Le lien social est-il en crise ? - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le lien social est-il en crise ?

Considérons quatre sphères de l'intégration : tout d'abord, le travail, le premier grand intégrateur qui donne revenu, statut, identité, relations sociales, puis l'État qui par le biais de l'école et de la protection sociale (État providence) permet la socialisation, la formation, l'assistance et l'assurance, mais aussi la participation politique. Viennent ensuite la famille qui est l'instance de socialisation par excellence et qui tisse un réseau de solidarités important, et enfin la sphère des associations d'entraide, des amitiés, les clubs...

Ces quatre sphères peuvent avoir plus ou moins, suivant les périodes, de capacités à intégrer, ou à exclure. Qu'en est-il aujourd'hui ?
1. Le lien social issu du travail est-il en crise ?
a. Les transformations des emplois engendrent la crise
Après 1945 était apparue une norme d'emploi caractérisée par le plein emploi, des emplois stables, des assurances sociales liées au travail et par un salaire minimum. Mais avec le développement du chômage, des emplois précaires, des temps partiels subis, on peut se demander si la cause des cas d'exclusion actuels ne réside pas dans la dégradation de la condition des salariés. Le lien social en crise aurait alors pour origine : le travail !

Un emploi précaire ne permet pas à l'individu de consommer comme les autres. Il ne peut pas faire de projets à long terme ou encore prétendre à des positions hiérarchiques élevées. Ses relations sociales à l'intérieur de l'entreprise sont limitées et il ne peut pas développer son capital social. La multiplication des travailleurs pauvres pose ainsi un problème d'intégration.
b. Les mutations de l'emploi ne suffisent pas à expliquer la crise du lien social
À l'opposé de cette thèse, on peut dire toutefois que la population active n'est encore que minoritairement touchée par la précarité du travail et que le taux de chômage élevé est accompagné d'une protection sociale (indemnités chômage par exemple) conséquente. La France est ainsi moins exposée à l'exclusion sociale du fait des problèmes d'emploi grâce à son système de protection sociale efficace. Ce n'est pas le cas de pays comme les États-Unis par exemple.
2. L'État et le lien social
a. L'État dissout-il le lien social ?
Dans notre société, l'État a joué un rôle important dans la construction volontaire de la nation et du lien social. Les contributions de l'État sont nombreuses : l'école publique encadre aujourd'hui 15 millions d'élèves et d'étudiants, l'État est aussi patron et emploie un grand nombre de fonctionnaires. De plus, l'État protège par l'intermédiaire de sa fonction d'État providence.

Il exerce une protection économique (allocation chômage par exemple) mais aussi sociale (accompagnement des chômeurs pour retrouver un emploi avec le pôle emploi). Il combat l'exclusion et crée une solidarité horizontale (des bien-portants vers les malades par exemple) et verticale (des plus riches vers les plus démunis) entre tous les citoyens.
b. L'État traverse-t-il une crise susceptible d'engendrer la désagrégation du lien social ?
La crise de l'État est manifeste si l'on observe les difficultés de financement de la protection sociale : les dépenses augmentent et les recettes diminuent. L'efficacité des dépenses est par ailleurs contestable, puisque l'exclusion ou la pauvreté dans notre pays ne diminuent pas, malgré les sommes allouées toujours plus fortes en direction des plus démunis. La crise de la dette des États européens les pousse à devoir faire des économies budgétaires qui se répercutent sur la qualité de la protection sociale.

L'État traverse sans doute une crise de légitimité : les aides sociales, les services sociaux intègrent efficacement mais les actions de l'État continuent de paraître insuffisantes car les objectifs affichés (résorber l'exclusion) ne parviennent pas à être pleinement atteints. De plus en plus de discours s'élèvent contre « l'assistanat » crée par les aides publiques et des mesures comme une contrepartie de 7 heures de travail pour les allocataires du RSA illustrent cet état de fait.
3. La famille : dernier rempart ?
a. La famille fragilisée ?
Les mutations importantes de la famille (divorces, concubinage, célibat, familles monoparentales...) affaiblissent le lien social. Les ruptures familiales semblent fragiliser l'individu et participer au processus d'exclusion.

Robert Castel fait un lien entre l'exclusion, l'emploi et la famille. Pour lui l'exclusion est un processus. Un individu touché par des problèmes d'emploi entre dans une zone de vulnérabilité où l'exclusion le guette si le lien familial est lui aussi rompu. Malheureusement on ne peut que constater un lien statistique entre le chômage et le divorce. L'individu entre alors dans ce que Castel nomme la zone de désafiliation où le lien social est totalement rompu.
b. Une solidarité familiale encore très forte
On note le maintien des formes de solidarité entre les générations : les échanges de services sont très nombreux (garde des petits-enfants, cohabitation plus longue avec les parents, aides financières...), les familles forment des réseaux plus complexes aujourd'hui mais pas forcément moins efficaces.

Les liens familiaux peuvent se renforcer après une séparation car ils ne sont plus mécaniques mais beaucoup plus électifs. Les individus doivent alors faire des efforts pour maintenir ces liens les plus forts possible. Les individus trouvent toujours dans la famille un refuge moral et affectif dans les périodes difficiles quelque soit la forme de la famille.
4. Les nouvelles solidarités...
Les associations et les clubs forment des réseaux importants qui tissent des relations entre les individus, permettent à la socialisation de s'inscrire dans le temps, en d'autres termes, au lien social de subsister. Il semble que ces nouvelles formes de solidarités jouent désormais le rôle qu'ont pu jouer autrefois les solidarités de classes, les syndicats, les partis politiques, et l'apparition de nouvelles instances d'intégration laisse penser que la société connaît des capacités de réaction importantes face aux crises.
L'essentiel
Les instances traditionnelles d'intégration traversent sans doute une crise qui explique probablement l'amoindrissement des liens sociaux. Il faut cependant observer aussi les capacités de rebonds de ces instances et les capacités créatrices de notre société pour sortir de la crise.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents