Le récit fantastique - Maxicours

Le récit fantastique

Objectifs
Connaitre les caractéristiques du fantastique.
Connaitre les thèmes du récit fantastique.
Le mot « fantastique » vient du latin fantasticus, qui signifie « irréel, imaginaire ».
Il vient lui-même du grec phantastikos, « imaginaire ».

Le récit fantastique permet donc d'introduire le surnaturel dans la vie réelle.
1. Bref historique du fantastique
a. Au 17e siècle
Au 17e siècle, le genre est déjà présent dans les contes médiévaux (les apparitions surnaturelles et hallucinations des personnages) mais il n'apparait réellement qu'à la fin du 18e siècle, alors que les philosophes des Lumières ont assuré le triomphe de la Raison.
Le genre fantastique est presque une réaction contre la rigidité de la Raison, l'enfermement des réflexions savantes.

Le premier récit fantastique qui est paru est Le Diable Amoureux de Jacques Cazotte, en 1772 : le Diable apparait sous la forme d'une jeune fille.

Doc.1 Illustration
du Diable amoureux de Cazotte
b. Au 19e siècle
Au 19e siècle, le fantastique connait un essor considérable pour évacuer le malaise de la société et la méfiance envers les progrès scientifiques. Progressivement, le genre est imprégné d'une angoisse permanente de la mort et de l'anéantissement.

Les auteurs comme Théophile Gautier, Prosper Mérimée, Villiers de L'Isle-Adam, Charles Nodier et Guy de Maupassant explorent et enrichissent les approches des auteurs fantastiques étrangers : l'américain Edgar Allan Poe, l'allemand E.T.A. Hoffmann, le russe Nicolas Gogol.

Doc.2 lllustration des contes d'Hoffmann Contes et Fables : un homme tuant un monstre
c. Au 20e siècle
Au 20e siècle, le genre s'enrichit avec les inquiétudes liées à la condition humaine :
  • il se colore d'un univers intérieur chez Kafka, Buzzati ;
  • il s'oriente vers l'heroic fantasy qui renvoie à l'origine de l'humanité (Tolkien, Le Seigneur des anneaux ; Paolini, Eragon) ;
  • il ouvre sur une nouvelle voie : la terreur et l'épouvante (Stephen King).
La littérature jeunesse exploite les moyens du fantastique en créant des collections comme « Chair de poule », « Vertige », « Peur bleue », etc.

Remarque :
Le fantastique conquiert de plus en plus le cinéma qui met en scène des œuvres littéraires grâce aux effets spéciaux, et qui explore les thèmes et motifs traditionnels (Dracula, La Momie, Dr Jekyll et Mr Hyde…). Il se tourne vers l'épouvante (L'Exorciste) ou la tendresse (Édouard aux mains d'argent) et l'humour (La Famille Adams). Le cinéma illustre parfaitement la lutte entre la raison et le surnaturel.

 
Doc.3 Affiche du Film Dr Jekyll & Mr Hyde d'après Stevenson (1946)
2. Le récit fantastique
a. Les thèmes
  • Le réel
    Le cadre et les personnages sont ancrés dans la réalité pour donner plus de force au surgissement imprévu du fantastique. Le personnage est saisi dans sa réalité quotidienne et doit faire face à des évènements étranges et incompréhensibles.

  • L'étrange
    L'étrange s'introduit par des éléments magiques comme des objets doués de vie, des évènements inexplicables scientifiquement, les revenants, le pacte avec le Diable… La description du phénomène surnaturel passe par des formes et lueurs spectrales (flou, indéfini, lueurs vagues…), des apparitions confuses ou des bruits surprenants (craquements, sifflements), la sensation d'être observé…

  • L'ambigüité et le doute
    Le surnaturel crée une confusion entre le rêve et la réalité sans révélation ni résolution de l'énigme. Il y a impossibilité de choisir entre une explication rationnelle et une interprétation surnaturelle des faits.

Doc.4 Femme apeurée fuyant une maison hantée
b. L'écriture
  • La première personne
    Le récit fantastique est souvent mené à la première personne pour garantir avec le lecteur d'un pacte, comme si celui-ci devait croire en la réalité de ce qui est narré.
    Le récit fantastique est donc caractérisé par la description de l'état physique et psychologique du personnage propice à vivre un évènement surnaturel : la fatigue, la fièvre, le sommeil…
    Ce qui entraine des réactions incontournables du narrateur : chercher l'explication, se questionner, laisser libre cours à la crainte, l'horreur, l'angoisse, les frissons, la sueur, les battements de cœur…

  • L'expression du doute et du mystère
    Le doute et le mystère se manifestent dans l'utilisation des verbes modalisateurs  (douter, sembler, paraitre, croire, ne plus savoir…) ; des adjectifs appartenant au champ lexical du mystère (incompréhensible, surprenant, insolite, anormal, extraordinaire, prodigieux…) ; des modes du virtuel comme le conditionnel ou le subjonctif (« on eût dit… », « il aurait pu être… », « ce serait… », « on croirait… »).
L'essentiel
Le fantastique se situe aux frontières d'autres genres comme le conte merveilleux (mais le conte se place d'emblée sous l'égide d'un univers surnaturel sans chercher à l'expliquer ou le contester) ou la science-fiction (qui se place dans un futur imaginaire, explicable par un pseudo-raisonnement scientifique).

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.