Le vocabulaire de l'interrogation - Maxicours

Le vocabulaire de l'interrogation

Objectif :
Savoir utiliser et reconnaître le vocabulaire de l’interrogation.

Pour repérer une phrase interrogative, il convient d’identifier, outre la ponctuation, les mots interrogatifs introducteurs et les verbes.

1. Les mots interrogatifs
a. Les adverbes interrogatifs
Combien, comment, pourquoi, quand...

Ils introduisent une interrogation partielle qui concerne seulement une partie de la phrase (et qui attend une réponse précise sur un des éléments de la phrase) : le moment (comment ?) ; le but (pourquoi ?) ; la cause (pourquoi ?) ; la manière (comment ?) ; la quantité (combien ?), le lieu (où ?)…

Exemple :
« Comment choisir la meilleure solution ? » → adverbe qui interroge sur la manière de « choisir une meilleure solution »).

Remarque : « Pourquoi ? » peut rechercher le but mais aussi la cause. Il faut alors bien comprendre et analyser le sens de la phrase :
- Pourquoi a-t-il coupé toutes ses branches ? Il a coupé toutes ces branches pour (dans le but de) construire une cabane dans le jardin. → but
- Pourquoi saignes-tu à la main ? Je saigne à la main parce que je me suis coupé avec un couteau. → cause
b. Les pronoms interrogatifs
Qui, que, quoi, lequel, laquelle...

Ils introduisent une interrogative partielle en remplaçant un groupe nominal précédemment utilisé.

Exemples :
« Je préfère cette race de chien. Laquelle préfères-tu ? » → le pronom « laquelle » remplace « quelle race de chien ».
« Mickaël Jackson est mon chanteur préféré. Qui est ton chanteur préféré ? » → le pronom « qui » remplace le nom d’une personne.
c. Les déterminants interrogatifs
Quel, quelle, quels...

Ils introduisent une interrogation partielle et servent à marquer l’interrogation au sein du groupe nominal.

Exemple :
« De quel département viens-tu? » → Le déterminant « quel » accompagne le nom « département ».
d. La formulation « est-ce que »
La formulation « est-ce que » permet d’introduire une interrogation totale qui porte sur l’intégralité de la phrase et à laquelle on ne répond que par « oui » ou « non ».

Exemple : « Est-ce que tu as compris ? » → réponse  : « oui » ou « non »

L'interrogation introduite par « est-ce-que » n'est pas totale lorsqu'elle donne le choix.

Exemple : « Est-ce que tu préfères le chocolat ou la vanille ? » → réponse : « le chocolat » ou « la vanille »
2. Les verbes introducteurs de phrases interrogatives directes et indirectes
Ils sont l’équivalent du verbe « dire » mais précisent l’intention d’interroger : questionner, demander, interroger, interviewer, sonder...

Exemple : Victor dit : « D’où viens-tu Mina ? »
Le verbe « dire » introduit un discours direct interrogatif. Il peut être remplacé par « questionne, interroge, demande, pose une question, interviewe, teste, sonde… ».

Tout verbe placé avant le sujet (en position inversée = verbe +sujet) peut introduire une interrogative totale.

Exemple : « Vient-il ? » (Réponse « oui » ou « non »)
L'essentiel
Les mots interrogatifs se classent selon leur nature : déterminant, pronom ou adverbe. Les verbes d’interrogation sont nombreux. De plus, un verbe en position inversée (antéposé ou posé avant le sujet) signale aussi l’interrogation.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité