Mise en évidence de la structure interne du globe par l'étude des ondes sismiques - Maxicours

Mise en évidence de la structure interne du globe par l'étude des ondes sismiques

Objectifs
  • Comprendre le mode de propagation des ondes de fond.
  • Comprendre le modèle PREM.
  • Définir les différentes parties du globe terrestre (croûte, manteau et noyau) ainsi que ses discontinuités.
Points clés
  • Les variations de vitesse de propagation des ondes sismiques de fond ont permis d’étudier la structure interne du globe.
  • Le modèle PREM a permis de définir les différentes structures du globe et ses discontinuités.
    • Le globe terrestre est composé d’une croûte océanique ou continentale, d’un manteau supérieur et inférieur ainsi que d’un noyau interne et externe.
    • La discontinuité Moho sépare la croûte et le manteau.
    • La discontinuité de Gutenberg sépare le manteau inférieur et le noyau.
    • La discontinuité de Lehmann sépare le noyau externe et interne.

 

Pour bien comprendre
  • Les propriétés des ondes sismiques.
1. L'étude de la propagation des ondes sur le globe
a. Les propriétés des ondes P et S

Les différentes couches composant la structure interne du globe ont été mises en évidence par des discontinuités dans les vitesses de propagation des ondes sismiques (lorsqu’elles traversent les différentes couches). D’une couche à l’autre, les matériaux changent de densité et de composition chimique, ce qui fait varier la vitesse de propagation des ondes sismiques.

Il existe deux grandes catégories d’ondes qui se distinguent par leur mode de propagation :

  • les ondes de surface (ondes L) qui se propagent à la surface du globe et dans la croûte terrestre. Elles provoquent tous les dégâts liés aux tremblements de terre ;
  • les ondes de fond qui se propagent à l'intérieur de la Terre et peuvent être enregistrées en plusieurs points du globe. On distingue deux types d’ondes de fond :
    • les ondes de cisaillement (ou ondes S) ;
    • les ondes de compression (ou ondes P).

Seules les ondes de fond nous permettent d’avoir des informations sur les différentes structures profondes du globe. Elles se comportent comme des ondes de lumière et de son : elles peuvent être transmises mais aussi réfléchies et réfractées.

b. La mise en évidence de zones d'ombre

En 1912, le sismologue allemand Gutenberg met en évidence une zone d’ombre sismique à la surface de la Terre. Cette zone d’ombre indique que les ondes sismiques ne se propagent pas de façon continue à l’intérieur du globe mais rencontrent une discontinuité qui provoque leur réfraction. Elle est située à 2900 km de profondeur et correspond au passage d’un milieu solide à un milieu liquide. Appelée discontinuité de Gutenberg, elle délimite le manteau (solide) et le noyau (liquide).

c. La discontinuité de Mohorovicic

En 1909, André Mohorovicic enregistre le sismogramme d’un séisme dont l’épicentre est situé à quelques dizaines de kilomètres au sud de Zagreb où il se trouve. Il constate alors que certains trains d’ondes P arrivent plus tard (en violet) que les ondes directes (en bleu) et d’autres plus tôt (en rose). Il en déduit qu’elles ont rencontré ou traversé un milieu différent, plus dense : c’est le manteau.

Il y a donc une discontinuité qui correspond à un changement dans la nature des matériaux. Cette autre discontinuité appelée Moho sépare la croûte terrestre (moins dense) du manteau (plus dense).

2. Les apports du modèle PREM
a. Organisation verticale du globe terrestre

Le modèle PREM, ou Preliminary Reference Earth Model, développé par Dziewonski et Anderson en 1981, est un modèle sismique radial de vitesse de propagation des ondes de fond (les ondes P et S) en fonction de la profondeur. Les variations de vitesse de propagation des ondes peuvent être expliquées par des changements de milieux, ces derniers ayant des propriétés physico-chimiques différentes. Ainsi, les discontinuités peuvent être identifiées par des sauts de vitesse.

La vitesse des ondes augmente fortement à la jonction croûte-manteau au niveau de la discontinuité de Moho indiquant que le manteau, constitué de péridotite, présente une densité plus forte que la croûte terrestre. La profondeur du Moho varie entre le domaine océanique (7 à 12 km) et continental (35 km en moyenne). Puis on constate une augmentation progressive de la vitesse des ondes P et S dans le manteau, corrélée à une hausse de la densité des matériaux à mesure qu'on s'enfonce vers le centre de la Terre.

La propagation des ondes S stoppe brusquement à la limite entre le manteau et le noyau, au niveau de la discontinuité de Gutenberg. Cela indique que le noyau externe est liquide. Les ondes S se propagent de nouveau dans le noyau interne solide, délimité par la discontinuité de Lehmann.

Les noyaux sont formés de matériaux très denses, majoritairement du fer.

b. La LVZ, Low Velocity Zone

On constate que les ondes de fond ralentissent à une profondeur entre 100 et 200 km, traduisant une baisse de la densité du milieu. Cette zone appelée Low Velocity Zone correspond à l’isotherme 1300 °C où les péridotites deviennent plus plastiques. Elle délimite la lithosphère et l’asthénosphère (comprise dans le manteau supérieur et qui s’étend jusqu’à 670 km de profondeur).

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent