoir le théâtre.
Cette vocation est née au contact des comédiens qu’il allait applaudir dés qu’il le pouvait avec son grand-père, que ce soit dans les rues du quartier du Pont-Neuf, au Théâtre du Marais, ou à l’Hôtel de Bourgogne. Jean-Baptiste, qui se fait désormais appeler Molière, décide alors de fonder avec la comédienne Madeleine Béjart, sa compagne, sa propre troupe : L’Illustre Théâtre.

2. La troupe itinérante (1645-1658)
Après des déboires parisiens qui valurent à Molière un séjour en prison, Molière et Madeleine Béjart s’engagent dans une troupe ambulante et arpentent les routes du sud ouest. Très vite, Molière s’impose comme chef de troupe puis comme auteur. La troupe réussit à se faire connaître en jouant des pièces d’auteurs contemporains ou de petites créations de Molière, lui-même. Elle parvient ainsi à obtenir la protection du duc d’Epernon (gouverneur de Guyenne) et du prince de Conti (gouverneur du Languedoc). Après treize années en province, dont un séjour à Lyon puis à Rouen, Molière, ayant obtenu le soutien de Monsieur (frère du Roi) rentre à Paris.
3. Paris : le temps du succès et des épreuves (1658-1673)
a) Les triomphes

 En 1658, le succès du Docteur amoureux, farce de Molière, rachète l’ennui suscité par la tragédie de Corneille, Nicomède. Le Roi est conquis et offre à la troupe de Molière de jouer en alternance avec les Italiens à la salle du Petit-Bourbon. Le triomphe des Précieuses ridicules en 1659 et de L’Ecole des femmes en 1662 achèvent de consacrer la célébrité de Molière, qui s’installe dans la salle du Palais-Royal. Mais le temps de la consécration amène aussi avec lui celui de la contestation, des querelles et des jalousies…

b) A partir de cette 1662, les cabales se succèdent

L’Ecole des femmes soulève une série de contestations de la part des dévots, des doctes ou encore des confrères jaloux. Molière répond à ces accusations dans deux courtes pièces : La Critique de l’Ecole des femmes et L’Impromptu de Versailles.

Tartuffe (1664) déclenche aussi une levée de boucliers dans le parti dévot et en particulier à la compagnie du Saint Sacrement. La pièce sera interdite et ne sera reprise que quatre ans plus tard.

Quant à Dom Juan, écrite un an plus tard (1665), loin de calmer les esprits contestataires, la pièce les ranime. Les dévots crient une nouvelle fois au scandale et la pièce sera suspendue après treize représentations.

c) Les dernières années
Molière perd son père, son mariage avec Armande (sœur ou fille de Madeleine) évolue très mal, et son troisième enfant meurt peu de temps après sa naissance. Molière lui-même tombe malade. Même le Roi, qui fut toujours un soutien pour Molière, montre désormais sa préférence pour Lully. Toutes ces difficultés engendrent chez Molière une amertume qui s’exprime dans sa pièce écrite en 1666 : Le Misanthrope ou l’atrabilaire amoureux.

Les dernières années sont marquées toutefois par de très grandes pièces qui témoignent de la diversité des sources d’inspiration de Molière. Parmi celles-ci, on peut retenir : Les Fourberies de Scapin (une comédie dans la tradition de la farce), Le Bourgeois gentilhomme (comédie ballet écrite avec Lully ), L’Avare (comédie de mœurs) et  Le Malade imaginaire, sa dernière comédie. Au cours de celle-ci, Molière, qui y tient le rôle d’Argan, est pris d’un malaise. Il décède dans la nuit. En tant que comédien, il n’a pas le droit à des funérailles religieuses. Grâce à l’intervention du Roi, il sera cependant inhumé, mais de nuit et sans messe. Sa mort est à l’image de sa vie qui fut entièrement vouée au théâtre.

4. Les caractéristiques de la comédie de Molière
Molière apparaît comme une figure exceptionnelle dans le domaine du théâtre par la diversité de ses talents et sa capacité à explorer toutes les gammes du comique.

Les comédies de Molière s’inspirent à la fois de la farce française et de la comédie italienne, qui se nourrissent elles-mêmes des auteurs de l’Antiquité. Molière emprunte à la première les thèmes de la jalousie et du cocuage avec leurs équivoques gaillardes et une certaine outrance dans les jeux de scène. Il doit à la seconde la mise en scène des zanni (valets) qui font rire le public par leur lazzi (plaisanteries fondées en partie sur un comique de gestes et de grimaces).

Mais il dépasse cette double influence par sa volonté de hisser la comédie au rang de la tragédie. Pour y parvenir, il attribue au rire une fonction morale : celle de corriger les mœurs (Castigat ridendo mores). En riant des défauts des autres, le public est tenté de s’en détourner. La comédie parvient alors à mêler l’utile à l’agréable, à plaire et instruire conjointement.

Molière dépeint ainsi les ridicules de son temps à travers des personnages enfermés dans leurs manies (Harpagon ne pense qu’à son argent, M Jourdain qu’à devenir noble). Ces personnages deviennent des types qui reflètent aussi les travers de leur époque (dans Les Précieuses ridicules, Molière dénonce la préciosité, dans Tartuffe, il s’en prend aux dévots de son temps).

Toutefois ses plus grandes comédies mettent en scène des personnages complexes qui ne peuvent se laisser enfermer dans une interprétation univoque ni se réduire à une étiquette (Alceste est aussi ridicule que pathétique et touchant, Dom Juan est cynique et cruel mais également fascinant et séduisant).

Le génie de Molière est intemporel : ses pièces font partie des pièces les plus jouées du répertoire français.


Molière résume à lui seul la comédie du XVIIe siècle et sa disparition prive le théâtre comique d’un père qui sera bien difficile à remplacer.

 

 

L'essentiel

Les pièces de Molière offrent un large éventail de tonalités, alliant souvent pathétique et comique.

Le tragique peut être proche du comique comme dans L'école des femmes, Le Tartuffe ou Dom Juan.
La comédie a deux fonctions : plaire et moraliser. La devise de la comédie est d'ailleurs imaginée par un écrivain du XVIIe siècle : castigat ridendo mores (« corriger les mœurs par le rire »).

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents