Les verbes particuliers (-ger, -cer, -eler, -eter, -guer, -quer, -uyer, -oyer) - Maxicours

Les verbes particuliers (-ger, -cer, -eler, -eter, -guer, -quer, -uyer, -oyer)

Objectif
  • Connaitre la conjugaison de verbes qui présentent des difficultés orthographiques
Points clés
  • À l'intérieur de la conjugaison des verbes réguliers en –er, il existe quelques difficultés d'écriture pour respecter la prononciation. Leur radical se transforme en fonction des terminaisons.
  • Ces difficultés concernent surtout les conjugaisons au présent, à l'imparfait et au passé simple, à quelques personnes seulement.
  • Il faut penser à ajouter une lettre (verbes en –ger), une cédille (verbes en –cer), un accent ou encore doubler une consonne (verbes en –eter, –eler) ou transformer une lettre (verbes en –yer).
1. D'où viennent les difficultés ?

Ces difficultés orthographique sont liées à la prononciation des verbes en fonction de la terminaison.

Exemple :
Au présent, à l'imparfait et au passé simple, le radical du verbe « manger » est mang.
Or, la consonne –g– ne se prononce pas de la même manière si elle est suivie des voyelles « e », « i » ou bien « a », « o », « u ».
Pour  chaque terminaison qui commence par la voyelle « a » (comme –ais et –aient) ou par la voyelle « » (comme –ons), le radical se transforme et il faut ajouter un –e après le –g– pour conserver le son correct.
On écrit donc : nous mangeons, je mangeais.


Selon les verbes, il faudra ajouter une lettre, une cédille, un accent ou encore doubler une consonne ou transformer une lettre.
Le principe est toujours le même : écrire en conservant la bonne prononciation du verbe.

2. Les différents verbes réguliers à conjugaison difficile

Il existe plusieurs catégories de verbes réguliers dont le radical se transforme pour respecter la prononciation :

  • les verbes en –ger ou –cer ;
  • les verbes en –eler ou –eter ;
  • les verbes en –guer ou –quer ;
  • les verbes en –ayer, –uyer ou –oyer.
a. Verbes en -ger ou en -cer

Les verbes en –ger
On ajoute un –e après le –g pour garder la bonne prononciation devant une terminaison qui commence par les lettres « a » ou « o ».
La difficulté existe :

  • au présent (1re personne du pluriel) ;
    Exemples :
    nous mangeons, nous rangeons
  • à l'imparfait (toutes les personnes du singulier + 3e personne du pluriel) ;
    Exemples :
    je mangeais, tu mangeais, il mangeait, elles mangeaient
  • au passé simple (notamment à la 3e personne du singulier).
    Exemple :
    il, elle, on mangea


Les verbes en –cer
On ajoute une cédille pour garder la bonne prononciation devant une terminaison qui commence par les lettres « a » ou « o ».
La difficulté existe :

  • au présent (1re personne du pluriel) ;
    Exemple :
    nous lançons
  • à l'imparfait (toutes les personnes du singulier + 3e personne du pluriel) ;
    Exemples :
    je lançais, tu lançais, il lançait, elles lançaient
  • au passé simple (notamment à la 3e personne du singulier).
    Exemple :
    il, elle, on lança
b. Les verbes en -eler et en -eter

Pour les verbes en –eler et en –eter, il faut à nouveau se fier à la prononciation.

► Pour que la lettre e se prononce [è], on peut :

  • soit doubler la consonne qui suit ;
  • soit mettre un accent sur le –e.

Cette double orthographe est rendue possible grâce à la réforme de l'orthographe.

La difficulté n'existe qu'au présent de l'indicatif.

Exemples :
amonceler : j'amoncèle ou j'amoncelle
épousseter : j'époussète / j'époussette
→ Les deux orthographes sont tolérées.


► Lorsque la lettre « e » se prononce [e], il n'y a aucun changement.

Exemples :
nous époussetons, vous amoncelez.

 

Remarque importante
Seuls les verbes « appeler », « jeter » et leurs dérivés (rappeler, interpeler, rejeter, etc.) doublent toujours leur consonne lorsque l'on entend le son [è].
Exemples :
j'appelle, tu jettes, elle interpelle, il rejette, etc.
→ Il n'y a pas d'autre orthographe possible.
c. Les verbes en -guer et en -quer

Pour les verbes en –guer et en –quer, le –u reste présent (même s'il n'est pas indispensable à la prononciation) car il fait partie du radical.
La difficulté existe :

  • au présent (1re personne du pluriel) ;
    Exemples :
    nous naviguons
    nous embarquons
  • à l'imparfait (toutes les personnes du singulier + 3e personne du pluriel) ;
    Exemples :
    je naviguais, tu naviguais, il naviguait, elles naviguaient
    j'embarquais, tu embarquais, elle embarquait, ils embarquaient
  • au passé simple (à la 3e personne du singulier).
    Exemples :
    on navigua
    elle embarqua
d. Les verbes en -ayer, -uyer et -oyer

Les verbes en –ayer, –uyer et –oyer subissent des modifications orthographiques au cours de leur conjugaison : le y devient i devant un e muet.

La difficulté n'existe qu'au présent de l'indicatif.

Exemples :
Nous nous ennuyons
Je m'ennuie

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent