La relation cause-conséquence - Cours de Français avec Maxicours - Collège

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La relation cause-conséquence

Objectif : Comprendre le fonctionnement d’une relation logique et savoir analyser grammaticalement les éléments servant à exprimer cette relation.
1. Une relation logique
a. Définition
La cause et la conséquence sont liées par une relation de type logique.

Chacune représente un versant de cette relation qu’on peut situer temporellement : la cause commande et est antérieure à la conséquence.

Ex. : Faire chauffer de l’eau à cent degrés a pour conséquence de faire bouillir cette eau.

Attention !
Ne pas confondre la conséquence et le but.
La conséquence = le résultat obtenu.
Le but = le résultat qu’on aimerait obtenir.

b. Expression
Lorsqu’on exprime la relation cause – conséquence, on est amené à insister sur l’un ou l’autre versant de la relation :
  • Soit on met l’accent sur les raisons et on met en relief la cause.
    Ex. : L’eau bout car elle est chauffée à cent degrés.
  • Soit on met l’accent sur les effets et on met en relief la conséquence.
    Ex. : L’eau est chauffée à cent degrés donc elle bout.
2. Quand la relation logique est explicite
La relation cause – conséquence peut s’exprimer de manière explicite, c’est-à-dire qu’elle s’exprime par des groupes identifiables dans la phrase : les connecteurs logiques et les compléments circonstanciels de cause et de conséquence.
a. Les connecteurs logiques
Ils servent à relier des propositions indépendantes en soulignant le lien de cause ou de conséquence qui les unit.

Ils se divisent en deux catégories :

  • Les conjonctions de coordinations « donc » et « car ».
    Ex. : Je n’irai pas faire du vélo car je me suis foulé la cheville.
  • Les adverbes et les locutions adverbiales :
    Ex. : L’orage s’est déchaîné toute la nuit par conséquent la sortie en forêt est annulée.
b. Les compléments circonstanciels de cause et de conséquence
Ce sont des compléments qui peuvent être supprimés ou déplacés dans la phrase.

La cause ou la conséquence peut être exprimée par :

  • un groupe prépositionnel.
    La cause ou la conséquence est introduite par une préposition et ne comporte pas de verbe.
    Ex. : La sortie est annulée à cause de l’orage.
  • une proposition subordonnée circonstancielle de cause.
    Elle est introduite par une conjonction de subordination (parce que, puisque, etc.) ou une locution conjonctive (étant donné que, etc.).
    Ex. : Puisqu’il parle anglais, il sera notre interprète.

Remarque : Le mode utilisé est en général l’indicatif.
Cependant, lorsque la cause est introduite par « non que » ou « soit que … soit que… », il faut employer le subjonctif.
Ex. : Elle refuse de plonger, non qu’elle ait peur, mais parce qu’elle est fatiguée.
Elle refuse de plonger, soit qu’elle ait peur, soit qu’elle soit fatiguée.

  • une proposition subordonnée circonstancielle de conséquence.
    Elle est introduite par une locution conjonctive (si bien que, de sorte que, etc.).
    Ex. : Pierre, qui parle anglais, nous accompagnera de sorte qu’il sera notre interprète.
Repères

La conséquence peut aussi s’exprimer selon la structure suivante : un adverbe d’intensité dans la principale et « que » ou « pour que » pour introduire la subordonnée (si…que, tant…que, assez…pour que, etc.)
Ex. : L’eau était si claire que je me suis baignée.

Les subordonnées de conséquence sont en général à l’indicatif sauf lorsqu’elles sont introduites par « assez … pour que », « trop … pour que » qui sont suivies du subjonctif.
Ex. : Il fait assez beau pour qu’on puisse se baigner.

  • une proposition participiale.
    Elle exprime la cause.
    Ex. : N’ayant pas mes clefs, j’ai attendu devant la porte.
c. Le lexique
Les mots appartenant au champ lexical de la cause (la cause, la raison, etc.) ou de la conséquence (impliquer, entraîner, etc.) peuvent suffire à exprimer la relation logique.

Ex. : Etre moniteur de plongée implique de savoir nager.

3. Quand la relation logique est implicite
Dans un énoncé, la relation cause – conséquence peut être implicite, c’est-à-dire qu’elle n’est pas exprimée par des mots précis dans la phrase mais c’est le destinataire de l’énoncé qui construit lui-même cette relation.
a. La juxtaposition
Certains éléments de ponctuation, en juxtaposant des propositions indépendantes, expriment la relation cause – conséquence.

Ex. : J’ai fait chauffer de l’eau à cent degrés : elle bout.

b. Sens de l’énoncé
C’est en particulier le sens de l’énoncé qui permet de percevoir la relation cause – conséquence.

Ex. : Il fait froid, je mets un pull.

L’essentiel

La relation cause – conséquence est une relation logique qui présente deux aspects d’un même fait. L’expression d’un aspect (la cause, par ex.) ne va pas sans l’expression de l’autre (la conséquence).

Cette relation peut s’exprimer :

  • soit de manière explicite avec des moyens grammaticaux (connecteurs logiques, compléments circonstanciels) ou lexicaux (champ lexical de la cause ou de la conséquence) ;
  • soit de manière implicite, selon la ponctuation ou le sens de l’énoncé.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents