Individualisme et lien social - Maxicours

Individualisme et lien social

L’individualisme est souvent vu comme un effet néfaste créé par les sociétés modernes.
Qu’en est-il réellement ?
1. L'individualisme
a. Définir l'individualisme
L’individualisme est une notion polysémique. Dans un sens courant, généralement accepté, l’individualisme est vu comme un repli sur soi, il est synonyme d’égoïsme et de rupture du lien social. C’est un principe alors assimilé au « chacun pour soi », à la perte d’un sentiment collectif et de solidarité.

Mais il existe d’autres sens à l’individualisme, plus positifs. Au sens politique, l’individualisme correspond à une conception de la vie en société dans laquelle l'individu constitue la valeur centrale. Cette notion met alors l’accent sur la liberté de l’individu, son autonomie et elle est donc liée au principe démocratique et à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Dans un sens plus sociologique, l’individualisme correspond à une libération de l’individu par rapport aux contraintes sociales. Il n’est plus seulement un membre du groupe parmi d’autres mais une personne avec sa différence, des droits et des devoirs particuliers. L’individualisme se comprend comme un affranchissement par rapport aux tutelles traditionnelles (sociales, familiales, religieuses) à l’image de l’émancipation des femmes après la Seconde Guerre Mondiale.
b. Comment l'individualisme est-il apparu dans les sociétés modernes ?
Sous l’Ancien Régime, l’individu est nié : il n’est qu’une partie d’un groupe. Les individus appartiennent par la naissance à des ordres (Clergé, Tiers-État, Noblesse) qui déterminent leur place dans la hiérarchie sociale. Mais l’enrichissement d’une partie du Tiers-État par le commerce (classe qui deviendra la bourgeoisie) fait apparaître l’idée que l’individu peut transformer sa vie et ne pas rester cantonné dans le rôle qu’on lui a assigné. La hiérarchie sociale est bousculée et ce mouvement conduira à la Révolution française de 1789. Celle-ci proclamera la fin des ordres et des privilèges acquis à la naissance et l’égalité des droits pour tous les citoyens. L’individualisme est alors indissociable de la démocratie.

Petit à petit, ce processus permet d'arracher l'individu à l'emprise de la collectivité afin de prendre en charge son propre destin, de construire sa propre personnalité, d'effectuer des choix personnels ; il se libère des normes de la religion, de l’emprise de l'État, du travail, de la famille, etc. Cet individualisme va aller en s’accroissant tout au long du 20e siècle avec la réaffirmation de l’égalité des chances, de la démocratie mais aussi de la société de consommation et de loisirs qui vont développer l’idée de la jouissance personnelle et du droit au bien-être pour tous.
2. Les effets de l'individualisme
a. Une société moins solidaire
L’individualisme est donc vu comme un danger pour le lien social car :

• Du point de vue de la famille, il serait responsable de la montée des divorces car les individus privilégient leur bien-être personnel et n’hésitent plus à briser les liens familiaux. De plus, ceux-ci seraient aussi fragilisés du fait de l’accroissement de l’autonomie revendiquée par les membres de la famille (par exemple les enfants) ;

• Dans le travail, l’individualisme croissant créerait des tensions entre les salariés qui désirent progresser dans la hiérarchie. L’entreprise favoriserait ce phénomène en individualisant de plus en plus les carrières, les rémunérations… De plus, les combats collectifs seraient amoindris car les individus font un calcul rationnel. Dans ce cas, ils laissent le soin aux autres de mener le combat pour en retirer les bénéfices éventuels sans en subir les coûts (théorie du passager clandestin). La baisse du taux de syndicalisation pourrait être expliquée par ces manifestations de l’individualisme ;

• Dans le domaine politique, l’individualisme se manifesterait par une baisse de l’action militante (baisse des effectifs dans les partis politiques ou certaines associations) et par une plus forte abstention lors des élections. A. de Tocqueville parlait au 19e siècle d’un risque majeur pour la démocratie de voir les individus se replier dans la sphère privée, au détriment de la sphère publique. Cela pouvait, selon lui, déboucher sur une forme de « despotisme » où le pouvoir serait abandonné à des élites inamovibles ;

• Une partie des conflits s’est transformée en luttes structurées autour de la défense d’intérêts particuliers, comme les conflits contre l’implantation d’une centrale nucléaire à proximité de zones résidentielles (mouvements sociaux dits NIMBY de l’anglais « Not In My BackYard ») ;

• On peut constater aussi la crise de légitimité que traverse la protection sociale collective. Les systèmes de retraite par répartition par exemple sont remis en cause suite à leur coût énorme pour la collectivité. Les systèmes collectifs d’assurance maladie sont critiqués car ils sont présentés comme inefficaces et gangrénés par la fraude, ce qui fait qu’une partie de la population les rejette et souhaite un système plus individuel comme dans les pays anglo-saxons.
b. L'individualisme peut renforcer le lien social
Cette vision du lien social, en partie détruit par la montée de l’individualisme, doit être relativisée. En effet, les diverses études montrent que le lien social ne s’affaiblit pas mais qu'il est en mutation. La solidarité familiale reste entière (la famille reste un refuge moral et affectif) et les nouveaux liens de filiation ou d’alliance ne sont pas moins denses que ceux du mariage ou de la famille nucléaire. Les individus participent de manière plus importante aujourd’hui à des associations culturelles ou sportives et les associations caritatives comptent de nombreux bénévoles. De plus, la solidarité nationale n’est pas en reste comme le montre le succès annuel de manifestations comme le Téléthon ou les Restos du Cœur.

Les Français ne se désintéressent pas de la politique, de nombreux forums de discussion sont ouverts dans les médias ou grâce aux nouveaux moyens de communication en ce qui concerne les débats publics (le débat sur le référendum pour une constitution européenne en 2005 en est un bon exemple).

Enfin, la recherche de son intérêt personnel ne peut-il pas conduire à se tourner vers les autres ? N’existe-t-il pas un individualisme relationnel ?
On peut prendre le cas des jeunes diplômés célibataires qui privilégient leur carrière mais qui ont une vie sociale très intense. De la même manière, de nombreuses personnes font le choix de participer à des associations humanitaires ou caritatives en partie dans une optique individualiste (pour se nourrir de nouvelles expériences, voyager, améliorer leur curriculum vitae). Cet individualisme-là conduit alors vers les autres et enrichit le lien social.
L'essentiel
Il ne faut pas assimiler l’individualisme à la seule définition courante qui le confond avec le repli sur soi et l’égoïsme. L’individualisme est présenté comme la source de nombreux maux de notre société mais n’en est-il pas seulement le fruit et non la cause ? L’individualisme est aussi basé sur des valeurs positives comme la liberté ou l’égalité des droits et des chances pour tous les individus. En ce sens, il n’est pas forcément synonyme de rupture du lien social.
Synthèse visuelle

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.