Entrainement : la rédaction de l'essai - Maxicours

Entrainement : la rédaction de l'essai

1. Énoncé du sujet : le texte et les questions
« Qu’est-ce que l’artiste ? C’est un homme qui voit mieux que les autres, car il regarde la réalité nue et sans voiles. Voir avec des yeux de peintre, c’est voir mieux que le commun des mortels. Lorsque nous regardons un objet, d’habitude nous ne le voyons pas ; parce que ce que nous voyons, ce sont des conventions interposées entre l’objet et nous ; ce que nous voyons ce sont des signes conventionnels qui nous permettent de reconnaître l’objet et de la distinguer pratiquement d’un autre, pour la commodité de la vie. Mais celui qui mettra le feu à toutes ces conventions, celui qui méprisera l’usage pratique et les commodités de la vie et s’efforcera de voir directement la réalité elle-même, sans rien interposer entre elle et lui, celui-là sera un artiste. »

Henri Bergson, Conférences de Madrid sur l’âme humaine (1916) dans Mélanges.


Questions :

1/ Dégagez l’idée générale et dégagez les étapes de l’argumentation.

2/ Le texte utilise à plusieurs reprises la notion de convention. Définissez cette notion.

3/ a/ Expliquez l’expression « voir mieux que le commun de mortels ».
b/ Expliquez la phrase « parce que ce que nous voyons, ce sont des conventions interposées entre l’objet et nous ».

4/ L’art est-il étranger à la vie quotidienne ?

2. Exemple de rédaction de l'essai
Un lieu commun (c’est-à-dire une idée reçue) consiste à dire que l’art est en dehors de la réalité et que l’artiste est détaché de l’existence ordinaire. Les nécessités pratiques de la vie sociale amèneraient les hommes, groupés en collectivités, à cultiver les sciences et les techniques, plutôt que les activités artistiques : l’art, en ce sens, éloignerait l’homme de la réalité quotidienne et l’engagerait même, quelquefois dangereusement, à négliger l’aspect utilitaire et économique des choses.
On peut donner maints exemples d’artistes vivant dans la précarité matérielle, menant une vie sociale et économique difficile, mais cultivant leur art, en se mettant à l’écart du monde ordinaire : le bonheur de créer leur est essentiel, ils préfèrent sacrifier le confort et le luxe plutôt que de renoncer à leur créativité.

Toutefois il faut sans doute nuancer cette description, notamment en réfléchissant sur ce qu’est la réalité. Nous avons l'habitude de valoriser l’aspect économique de la vie sociale et de juger « réel » ce qui est matériellement utile, ce qui procure puissance sociale et confort économique. Ainsi les activités rémunérées de la vie professionnelle sont considérées comme essentielles car garantissant l’insertion sociale et la sécurité économique. Ces activités permettent de satisfaire les besoins vitaux et, aussi, un certain nombre de désirs matériels.
L’art, quant à lui, vise la satisfaction de désirs dépassant la simple vie économique : il cherche à atteindre l’essence des choses en dépassant (on peut dire aussi en «transcendant») le seul souci économique et en manifestant l’existence d’une réalité supérieure (cette réalité que le poète Baudelaire appelait « surréalité »).

La réalité, dans cette perspective, se situe bien au-delà du domaine matériel de la vie sociale : l’artiste nous incite à nous dégager d’une réalité pauvre et monotone, réduite à la dimension économique et sociale, pour nous découvrir la dimension réelle de l’existence. L’art loin d’être étranger à la réalité nous incite à percevoir la réalité authentique en nous dégageant de platitude quotidienne : ce que crée l’artiste a rapport à la vérité essentielle et concerne l’existence intime de tout homme. Une société privée d’art serait, en ce sens, étrangère à la vérité qui importe le plus à l’homme.

Remarque :
Cet exercice nécessite une composition méthodique et organisée : ici trois moments sont repérables, mettant en évidence une progression de la réflexion. C’est sur ce modèle de composition qu'il faut concentrer ses efforts.
On peut ajouter des exemples ou des références à d’autres auteurs : ici, il y a une référence au poète et critique d’art français Charles Baudelaire (1821-1867) auteur célèbre du recueil de poèmes Les Fleurs du Mal.
Toutefois il n’est pas prudent d’accumuler les références et les exemples : l’essentiel est de construire une réflexion claire et organisée.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.