L'année 1989 dans le monde - Maxicours

L'année 1989 dans le monde

Objectif
  • Comprendre en quoi 1989 est une année de bouleversement géopolitique à l'échelle mondiale.
Points clés
  • Dans le nouveau contexte international permis par la politique de Gorbatchev, les dictatures d’Europe de l’Est tombent les unes après les autres.
  • L’année 1989 – année du bicentenaire de la Révolution française – voit naître des révolutions démocratiques en Europe, mais aussi en Afrique du Sud et au Brésil.
  • En Chine, le 2e « Printemps de Pékin » est écrasé dans le sang par le régime de Deng Xiaoping.
1. L'effondrement du bloc communiste
a. La chute des démocraties populaires en Europe de l’Est

Sous l’effet des réformes de Gorbatchev en URSS, et dans le contexte d’une nouvelle détente dans la Guerre froide à la fin des années 1980, le bloc soviétique s’effondre en Europe de l’Est.

Les peuples se saisissent de la liberté d’expression offerte par Gorbatchev pour critiquer leurs régimes respectifs. Les dictatures tombent alors les unes après les autres, selon des modalités propres à chaque pays.

En Pologne, c’est une opposition légale qui parvient au pouvoir. En effet, le gouvernement a dû accepter la tenue d’élections libres en juin 1989, élections largement remportées par le mouvement Solidarnosc du syndicaliste Lech Walesa, soutenu par le pape d’origine polonaise Jean-Paul II. Pour la 1re fois depuis la Seconde guerre mondiale, le gouvernement polonais n’est pas communiste.

En Hongrie, les communistes modérés et libéraux mettent fin à la dictature en permettant des élections libres. Gorbatchev assure que l’Armée rouge ne s’immiscera plus dans les affaires internes hongroises, et qu’une répression comme celle de Budapest en 1956 ne se reproduira plus. Le 27 juin 1989, la première brèche s’ouvre dans le « rideau de fer » avec la fin de la clôture austro-hongroise.

Rideau de fer : frontière fermée constituée de l’ensemble des frontières, plus ou moins fortifiées, qui séparent en Europe les pays capitalistes et les démocraties populaires satellites de l’URSS.
b. 9 novembre 1989 : la chute du mur de Berlin
Les autorités est-allemandes sous pression

À la fin de l'été 1989, les Allemands de l'Est quittent la RDA par centaines, puis par milliers, prétextant de vacances en Hongrie, où les frontières sont ouvertes. En trois semaines, 25 000 citoyens de la RDA rejoignent la RFA via la Tchécoslovaquie, la Hongrie et l'Autriche.

À l'occasion du 40e anniversaire de la naissance de la RDA, Gorbatchev se rend à Berlin-Est annonce que le recours à la répression armée est exclu. Le 4 novembre, un million de personnes manifestent à Berlin-Est, et des centaines de milliers d’autres manifestent dans les grandes villes de la RDA, mettant sous pression les autorités est-allemandes, dépassées par les événements.

La chute du mur : « die Wende »

Le 9 novembre 1989, en fin d'après-midi, Günter Schabowski, membre du bureau politique de RDA, annonce à la télévision que les voyages vers l’Ouest sont désormais autorisés.

Plusieurs milliers de Berlinois de l'Est se pressent aux points de passage et exigent de passer, mais les gardes du mur n’ont pas été informés de cette nouvelle. La situation aurait pu dégénérer, mais, sous la pression de la foule, sans violence, le premier point de passage est ouvert peu après 23 heures, suivi d'autres points de passage dans Berlin comme à la frontière avec la RFA.

Les Allemands assistent à cela en direct à la télévision et se mettent en chemin. C'est ainsi que le mur « tombe » dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 novembre, 28 années après sa construction. Cet événement a été appelé dans l'histoire de l'Allemagne die Wende – « le tournant ». Il permet la réunification de l’Allemagne en 1990.

La chute du mur n’est pas la 1re brèche dans le rideau de fer, mais elle est un symbole fort qui va accélérer l’effondrement des démocraties populaires et annonce la fin de la Guerre froide.

Le 10 novembre, le dictateur bulgare Todor Jivkov est poussé à la démission et la Bulgarie s’engage dans la démocratisation.

Le 22 décembre, c’est au tour du dictateur roumain Nicolae Ceaușescu d’être renversé.

2. Le triomphe de la démocratie ?
a. Les progrès de la démocratie dans le monde

L’année 1989 semble annoncer la fin de la Guerre froide et le triomphe de la démocratie dans le monde.

Le 14 juillet 1989, la France fête le bicentenaire de la Révolution française. Les images des cérémonies font le tour du monde.

Alors que le bloc communiste s’effondre en Europe de l’Est, un vent de démocratie souffle sur d’autres continents :

  • En Afrique du Sud, Frederik De Klerk est élu président sur un programme de réforme de l’apartheid. En 1990, il fait libérer Mandela, incarcéré depuis 27 ans. Ensemble, les deux hommes mettront fin à l’apartheid.
  • Au Brésil, Fernando Collor est élu président. S’il est contraint de démissionner en 1992 pour corruption, le scrutin de 1989 est la 1re élection démocratique tenue depuis près de 30 ans.
Apartheid : système politique de ségrégation raciale en Afrique du Sud, de 1948 à 1991.
b. L’échec du « Printemps de Pékin »

En Chine, 10 ans après la répression du 1er « Printemps de Pékin », un deuxième mouvement réclame des réformes pour démocratiser le système.

Le pays, dirigé depuis 11 ans par Deng Xiaoping, traverse alors une crise financière. La mort de Hu Yaobang, Secrétaire général du Parti communiste chinois de 1980 à 1987, est le principal déclencheur du 2nd « Printemps de Pékin ».

En effet, beaucoup espéraient son retour au pouvoir et attendaient de sa part des réformes profondes, dans l’esprit de celles de Gorbatchev. À l’annonce de sa mort le 15 avril, les étudiants des grandes villes du pays descendent dans la rue. Le gouvernement est contraint d’organiser des funérailles nationales le 22 avril.

Le mouvement se poursuit, enfle au mois de mai, annonçant un grand soulèvement populaire. À Pékin, les étudiants convergent vers la place Tian’anmen. Ils réclament la fin de la corruption, dénoncent les inégalités sociales et le train de vie luxueux des cadres du PCC.

Le 4 juin, le pouvoir lance la répression. Les chars reprennent la place Tian’anmen et le mouvement est écrasé dans le sang. Plusieurs milliers de manifestants sont arrêtés et emprisonnés.

Tian’anmen : immense place situé au cœur de Pékin (Beijing), devant la cité interdite, siège traditionnel du pouvoir en Chine, sous l’Empire comme sous le régime communiste.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent