Vendredi ou la vie sauvage, Michel Tournier - Maxicours

Vendredi ou la vie sauvage, Michel Tournier

Objectif :
Saisir les caractéristiques d’une œuvre qui s’annonce comme la réécriture d’une autre...
1. L'auteur
Michel Tournier (1924-2016) a toujours manifesté un goût prononcé pour les lettres et la littérature. Après avoir travaillé comme journaliste littéraire, pour des traductions de littérature allemande, il devient l’auteur de romans, de récits, essais et de contes. Vendredi ou la vie sauvage est une adaptation pour la jeunesse de son premier roman, Vendredi ou les limbes du Pacifique, en 1967 lui-même inspiré de Robinson Crusoé publié par Daniel Defoe.

« J’ai lu un jour le Robinson Crusoé de Daniel Defoe. C’est un livre merveilleux mais le pauvre Vendredi y est complètement sacrifié. Alors j’ai voulu récrire cette histoire en donnant une place plus importante à Vendredi. » M.Tournier.

 
Doc.1. Portrait de Michel Tournier

2. L'oeuvre
a. Le résumé
Robinson Crusoé est un jeune navigateur qui cherche à organiser les échanges commerciaux entre le Chili et l’Angleterre. Il est le seul rescapé d’un naufrage sur l’île de Speranza. Il cherche à fuir puis se résout à faire preuve d’ingéniosité afin de survivre dans ce monde sauvage. Il se lie d’amitié avec un indigène qu’il sauve d’un massacre et qu’il surnomme Vendredi en souvenir du jour de leur rencontre.

Ils s’entraident et réfléchissent aux différentes cultures. Le sauvage ne comprend pas le bien fondé de la civilisation et provoque une explosion de l’œuvre de Robinson qui ne lui en veut pas tant il éprouve sa liberté. Robinson apprend, en observant la vie simple du bon sauvage, le plaisir de vivre.

Lorsqu’un navire approche, l’un se lance vers de nouveaux horizons et embarque, tandis que l’autre ne peut se décider à quitter l’île et la vie sauvage. Les rôles sont inversés.
b. La civilisation ou l'état de nature ?
• La civilisation
Seul naufragé sur une île déserte et inconnue, Robinson mesure le danger de la solitude. Il travaille à fuir et devient presque animal (« Sale, il broute l’herbe… »). Puis, il se lance dans un travail de recréation de sa société : il défriche, laboure et ensemence la terre. Le milieu devient moins sauvage et plus accueillant, moins impressionnant et plus sécurisant pour le naufragé.

 
Doc.2. Robinson construit sa cabane

Cependant, la rencontre avec Vendredi bouleverse l’organisation de Robinson. Lui, cherche à imposer son mode de vie. Le sauvage, tout d'abord soumis en apparence aux lois, finit par détruire cette forme ennuyeuse de civilisation en jouant, paressant, se déguisant...

 
Doc.3. Rencontre de Robinson et Vendredi

Une nouvelle vie se déploie alors, plus joyeuse et plus saine, dans une sorte de communion avec la nature dont Robinson ne pourra se séparer.

• L’état de nature
L'état de nature est préférable à la civilisation car il permet l’équité entre les hommes, le respect et le sourire, simplement. Dès l’instant où Robinson ne compte plus les jours, il ne voit plus le temps passer : ses journées sont emplies des fonctions essentielles comme se nourrir, dormir auxquelles s’ajoute le plaisir de vivre. Robinson paraît plus jeune depuis qu’il s’accepte comme il est ; il marche sur les mains dans une insouciance bienheureuse… Il ne marque plus la différence de l’autre en imposant une supériorité manifeste.

 
Doc.4. La vie devient de plus en plus joyeuse pour Robinson et son ami Vendredi

c. Le message
• Un roman d’apprentissage
Robinson apprend l’essentiel grâce à un indigène qui ne connaît rien de la civilisation. Robinson est dans l’erreur en civilisant le milieu sauvage. Il échoue dans sa tentative d'imposer ses propres lois. C’est grâce au « sauvage » qu’il apprendra à vivre sur une île du Pacifique.
Le personnage principal évolue et considère la vie civilisée comme loin d’être la meilleure. Ainsi, Vendredi se refuse à tout enseignement pédant, il montre à Robinson qui observe, modestement.

• Un roman d’idée, contre l’esclavage

L’Européen comprend que ceux qui exploitent des esclaves, se comportent en barbares. L’idée sous-jacente est la nécessité d’abolir toute forme d’esclavage.
L'essentiel
La comparaison de Defoe à Tournier est intéressante puisque les personnages évoluent différemment à la fin du roman. Le personnage de Tournier illustre davantage ce retour au bonheur, vers un âge d’or mythique…
« Robinson sentait la vie et la joie qui entraient en lui et le regonflaient. Vendredi lui avait enseigné la vie sauvage, puis il était parti. Mais Robinson n'était pas seul. Il avait maintenant ce petit frère dont les cheveux (aussi rouges que les siens ) commençaient à flamboyer au soleil. Ils inventeraient de nouveaux jeux, de nouvelles aventures, de nouvelles victoires. Une vie toute neuve allait commencer, aussi belle que l'île qui s'éveillait dans la brume à leurs pieds. »

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.