Ressources alimentaires et reproduction : exemple du sanglier - Cours de SVT 4eme avec Maxicours - Collège

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Ressources alimentaires et reproduction : exemple du sanglier

Objectifs
Pour que les individus puissent se reproduire à l’âge adulte et que leur descendance survive, les animaux doivent trouver dans leur milieu de vie de la nourriture.
La quantité de nourriture disponible a-t-elle une influence sur la reproduction sexuée des espèces ?
1. Influence des ressources alimentaires sur sur la fécondité des espèces
Les sangliers sont des mammifères vivant dans toutes les forêts françaises et se nourrissant essentiellement de végétaux (glands, faines et champignons), mais aussi de vers de terre et d’escargots.
Leur reproduction s’accompagne d’une période d’accouplement comprise entre septembre et mars, puis d’une période de gestation de 115 jours à la fin de laquelle la femelle met au monde 3 à 8 marcassins.

• Expérience 
Études des sangliers en forêt de Chambord, forêt où le chêne est l’espèce d’arbres la plus représentée.

• Observations
Lorsque la quantité de nourriture est abondante :
– le pourcentage d’accouplement est de 58 % et celui de mises bas de 52 % ;
– le plus grand nombre d’accouplements a lieu en novembre alors que le plus grand nombre de mises bas a lieu, 4 mois plus tard, en mars.

Lorsque la quantité de nourriture est faible :
– le pourcentage d’accouplement est de 45 % et celui de mises bas de 42-43 % ;
– le plus grand nombre d’accouplements a lieu en janvier alors que le plus grand nombre de mises bas a lieu en mai.

• Conclusion
On peut en déduire que plus il y a de nourriture, plus le nombre d’accouplements et de mise bas est élevé. D’autre part, les accouplements et les mises bas ont lieu plus tôt au cours de l’année.

2. Influence des ressources alimentaires sur le nombre d’individus
• Expérience
Études de la production de gland en automne, pendant neuf années consécutives.

• Observations
À l’automne des années 1975, 1976 et 1982, la production de glands a été très importante.
Quelques mois plus tard, après l’accouplement, on constate que le nombre de petits par portée a fortement augmenté.

• Conclusion
On peut donc en déduire que plus la quantité de nourriture disponible est grande et plus le nombre de petits par portée est élevé.

L’abondance de nourriture permet aux sangliers de se reproduire plus tôt et donc de produire plus d’individus. À l’inverse, le manque de nourriture contraint les sangliers à s’accoupler plus tard et à produire moins d’individus.

L’essentiel

La quantité de nourriture disponible dans le milieu de vie influe sur le déroulement de la reproduction des espèces animales et permet d’expliquer les variations du nombre d’individus d’une espèce dans un milieu.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents