Travail et intégration sociale - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Travail et intégration sociale

1. Le travail comme facteur d'intégration sociale
a. La division du travail, fondement du lien social
À la fin du 19e siècle, le sociologue Émile Durkheim constate l'accroissement de la « densité » matérielle et morale de la société moderne (contacts plus fréquents, distances réduites entre individus). Dans ce contexte, c'est la division du travail qui permet de développer les interdépendances et la coopération. La solidarité « mécanique » fait place à une solidarité « organique », plus complexe.

La solidarité mécanique fait référence aux sociétés traditionnelles où les individus entrent en contact du fait de leurs ressemblances. La solidarité organique trouve sa place dans les sociétés modernes, industrielles et urbaines. Le lien y est plus utilitariste, les individus entrent en relation car ils sont différents et ont besoin les uns des autres.
b. Les fonctions sociales du travail
Ainsi, le rôle de la division du travail va bien au-delà de ses effets économiques. Il s'agit d'une véritable socialisation, qui s'est maintenue jusqu'à aujourd'hui : le titulaire d'un emploi relève à la fois d'un collectif de travail (atelier, corporation), d'un statut (ouvrier, cadre) associé à une activité syndicale, enfin de la condition de salarié, à laquelle sont associés droits et protections sociales. Le travail permet donc aux individus de construire une identité professionnelle et un statut social.

Cette identité peut se retrouver dans la fierté d'avoir accompli une tâche spectaculaire (les ingénieurs du viaduc de Millau, les ouvriers du tunnel sous la Manche, etc.), d'appartenir à une entreprise réputée (Apple, Canon...) ou dans les luttes syndicales médiatisées (Continental).
2. La flexibilité du marché du travail remet en cause ce lien social
a. Le travail est-il toujours un facteur d'intégration ?
La crise économique et ses effets destructeurs sur le lien social construit par le travail ont amené certains sociologues à remettre en cause la fonction intégratrice du travail.

D'une part, le travail n'a pas toujours été et n'est pas dans toutes les sociétés, l'activité essentielle des individus : les activités politiques, culturelles, familiales, peuvent tout autant créer du lien social. D'autre part, la segmentation du marché du travail et la flexibilité des statuts, des conditions de travail et des rémunérations, permettent de moins en moins aux individus de trouver dans leur travail la stabilité nécessaire à leur intégration sociale et à la construction de leur identité.
La multiplication des travailleurs pauvres et précaires remet en question la place centrale du travail dans la vie économique et sociale des individus. Robert Castel parle de société du « précariat » pour désigner la situation actuelle. Plus de 12 % de la population active a un emploi précaire et celui-ci progresse chez les jeunes.
b. Chômage et exclusion
Le chômage d'exclusion, qui touche les individus ne correspondant pas aux exigences du marché du travail, par manque de qualification ou en raison de stigmates sociaux, illustre le rôle ambigu du travail dans notre société.

D'une part, le travail ne peut plus intégrer la totalité de la population en âge de travailler, d'autant plus avec la crise actuelle. En Espagne par exemple, près d'un actif sur quatre est au chômage !

D'autre part, il demeure une condition irremplaçable de l'intégration sociale, bien au-delà de la dimension économique. Les enquêtes les plus récentes démontrent que les exclus eux-mêmes survivent socialement en participant à de nombreuses activités souterraines, génératrices de relations et de réseaux : travail au noir, trafics divers...
Le travail, qui reste le facteur principal d'obtention d'un revenu, est donc d'intégration dans la société de consommation. De plus les individus privés d'emploi sont de plus en plus considérés comme des « assistés » et stigmatisés ce qui montre à quel point l'emploi reste central dans l'intégration des individus.
L'essentiel
Le travail est devenu, dans la société industrielle, un créateur de lien social et l'un des principaux lieux d'intégration. Aujourd'hui, la précarité et la flexibilité des contrats de travail mettent en danger ce rôle. La crise actuelle amplifie ce phénomène et prive d'emploi une partie importante de la population active européenne.

Ne faut-il pas développer des instances d'intégration complémentaires à l'emploi voire qui pourraient s'y substituer dans certains cas ?

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents