Poésie et jeux de langage - Maxicours

Poésie et jeux de langage

Objectif :
Comprendre l’importance du son, du rythme et des images dans la poésie. Comprendre le lien entre ces procédés et l'intensité de l'expression en poésie.
La poésie est un art d’expression qui trouve son origine dans les chants de l’antiquité. Elle utilise  tous les moyens d’expression : la puissance des mots, le jeu des sens, la musique des sons, la disposition des rimes, le rythme – le tout au nom de l'intensité poétique.
Elle prend parfois des formes inattendues.
1. La poésie pour l'esprit
a. L'image et la suggestion
Le poème suggère par la puissance de l’image : il se sert de comparaisons surprenantes ou de métaphores inattendues. Les associations d’images auxquelles on ne s'attend pas aident à s'exprimer avec plus de force en rapprochant des choses différentes. Le poète transforme la réalité pour mieux transmettre ses visions.

Exemple :
Dans Le Papillon, le poète japonais Kobayashi Issa se compare au « papillon qui bat des ailes » En s'associant à l’image d’un petit être éphémère (le papillon), le poète exprime le caractère fragile de sa vie. Cette idée est renforcée par la forme du haïku qu'il choisit, poème très court de 3 vers dont le but est de peindre le moment présent.

Rappel :
La métaphore
et la comparaison sont deux figures qui visent à comparer deux éléments. La comparaison utilise des outils de comparaison (comme, tel que, semblable à...) alors que la métaphore n'en utilise pas. 
b. La puissance des mots, l'intimité du poème
Les mots d'un poème évoquent souvent un sentiment, une émotion intense. Le poème est le partage d’un univers intime, celui du poète.

Exemple :
Dans La chanson de l’oiseleur de Prévert, les mots touchent l’âme du lecteur. Le poète déplore la souffrance de la jeune fille tenue en captivité. Les adjectifs évoquent la fragilité de l’oiseau (« faible, tendre, seul, affolé »), les verbes violents traduisent le danger (« se cogne, prend peur »). La blessure « rouge sang » et la métaphore assimilant la jeune fille à l’oiseau mourant dramatisent la douleur de la jeune captive. Tout contribue à accentuer la tristesse de la scène.
2. La poésie pour l'oreille
a. La musique et les sonorités
La poésie est un art lié à la musique et à son rythme. Ainsi, les poèmes sont souvent faits pour être récités à l'oral. Les poètes ont recours à des rythmes particuliers pour exprimer une émotion plutôt qu'une autre.

Exemple :
Au XIXe siècle, le poète français Paul Verlaine choisit d'écrire des poèmes courts, sans ponctuation pour donner un rythme animé à sa poésie. Il répète également certains vers pour les faire ressembler au refrain d'une chanson.

b. Les rythmes
La poésie se fonde sur le rythme des vers et est un moyen d'expression pour le poète. On peut donner un rythme particulier au poème en accord avec son sens à l'aide :
  • des pauses dans les vers (appelées césures). Exemple : « Ils ne viendront pas, // tes amis les ours »
  • de la longueur des vers. Exemple : « Dans l'interminable / Ennui de la plaine / La neige incertaine / Luit comme du sable. »
  • de la longueur des strophes (paragraphes des poésies).
  • des accélérations liées aux rythmes saccadés. Exemple : « Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ».
  • des ralentissements liés aux enjambements (un vers qui déborde de sa structure sur le vers suivant)
3. La poésie pour les yeux
a. La disposition
La poésie permet une disposition typographique particulière c'est-à-dire que le texte est disposé d'une certaine façon sur la page. Le poème peut alors devenir un texte à regarder en plus d'être à lire. Cela peut passer par :
  • l’alignement des vers
  • la disposition des strophes
  • l’importance des blancs et des retraits au début des vers
Exemple :
Au XXe siècle, Charpentreau a mis en vers les paroles de Cendrillon dans « En vair et contre tous » (Prête-moi ta plume) : le retour à la ligne, la disposition en strophes met l’accent sur le mot final « pantoufle », l’élément peu flatteur qui distingue Cendrillon des autres, l’élément modeste qui lui donne sa splendeur au milieu du « tralala, satins, appas grossiers »…

b. Le dessin
La poésie peut aussi être visuelle, représenter directement l'objet dont une poésie parle. C'est le cas des calligrammes.

Exemple :
Au début du XXe siècle, Apollinaire écrit plusieurs calligrammes qui font connaître le genre.

 
Guillaume Apollinaire, Calligrammes, 1918.
« Cœur Couronne et Miroir »
L'essentiel
La poésie permet d'exprimer l'univers intime du poète de manière plus intense en utilisant plusieurs formes d’expression. Pour cela, le poète joue sur les rythmes, les sonorités, la présentation visuelle du poème et celle de la page où il est écrit.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.