Le vocabulaire de l'argumentation -primaire - Maxicours

Le vocabulaire de l'argumentation

Pour mieux comprendre et savoir écrire un texte argumentatif, il faut manier un vocabulaire spécifique afin de transmettre des idées précises et percutantes.
1. Les mots de l'argumentation
L'argumentation peut servir :
  • à défendre sa thèse (= son point de vue) ;
  • à réfuter le point de vue de son interlocuteur.

Pour exprimer une opinion, celui qui parle ou qui écrit doit donc argumenter, en mettant en avant des exemples ou des idées qui apportent des preuves capables de convaincre son interlocuteur. 

Quelques synonymes :
  • une opinion, un argument = une idée, une conviction, un jugement ;
  • argumenter = alléguer, invoquer, soutenir une thèse ;
  • réfuter = objecter, s'opposer, rétorquer, contester.
2. Les mots qui font l'argumentation
a. La construction d'un texte argumentatif
Le texte argumentatif s'articule autour d'une structure précise :
  • énonciation de la thèse ou de l'idée défendue ;
  • présentation d'exemples (chiffres, cartes, schémas, faits d'actualité, etc.) pour appuyer la thèse ;
  • utilisation de connecteurs logiques qui expriment la cause, la conséquence, l'opposition, la condition ou l'hypothèse (à cause de, par conséquent, malgré, si, etc.) pour relier entre eux les différents arguments ;
  • bilan avec rappel de l'idée de départ et conclusion avec l'idée d'arrivée.
b. Le choix d'un lexique
► La dénotation et la connotation

Dans un texte argumentatif, les mots :
  • peuvent être utilisés dans leur sens usuel (= le sens que tout le monde comprend) : c'est la dénotation d'un mot ;
  • prendre un sens subjectif (= qui ne peut être compris que dans un contexte bien précis) : c'est la connotation d'un mot.

On peut parler aussi d'implicite, d'explicite, de sous-entendu ou de présupposé.


► Les connotations péjoratives et mélioratives

Certains mots sont porteurs d'une valeur : ils peuvent avoir un sens positif (mélioratif) ou négatif (péjoratif). Ce choix des mots et du registre de langue permet de donner une atmosphère particulière à un texte. Ce choix a également une grande importance dans l'impact du discours sur le destinataire.
Les mots sont des adjectifs ou des groupes nominaux.
Exemples :
Il habite une vieille bicoque. → connotation péjorative
Il habite une charmante maisonnette. → connotation méliorative
 
Remarque :
Certains suffixes permettent de construire des termes péjoratifs ou mélioratifs : -âtre, -asse, -et(te), -ard(e), -issime, etc.
Exemple : jaunâtre, de la vinasse, blondinet, froussard, rarissime.


► Les modalisateurs

La modalisation marque la subjectivité (= l'opinion) de l'émetteur. Les modalisateurs peuvent être :
  • des signes de ponctuation et de typographie (guillemets, parenthèses, mots en gras et/ou en italique) ;
  • des adverbes ou des groupes nominaux évoquant le doute, la certitude, la distance (peut-être, sans doute, certainement, etc.) ;
  • des verbes qui expriment une opinion, un jugement, une certitude, une probabilité (pouvoir, vouloir, devoir, certifier, etc.).
L'essentiel
Le poids de l'argumentation dépend du choix des mots que l'on utilise :
  • pour construire son argumentation à l'aide de connecteurs logiques et d'exemples ;
  • pour donner une idée précise, à l'aide de la connotation d'un mot, de sa valeur péjorative ou méliorative ou du choix d'un modalisateur.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent