La lutte biologique - Cours de SVT 4eme avec Maxicours - Collège

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La lutte biologique

Objectifs
Le succès de la reproduction des espèces dépend, entre autres, des rapports entre prédateurs et proies. Pour lutter contre les espèces nuisibles aux cultures, l’Homme utilise leurs prédateurs naturels, évitant ainsi l’emploi de substances chimiques polluantes.
En quoi consiste cette lutte dite biologique ? 
Quelles sont ses applications ?
1. Le principe de la lutte biologique
La lutte biologique consiste à combattre les ennemis des cultures en utilisant leurs prédateurs naturels.
Elle est basée sur l'exploitation par l'Homme et à son profit d'une relation naturelle entre deux êtres vivants :
– la cible (de la lutte) est un organisme indésirable, ravageur d'une plante cultivée, parasite du bétail, etc. ;
– l'agent de lutte (ou auxiliaire) est un organisme différent, le plus souvent un parasite ou un prédateur du premier, qui le tue à plus ou moins brève échéance en s'en nourrissant ou en limitant son développement.

Les auxiliaires que l'on cherche à utiliser sont le plus souvent des insectes, des acariens entomophages. Ce sont aussi des bactéries, des virus et des champignons qui provoquent certaines maladies chez les insectes nuisibles. Dans certains cas, on utilise aussi des poissons.

Une forme particulière de la lutte biologique est la lutte autocide : on fait appel à des mâles stériles, qui, libérés en très grand nombre, font concurrence aux mâles sauvages et limitent ainsi très efficacement la descendance des femelles. Cette méthode s’adapte particulièrement aux cultures sous serres.

Une méthode proche est celle qui consiste à utiliser des phéromones (hormone sexuelle libérée par les femelles) pour attirer les mâles dans des pièges et ainsi limiter leur nombre.

L'objectif principal de la lutte biologique est de réduire le recours aux pesticides chimiques.
2. La lutte biologique contre la pyrale du maïs
La pyrale du maïs est un papillon dont la chenille ravage les champs de maïs. L’adulte pond ses œufs sur les feuilles du maïs. Des œufs sortent des larves très voraces qui s’attaquent aux pédoncules des fleurs et font tomber les épis.
Pour lutter contre la pyrale du maïs, deux prédateurs naturels sont utilisés.
a. Action des spores de <em>Beauveria</em> sur la pyrale
L'Ostrinil est un insecticide biologique composé de spores de Beauveria, un champignon parasite de la pyrale. Ce produit, conçu pour le traitement en plein champ, est constitué de granulés d'argile contenant le champignon.

Lors de l'épandage, une partie des granulés reste accrochée à l'aisselle des feuilles, endroit au niveau duquel l'insecte pénètre dans la plante. Lorsque les spores entrent en contact avec les œufs, les larves ou les adultes de pyrales, elles germent, détruisant ainsi l’insecte.

Les intérêts du champignon Beauveria sont multiples :

– il est spécifique de la pyrale et se multiplie très rapidement ;
– il n’est pas toxique pour les insectes pollinisateurs et la faune environnante.

b. Action des trichogrammes sur la pyrale

Les trichogrammes sont des insectes hyménoptères qui pondent leurs œufs dans les œufs que la pyrale dépose sur les feuilles du maïs. Quand les larves de trichogrammes éclosent dans les œufs de pyrale, elles se nourrissent de l’intérieur des œufs, ce qui entraîne leur mort.

En pratique, on envoie des vagues successives de millions de trichogrammes sur les champs de maïs, une méthode efficace, si elle est bien appliquée, et respectueuse de l'environnement.


Doc. 1 : Un trichogramme adulte.


3. Autres exemples de lutte biologique
Cible = prédateur Dégâts occasionnés par le prédateur Auxiliaire = prédateur de la cible Action de l'auxiliaire
Puceron Prélèvement de la sève ; transmission de virus ; déformation des plantes Coccinelle (insecte) Se nourrit exclusivement de puce
Moustique Piqures ; propagation de virus, de maladies bénignes chez les mammifères Gambusia (poisson) Se nourrit de larves de moustiques
Chenille du bombyx (papillon) Affaiblissement du végétal le rendant vulnérable à d'autres maladies ou insectes ravageurs Bacillus thuringiensis (bactérie) Provoque une septicémie de la chenille après paralysie
Pyrale du maïs Dévore les feuilles du maïs et fait tomber les épis
Beauveria (champignon)
 
Trichogramme (insecte)
Les spores du champignon germent sur la pyrale et la détruisent

Pond dans les œufs de la pyrale ; les larves dévorent le contenu de l’œuf
Aleurode Perfore les feuilles et les fruits de la tomate Encarsia (insecte) Pond dans les œufs de l'aleurode
Mineuse du marronnier d'Inde Couleur brune et chute prématurée des feuilles de marronnier Dacnusa (insecte) Pond ses oeufs dans la larve de la mineuse
Cochenille Affaiblissement de la plante par prélèvement de sève ; entrave gravement l'activité photosynthétique du végétal Coccinelle (insecte) La larve de la coccinelle se nourrit de cochenilles

Doc. 2 : Exemples de prédateurs utilisés pour la lutte biologique.

L'essentiel

Les agriculteurs disposent désormais de moyens biologiques pour lutter contre un grand nombre d'animaux nuisibles.
La lutte biologique consiste à combattre les ennemis des cultures en utilisant leurs prédateurs naturels.
Cette pratique est en accord avec la protection de l'environnement aussi bien qu'avec les besoins des consommateurs.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents