Marivaux (1688-1763) - Cours de Français avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Marivaux (1688-1763)

Marivaux n’eut certes pas la vie trépidante de Beaumarchais, mais il illustre aussi, à sa manière, le siècle des Lumières, par son goût pour le raffinement et la conversation, son esprit attaché la fois à la raison et au sentiment, sa quête de la vérité et du progrès.

Son nom est resté célèbre puisqu’il est même devenu un nom commun : le marivaudage. Mais la connotation péjorative, souvent associée à cette notion, ne rend pas compte de la subtilité d’une œuvre qui ne fut pas toujours appréciée à sa juste valeur, en particulier par ses contemporains.

Né en 1688 et mort en 1763, Marivaux assiste à la fois à la fin de l’absolutisme, illustré par le Roi Soleil et à la libération des mœurs et des idées au moment de la Régence.

1. La naissance d’une vocation 1688- 1720
a. Une enfance provinciale
Pierre Carlet, qui prendra plus tard le nom de Marivaux, naît à Paris le 4 février 1688 dans une famille de la petite noblesse, et passe son enfance en province, à Riom (Auvergne) où son père est directeur de la Monnaie.
En 1710, il est de retour à Paris, pour suivre ses études de droit, qu’il délaisse rapidement, préférant s’engager dans les débats littéraires de l’époque. Aux côtés de Fontenelle, il prend ainsi position pour les Modernes contre les Anciens, « ces dévots d’Homère ».

b. Le choix de l’écriture et du théâtre
En 1712, il écrit sa première comédie, puis deux œuvres parodiques (Télémaque travesti, et L’Iliade travestie) qui développent une série de critiques sociales et religieuses par le biais d’un registre burlesque.

En 1717, Marivaux se marie avec la fille d’un riche avocat : Colombe Bologne, qui lui assure le confort matériel. Mais la faillite du système financier de Law en 1720, puis la mort de sa femme en 1723, le laissent dans une situation matérielle très précaire. Après avoir envisagé un moment de succéder à son père en reprenant la charge de directeur de la Monnaie à Riom, ou de faire carrière comme avocat au Parlement de Paris, Marivaux choisit finalement de se consacrer à la littérature. S’il arrivera à vivre de sa plume il ne fera toutefois jamais fortune.

En 1720, sa rencontre avec les Comédiens italiens, inaugure une collaboration durable : la troupe, expulsée sous Louis XIV et rappelée par le Régent, trouve auprès de Marivaux, son principal fournisseur en pièces : Marivaux a trouvé sa voie.

2. La passion du théâtre 1720- 1740
La collaboration avec les Comédiens Italiens
En 1720, le succès de sa comédie d’Arlequin poli par l’amour et l’échec de La Mort d’Annibal, qui ne reste à l’affiche que trois soirs, le confirment dans le choix de la comédie. A partir de cette date, Marivaux publie une trentaine de comédies, parmi lesquelles on peut citer : La Surprise de l’amour (1722), La double inconstance (1723), La Fausse Suivante (1724), Le Jeu de l’Amour et du Hasard (1730), Les Fausses Confidences (1737). Toutes ces pièces ont été écrites pour des comédiens précis et en particulier pour l’actrice Silvia Baletti (Silvia dans les pièces) et l’acteur Thomassin dans le rôle d’Arlequin.

Les comédies de Marivaux, au langage raffiné et galant, contribuèrent à renouveler l’image des Comédiens Italiens, tout en conservant ce qui faisait leur succès à savoir, leur gaieté et leur naturel, leur sens du mime et de la gestuelle.

3. Qu’est-ce que le marivaudage ?
a. Définition
Si l’on regarde la définition qu’en donne le petit Robert, celle-ci est plutôt péjorative : 1. Affectation, afféterie, préciosité, recherche dans le langage et le style ;  2. Propos, manège de galanterie délicate et recherchée.

Pourtant, Marivaux s’est toujours défendu d’avoir recherché l’expression authentique et naturelle des sentiments. Dès lors, cette impression de préciosité est à mettre sur le compte du raffinement de la langue utilisée par Marivaux, lui-même adepte de l’art de la conversation. Mondain, Marivaux était en effet un hôte assidu des salons littéraires à la mode, comme ceux de Mme de Lambert, de Mme du Tencin ou de Mme du Deffand. C’est ce langage de la conversation qu’il cherche à rendre le plus naturellement possible dans ses pièces, afin de mettre à nu le jeu de cache-cache auquel se livrent les personnages avec leurs sentiments.

b. Les thèmes
Les pièces de Marivaux développent une série de variations subtiles sur un thème identique, à savoir, la surprise de l’amour, comme le dit d’Alembert dans son Eloge sur Marivaux : Presque toutes comme on l’a dit, sont des surprises de l’amour ; c’est à dire la situation de deux personnes qui s’aimant et ne s’en doutant pas, laissent échapper par tous les discours ce sentiment ignoré d’eux seuls mais très visible pour l’indifférent qui les observe, ... ce qui a pu lasser le public qui l’accuse de n’avoir fait qu’une comédie en vingt façons différentes.
Cette découverte de l’amour passe par le langage et le jeu des travestissements, qui permet de mettre à nu l’amour propre et les préjugés sociaux, comme on peut le voir dans Le Jeu de l’amour et du hasard.

c. Les pièces philosophiques
A côté des comédies amoureuses, qui abordent déjà la question des différences sociales, Marivaux écrit un certain nombre de pièces philosophiques qui se présentent comme des utopies sociales :
- dans L’Ile des esclaves, les valets ont pris la place des maîtres,
- dans La Nouvelle Colonie ou la ligue des femmes, les femmes prennent la place des hommes (alors que L’Ile des esclaves fut un triomphe, cette pièce sera un échec, Marivaux la retire aussitôt et la reprend en 1750 sous le titre La Colonie).

La carrière littéraire de Marivaux trouve sa consécration avec son élection à l’Académie française en 1743, mais tous ses succès attisent aussi les critiques. Les jugements à l’encontre de ses pièces se multiplient, le public prend ses distances et Marivaux se détourne de la scène.

4. Marivaux journaliste et romancier
a. Le journaliste
Parallèlement à l’écriture de ses pièces, Marivaux fonde des journaux, dans lesquels il exprime ses réflexions morales et philosophiques : Le Spectateur français (1721-1724), L’indigent Philosophe (1727) et Le Cabinet du Philosophe (1734).

b) Le romancier
Marivaux écrit aussi deux romans d’apprentissage : La Vie de Marianne (rédigé sur une période de 15 ans et publié en 1731), et Le Paysan parvenu (écrit en 1734-1735), dans lesquels il décrit l’ascension sociale, de Marianne d’une part et de Jacob, d’autre part. Marivaux meurt à l’âge de 75 ans.

Talent de Marivaux qui réussit après Molière à redonner un second souffle à la comédie en inventant une forme nouvelle d’écriture dramaturgique qui s’appuie sur une analyse très fine des ressorts psychologiques et se traduit par un langage raffiné.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents