La Cour internationale de justice (CIJ) - Maxicours

La Cour internationale de justice (CIJ)

Objectif :
Découvrir la Cour internationale de justice, son fonctionnement et ses compétences.
Afin de résoudre les différends qui peuvent intervenir entre ses États membres, l’ONU (Organisation des nations unies) s’est dotée d’une Cour internationale de justice.
Elle remplace la Cour permanente de justice internationale le 6 février 1946.
Son siège est établi à La Haye aux Pays-Bas. C’est le seul organe des six que comprend l’ONU à ne pas avoir son siège à New-York.
1. Composition de la Cour internationale de justice
La Cour internationale de justice (CIJ) est composée de 15 juges élus pour un mandat de 9 ans. Ces juges sont élus par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité des nations unies. Chaque État peut présenter un candidat mais un État ne peut avoir plus d’un ressortissant siégeant à la Cour.

La répartition géographique des juges est aujourd’hui la suivante :
- Afrique : 3,
- Amérique latine et Caraïbes : 2,
- Asie : 3,
- Europe occidentale et autres États : 5,
- Europe orientale : 2.

Les juges prennent solennellement l’engagement d’être totalement impartiaux. Ils ne sont pas les délégués de leurs gouvernements et ne peuvent exercer aucune autre fonction professionnelle durant leur mandat.

Les langues officielles de la CIJ sont le français et l’anglais.

La Cour internationale de justice est assistée par le Greffe qui est son organe administratif.
2. Compétences de la Cour internationale de justice
La CIJ exerce la fonction de tribunal mondial.
a. Compétence contentieuse
Dans l’exercice de sa compétence contentieuse, la CIJ juge, conformément au droit international, les différends juridiques qui lui sont présentés par les États.
Seuls les États peuvent se présenter devant la CIJ.

Les États parties au Statut de la CIJ (ceux adhérant à l’ONU le sont d’office) déclarent : « reconnaître comme obligatoire de plein droit et sans convention spéciale, à l'égard de tout autre État acceptant la même obligation, la juridiction de la Cour sur tous les différends d'ordre juridique » (art. 36, par. 2 du Statut).

Les États qui ne sont pas parties au Statut de la CIJ peuvent faire appel à cette dernière sous certaines conditions.

La CIJ ne peut connaître une affaire que si les États en cause reconnaissent sa compétence.

Les arrêts de la CIJ ont force obligatoire.
b. Compétence consultative
La CIJ ne pouvant connaître que les requêtes formulées par les États, une procédure particulière est réservée aux organes de l’ONU désirant être éclairés sur un point de droit particulier. (Par exemple : le Conseil de sécurité, l’Assemblée générale, le Conseil économique et social, le Bureau international du travail, l’Organisation mondiale de la santé etc.).

Les États membres de l’organisation requérante sont consultés par la CIJ afin de lui donner des renseignements sur la question posée.

Même si les conclusions de la CIJ en matière de compétence consultative n’ont pas un effet contraignant sur les organismes demandeurs, elles ont une haute valeur juridique et sont autant de points d’éclaircissement du droit international. Elles contribuent à renforcer les relations pacifiques entre les États. 
3. Limitations de l’action de la CIJ
L’action de la Cour de justice internationale reste tributaire de la bonne volonté des États à accepter sa compétence et à appliquer ses arrêts.

Exemples :
- La France en 1974 refuse de comparaître devant la CIJ dans l’affaire des essais nucléaires l’opposant à l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
- En 1980, l’Iran refuse de comparaître devant la CIJ dans l’affaire des otages américains retenus sur son territoire, invoquant l’irrecevabilité de la requête américaine.
La CIJ a même refusé de statuer devant l’attitude peu coopérative des États mis en cause.

D’autre part, il existe d’autres instances judiciaires internationales qui peuvent la concurrencer dans sa mission de régler les différends internationaux, comme :
- la Cour pénale internationale (2002) ;
- le Tribunal international pour le Rwanda (1994) ;
- le Tribunal international du droit de la mer (1982).
L'essentiel
La Cour de justice internationale joue un rôle prédominant dans la résolution des différends entre les États et précise le droit international.
Son action contribue à favoriser les relations entre États et à les pacifier.
Néanmoins, elle ne peut tirer son efficacité que de la volonté des États à lui reconnaître une compétence et à en accepter l’autorité.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.