Les méthodes de créativité individuelles - Maxicours

Les méthodes de créativité individuelles

Objectifs
  • Apprendre à utiliser la pensée latérale.
  • Apprendre à utiliser la méthode SCAMPER.
Points clés
  • La pensée latérale est une méthode qui propose de sortir des schémas de pensée habituels en déstabilisant l’esprit : on lui présente des situations étranges, inhabituelles, appelées situations tremplins, afin de stimuler la créativité.
  • La méthode SCAMPER propose d’examiner un produit sous sept angles différents afin de chercher les améliorations qui peuvent lui être apportées.
Pour bien comprendre
  • L’innovation
  • La créativité

La pensée latérale et la méthode SCAMPER sont adaptées pour un travail de créativité réalisé seul. Ces méthodes conviennent également aux petits groupes, de 2 à 5 personnes.

1. La pensée latérale
a. Qu’est-ce que la pensée latérale ?
La pensée latérale est une méthode basée sur l’imagination. Elle propose de poser le problème que l’on souhaite résoudre sous un angle particulier et surprenant. Cela oblige à penser autrement, hors des schémas de pensée habituels.
Remarque
La technique de la pensée latérale a été développée par Edward de Bono, un psychologue maltais, à partir de la fin des années 1960.

Les solutions produites à l’aide de la pensée latérale sont rarement utilisables telles quelles, mais ce n’est pas gênant.

La pensée latérale s’appuie sur l’hypothèse que des solutions irréalistes, ou inapplicables, peuvent servir d’étapes, de tremplins, vers la construction de produits innovants. Il faut donc voir la pensée latérale comme un déclencheur de l’innovation, qui sera, dans un second temps, complétée par une réflexion plus rationnelle.

Remarque
La pensée latérale survient parfois spontanément, dans la vie de tous les jours. Quand nous nous trouvons dans une situation particulière, cette situation nous fait inconsciemment penser de manière latérale. Il se peut alors que de nouvelles idées originales et innovantes surgissent dans notre cerveau.

La pensée latérale permet de trouver des innovations de rupture.

b. Comment utiliser la pensée latérale ?

Voici les cinq étapes à appliquer pour utiliser la pensée latérale.

Étape 1 – Choisir un thème et faire le point dessus.

Il faut définir ce pour quoi on va chercher des idées innovantes : un produit, un concept, un problème technique, etc.

Exemple
Les chaises de classe.
Étape 2 – Faire le point sur ce que nous inspire le thème.

On réfléchit rapidement à ce que nous inspire le thème. On note les idées préconçues que l’on a dessus, ce à quoi le thème nous fait penser, ce qui nous parait évident.

Exemple
Les chaises de classe : elles sont faites avec quatre pieds, un dossier et une assise. Elles ne sont pas très confortables.
Étape 3 – Générer des situations tremplins.
Les situations tremplins sont des situations qui n’ont pas besoin d’être réalistes. Leur but est d’être provocatrices, afin de nous déstabiliser et de nous amener vers une pensée innovante.

On peut, et c’est même conseillé, chercher plusieurs situations tremplins pour un même thème.

Voici quelques astuces qui peuvent aider à trouver de telles idées.

  • Exagération
    Exemple
    Pourquoi ne pas créer des chaises de classe « premium » ultra-confort ?
  • Inversion
    Exemple
    Pourquoi ne pas mettre les pieds de la chaise en l’air ?
  • Distorsion, déformation
    Exemple
    Pourquoi ne pas faire des chaises en une seule et unique pièce ?
  • Disparition, apparition
    Exemple
    Pourquoi ne pas supprimer les pieds de la chaise ?
Remarque
Les situations tremplins sont nommées « po » par Edward de Bono, ce qui signifie « provoking operation ».
Étape 4 – Réfléchir à partir des situations tremplins.

Il faut maintenant réfléchir à comment résoudre le problème posé par les situations tremplins.

Cela va nous amener à imaginer et à proposer des idées nouvelles et originales, mais pas forcément applicables.

Exemple
On se base sur les situations tremplins trouvées précédemment.
  • Situation 1 : Pourquoi ne pas créer des chaises de classe ultra-confort ?
    Idée : Chaise conservant globalement la forme d’une chaise de classe mais avec une assise et un dossier rembourré.
  • Situation 2 : Pourquoi ne pas mettre les pieds de la chaise en l’air ?
    Idée : Chaise suspendue au plafond par des câbles.
  • Situation 3 : Pourquoi ne pas faire des chaises en une seule et unique pièce ?
    Idée : Chaise avec une structure faite de courbes, en une pièce, sans la découpe traditionnelle pieds-assise-dossier.
  • Situation 4 : Pourquoi ne pas supprimer les pieds de la chaise ?
    Idée : Assises et dossiers d’une rangée de chaises maintenus en l’air par une même structure porteuse, voire par les tables de la rangée suivante.
Étape 5 – Développer et rationaliser les idées intéressantes.

On va ensuite développer et essayer de rendre applicables et réalistes les idées trouvées à partir des situations tremplins.

Certaines idées peuvent être abandonnées à ce stade.

Exemple
Si on développe l’idée de la situation 3, avec comme contrainte de limiter le cout de fabrication, car on veut du mobilier scolaire, on peut imaginer ce type de chaise : chaise design et ergonomique, avec une structure courbe en une pièce.
2. La méthode SCAMPER
a. Qu’est-ce que la méthode SCAMPER ?
La méthode SCAMPER s’appuie sur l’hypothèse que la plupart des nouvelles idées pour résoudre un problème peuvent être trouvées en analysant le problème selon sept angles différents.

Chaque angle est symbolisé par un verbe qui permet de poser des questions. Il suffit alors de se poser une liste de questions, en lien avec ces verbes, pour voir des solutions émerger.

Remarque
Cette méthode a été développée par Alex Osborne, un directeur en publicité, en 1953. Elle a ensuite été présentée par Bob Elerle, un auteur d’ouvrages éducatifs, en 1971.

Les initiales des sept verbes composent le terme SCAMPER.

Voici ci-dessous ces verbes, en anglais, puis traduits français.

  • S pour Substitute, traduit par « Substituer ».
  • C pour Combine, traduit par « Combiner ».
  • A pour Adapt, traduit par « Adapter ».
  • M pour Modify, traduit par « Modifier ».
  • P pour Put to another use, traduit par « Produire un nouvel usage ».
  • E pour Eliminate, traduit par « Éliminer ».
  • R pour Reverse, traduit par « Renverser ».
b. Comment utiliser la méthode SCAMPER ?

Pour chaque verbe, la méthode propose de poser une ou plusieurs questions à propos du problème à résoudre ou du produit à améliorer.

Voici des exemples de questions pouvant être posées.

Substitute (= Substituer)

Par quoi peut-on remplacer cette partie, composant, matériau, technologie, etc., du produit ?

Exemple
On remplace les roues par des chenilles pour un robot, de manière à améliorer son accroche au sol.
Combine (= Combiner)

Que se passe-t-il si on fusionne un produit A et un produit B ?

Que se passe-t-il si on ajoute un produit A au produit B ?

Exemples
  • On fusionne un smartphone et une montre pour créer une montre connectée.
  • On ajoute un pince pilotable à un drone sous-marin pour lui permettre de saisir des objets.
Adapt (= Adapter)

Comment adapter un produit à une nouvelle situation d’utilisation ?

Comment adapter un produit à un nouveau type d’utilisateur (budget, âge, etc.) ?

Exemples
  • On adapte une voiture pour qu’elle convienne aux personnes handicapées.
  • On adapte un smartphone en lui donnant une image plus moderne et un nouvel aspect, de manière à viser un public plus jeune.
Modify (= Modifier)

Quel aspect du produit modifier pour le rendre meilleur ?

Exemple
On cherche à améliorer les résultats aux tests de choc d’un casque de moto.
Put to another use (= Produire un nouvel usage)

Comment réutiliser certains principes et éléments du produit dans un tout autre concept ?

Remarque
La différence avec « Adapt » est qu’on change ici complètement de domaine d’utilisation, alors qu’avec « Adapt », seuls quelques paramètres d’utilisation étaient modifiés.
Exemple
On réutilise les technologies développées dans la téléphonie mobile et la géolocalisation, de manière à rendre une voiture connectée et contrôlable à distance.
Eliminate (= Éliminer)

Quels éléments du produit peuvent être supprimés ?

Quels éléments du produit sont devenus superflus ?

Comment simplifier le produit ?

Exemples
  • On supprime les pales d’un ventilateur ou le sac d’un aspirateur (Dyson).
  • On simplifie l’interface d’un logiciel en enlevant tous les boutons qui sont devenus superflus avec l’évolution de l’informatique.
Reverse (= Inverser)

Que se passe-t-il si on inverse la manière, le sens, la direction, etc., avec laquelle le produit est utilisé ?

Exemple
Un ventilateur inversé donne une éolienne.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Fiches de cours les plus recherchées

Création et innovation technologiques

La créativité

Création et innovation technologiques

Identifier et caractériser les contraintes d'un produit

Création et innovation technologiques

Les méthodes de créativité individuelles

Création et innovation technologiques

Démarche de projet et éco-conception

Création et innovation technologiques

Les contraintes d'un produit

Création et innovation technologiques

Les méthodes de créativité en groupe

Création et innovation technologiques

Au programme !

Création et innovation technologiques

L'innovation - seconde

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent