Les résumés des contes - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les résumés des contes

Le résumé prend appui sur l’édition du Livre de Poche, illustré par Gustave Doré.
Cet ouvrage contient onze contes : trois en vers et huit en prose.
D’abord considérée comme une œuvre destinée aux enfants, influencée par le grand éducateur que fut Fénelon, les Contes de Perrault « vise avant tout un public adulte et informé, mais qui se plaisait alors à l’esprit d’enfance ». Emmanuel Bury, Littérature française du 17e siècle.

1. Les contes en vers

Griselidis

En Italie, un prince misogyne jure de ne jamais se marier et préfère pratiquer la chasse. Mais au cours d’une partie de chasse, il se perd et rencontre une bergère nommée Griselidis dont il tombe follement amoureux. Il l’épouse et ils vivent heureux jusqu’à la naissance de leur fille dont Griselidis ne veut pas se séparer comme c’était l’usage à l’époque. Le prince en prend ombrage et commence à douter de la sincérité de son épouse.

Commence alors une terrible série d’épreuves pour Griselidis. Le prince lui enlève sa fille, puis lui annonce sa mort. Griselidis reste toujours une épouse aimante et dévouée. L’enfant placée en secret dans un couvent, grandit et suscite l’amour d’un jeune prince. Son père toujours cruel, décide de l’épouser et de répudier Griselidis, qui une nouvelle fois, s’exécute. Mais la vérité éclate, le roi annonce qu’il s’agit de sa fille et qu’il voulait éprouver son épouse. Grisélidis est louée dans tout le royaume pour ses qualités son dévouement sans faille.

Moralité implicite : malgré les épreuves que la vie nous inflige, nos mérites seront toujours tôt ou tard reconnus.

Peau D’Ane

Dans un royaume un âne extraordinaire produit des écus d’or. Le roi de ce royaume, veuf s’éprend follement de sa fille et décide de l’épouser. Pour fuir ce père incestueux, la jeune fille prend conseil auprès de sa marraine, une fée qui lui conseille de demander à son père des robes d’une couleur irréalisable (azur, couleur de la lune couleur du soleil). Mais le roi réussit à satisfaire la demande. La jeune fille toujours conseillée par sa marraine demande alors la peau de l’âne magique, dont elle revêt la peau et s’enfuit. Elle devient alors souillon dans une ferme. Sa marraine lui a fait présent d’un coffre magique qui peut voyager sous terre contenant les trois magnifiques robes et tous les dimanches, enfermée dans sa chambre, Peau d’Ane revêt ses apparats. Elle est surprise par le prince du royaume qui en tombe follement amoureux et décide de l’épouser. Le mariage est célébré en présence de tous les rois dont le père de Peau d’Ane, revenu à la raison.

Moralité implicite : il faut parfois endurer de lourds sacrifices pour conserver son intégrité.

Les Souhaits Ridicules

Un bûcheron se lamente sur son sort misérable. Jupiter (roi des dieux dans la mythologie romaine) lui apparaît alors et lui offre trois souhaits. Le bûcheron souhaite réfléchir mais dans son emportement il fera mauvais usage de ces trois souhaits qui seront « une aune de boudin » sous le coup de la gourmandise, son épouse avec l’aune de boudin pendue au nez, souhait demandé sous le coup de la colère et enfin, le souhait de retrouver sa femme intacte, sous le coup de la raison.

Moralité implicite : il faut bien peser ses mots avant de parler.

2. Les contes en prose

La particularité de ces contes en prose est qu’ils se terminent tous par une ou deux morales explicites à la fin.

La Belle au bois dormant

Dans un royaume, on célèbre le baptême de la jeune princesse. Pour ce faire sont conviées sept marraines, des fées qui feront chacune un don à la jeune princesse. Elément perturbateur avec l’arrivée d’une vieille fée oubliée qui pour se venger, jette un mauvais sort à l’enfant : elle se piquera avec un rouet et mourra. Sort atténué par la dernière fée qui modifie la mort en un sommeil de cent ans.

Le château s’endort donc pendant cent ans et est ramené à la vie par un jeune prince. Le mariage est célébré en secret. De cette union naissent deux enfants, une fille, Aurore et un garçon, Jour. Le prince décide de rendre publique la nouvelle et présente son épouse et ses enfants à ses parents dont la mère est une ogresse. Profitant du départ de son fils, elle exige qu’on lui serve en dîner sa bru et ses petits-enfants. Ils seront sauvés par la ruse du maître d’hôtel qui leur substituera à chacun des animaux. Mais la reine découvrit la vérité et voulut se venger en faisant préparer une énorme cuve remplie de bêtes considérées comme venimeuses afin d’y jeter sa bru et ses enfants. Heureusement le prince arriva à temps l’ogresse démasquée se jeta elle-même dans la cuve.

Moralité : le bonheur demande du temps, de la patience et du courage.

Le Petit Chaperon rouge

Nommée ainsi parce qu’elle porte une coiffe appelée « chaperon », une petite fille se rend au chevet de sa grand-mère malade pour lui apporter une galette et un petit pot de beurre. Elle croise la route du loup à qui elle donne le but de son voyage. Le loup se rend chez la grand-mère qui croyant que sa petite fille est là lui explique comment ouvrir la porte : « Tire la chevillette la bobinette cherra. » Le loup entre et dévore la grand-mère, attend la petite fille. S’ensuit le fameux jeu de questions-réponses qui se conclue par : « Ma mère-grand que vous avez de grandes dents !- C’est pour mieux te manger. » et le loup dévore la petite fille.

Moralité : il ne faut pas parler à des inconnus.

La Barbe bleue

Il s’agit d’un riche seigneur qui ne trouve épouse car il a une barbe bleue. Mais grâce à ses richesses, il trouve de nouveau une épouse à qui il laisse le soin de la maison. Au cours d’une absence professionnelle. Il lui confie toutes les clés du domaine en lui détaillant l’usage de chacune. Il lui défend formellement l’accès à un petit cabinet mais en contrepartie, il lui donne accès à tous les trésors de la maison ainsi que l’autorisation d’inviter qui elle souhaite afin de se divertir. La jeune femme ne résiste pas à la tentation et ouvre le cabinet dans lequel elle découvre les corps ensanglantés des précédentes épouses de Barbe bleue. A son retour, par la magie (la clé reste couverte du sang dans lequel elle est tombée), Barbe bleue découvre que son épouse n’a pas tenu sa promesse. Elle échappe de peu à la mort que lui prédit son mari grâce à l’arrivée de ses deux frères qui tuent Barbe bleue. La jeune femme s’en sort saine et sauve et hérite de l’immense fortune de Barbe bleue.

Moralité : la curiosité est un vilain défaut.

Le Maître chat ou le chat botté

A la mort de leur père meunier, ses trois fils se divisent le patrimoine l’aîné obtient le moulin, le second, l’âne et le dernier, le chat. Se croyant le plus mal loti, le dernier se désespère. Mais le chat, qui est très malin, lui demande une paire de botte et un sac avec lequel il va chasser et apporter le fruit de cette chasse régulièrement au roi en précisant que ceci est de la part du marquis de Carabas (nom qu’il donne à son maître). Grâce à une rencontre organisée par Maître Chat, le marquis de Carabas rencontre le roi et sa fille. Maître chat grâce à sa ruse offre au marquis de Carabas des terres fertiles ainsi qu’un immense château dont il aura mangé le propriétaire (un ogre qui, défié par maître chat s’est transformé en souris que Maître chat s’est empressé de dévorer). Ainsi celui qui se pensait le plus mal loti devient le gendre du roi.
 
Moralité : l’ingéniosité et la ruse valent mieux que tous les biens matériels.

Les Fées

Ce conte aborde la vie de deux sœurs dont l’une doit subir la haine de sa mère qui lui fait accomplir les tâches les plus ingrates. Au cours d’une sortie pour aller chercher de l’eau, elle rencontre une vieille femme qui lui demande de l’eau. Pleine de bonté, la jeune fille l’abreuve. La vielle femme, qui est en fait une fée, la remercie en lui offrant un don : à chaque mot qu’elle prononcera lui sortira de la bouche une fleur ou une pierre précieuse. Rentrée à la maison, la jeune fille raconte son aventure à sa mère qui décide d’envoyer aussitôt à la fontaine, son autre fille, sa préférée. Cette dernière s’y rend et rencontre une jeune femme qui lui demande de l’eau. Elle refuse de la servir. La jeune femme qui est une fée, se venge et lui donnant également un don : à chaque mot qu’elle prononcera, sortira de sa bouche un serpent ou un crapaud. Revenue à la maison, elle se fera chasser du logis par sa mère tandis que sa sœur, épousera le prince de la cité.

Moralité : les qualités morales sont toujours récompensées.

Cendrillon ou la petite pantoufle de verre

Cendrillon, nommée ainsi car elle dort dans les cendres de la cheminée, doit subir la cruauté de sa belle-mère et de ses demi-sœurs. Le prince du royaume cherchant une épouse organise un grand bal afin de trouver sa promise. Quelle excitation chez les demi-sœurs de Cendrillon qui en profitent pour se moquer d’elle. Mais une fois seule, la marraine de Cendrillon, une fée, lui apparaît et grâce aux fameux tours de magie ( la citrouille transformée en carrosse, six souris transformées en chevaux,, un rat transformée en cocher, six lézards transformés en laquais ) lui permet de se rendre au bal à la condition qu’elle revienne avant minuit. Elle s’exécute mais le lendemain lors du second bal, elle oublie l’heure, doit quitter précipitamment le bal, en perd une de ses pantoufles de verre grâce à laquelle le prince la reconnaîtra. Le prince et Cendrillon se marièrent et cette dernière toujours pleine de gentillesse fit profiter ses deux sœurs de ses bontés.

Moralité : il est important d’avoir des atouts pour réussir dans la vie.

Riquet à la houppe

Une reine donne naissance à un garçon très laid, nommé Riquet à la houppe mais dont une bonne fée le dota de beaucoup d’esprit. Cette qualité fit oublier sa laideur. Dans le même temps, une autre reine donne naissance à deux filles l’aînée fort belle mais idiote, la cadette très laide mais avec beaucoup d’esprit. Tout l’enjeu de ce conte réside dans le fait que Riquet pourra offrir de l’esprit à la personne qu’il aimera de même, la fille aînée de la Reine rendra beau celui qu’elle aimera.

Riquet rencontre la belle princesse, en tombe amoureux. Ils promettent de se marier un an plus tard. Mais la jeune princesse revenue dotée d’un bel esprit conquiert le cœur de tout le monde et en oublie sa promesse de mariage. Une année s’écoule et la jeune princesse revient sur le lieu de sa promesse et découvre sous la terre des lutins qui s’activent afin de célébrer les noces de Riquet. Sa promesse lui revient, et elle ne peut la tenir, mais grâce à l’esprit de Riquet, elle comprend qu’elle l’aime et lui dit. A ces mots, selon la légende, Riquet se transforma en un beau jeune homme et la noce fut célébrée.

Moralité : pour trouver le bonheur, il faut aller au-delà des apparences.

Le Petit Poucet

Un bûcheron, père de sept enfants vit de manière misérable. N’ayant plus de quoi nourrir leurs enfants, le couple décide de les abandonner. Mais le cadet, nommée petit Poucet, car à sa naissance il n’était pas plus gros que le pouce, a entendu la conversation. Le lendemain, il ramasse des cailloux blancs et au moment de partir dans la forêt avec ses parents, il sème tout au long du chemin des cailloux.

Les parents revenus seuls à la maison, reçoivent une somme d’argent inespérée et font bonne chère tout en se lamentant d’avoir abandonnée leurs enfants. Surprise ! Les enfants reviennent. Mais de nouveau la disette sévit. De nouveau les parents abandonnent les enfants. Petit Poucet n’a eu le temps que de conserver du pain afin de reconnaître le chemin. Malheureusement, le pain a été mangé par les oiseaux. Voilà les sept enfants seuls dans la forêt.

Ils découvrent une maison, demande de l’aide mais il s’agit de la maison d’un ogre. Seule sa femme est au logis. Elle les accueille mais l’ogre les découvre et veut les manger. Son épouse le fait patienter et fait coucher les enfants dans la même chambre que ses sept filles. Pendant la nuit, petit Poucet échange son bonnet et ceux de ses frères avec les couronnes des sept filles. Le stratagème fonctionne car l’Ogre pendant la nuit, ne pouvant résister vient égorger ce qu’il croit être les sept garçons. Petit Poucet et ses frères s’enfuient. L’Ogre ne découvre que le lendemain matin l’horrible spectacle et chaussé de ses bottes de sept lieues part à la recherche des enfants. Il s’endort près de la cachette de ceux-ci ; petit Poucet s’empare de ses bottes, accomplit des exploits ce qui lui apporte renommée et richesse. Il rentre triomphalement chez ses parents qui ne vivront désormais plus dans la misère...

Moralité : les enfants sont tous des trésors dont il faut prendre soin.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents