Les frères Pereire, acteurs de la modernisation économique - Maxicours

Les frères Pereire, acteurs de la modernisation économique

Objectifs
  • Comprendre le rôle joué par les frères Pereire dans la modernisation de l'économie française sous l‘Empire
  • Initier à l’histoire entrepreneuriale
Points clés
  • Les frères Pereire sont des hommes d'affaires très influents sous le Second Empire.
  • Ils révolutionnent le secteur de la banque en créant une banque de dépôt capable de drainer l’épargne des Français, et ainsi financer des investissements multiformes à l'échelle locale, nationale et même internationale.
  • Porteurs de projets innovants, ils sont les moteurs de la modernisation de l’économie française.
1. Vers la modernisation de l’économie française
a. Le Second Empire : une politique économique dynamique

Jusqu’en 1860, la France connait une période de croissance économique favorisée par l’essor de l’industrie, notamment l’industrie textile. Celle-ci emploie des paysans ouvriers travaillant à domicile, regroupés ensuite dans des manufactures équipées de machines-outils (métier à filer, métier à tisser). 

La sidérurgie se développe, stimulée par l’essor du chemin de fer. Le procédé Bessemer (1855), du nom de son inventeur, permet de fabriquer de l’acier moins cassant. La production s’effectue en plus grande quantité et les coûts de production sont donc moindres.

Le convertisseur Bessemer | © iStock – Binnerstam

C’est aussi l’essor des grands magasins (Le Bon Marché, La Samaritaine), qui traduit un renouveau de la consommation des ménages. Leur architecture moderne allie poutrelles métalliques et verrières. Contrairement aux commerces traditionnels, spécialisés dans un ou deux produits, ces magasins vendent des produits divers.

Vue générale des magasins du Bon Marché, à Paris, l'un des premiers grands magasins | © Universal History Archive/UIG / Bridgeman Images
b. Le rôle de l’État dans la modernisation du pays

L’État encourage et finance la modernisation économique. Napoléon III mène en effet une politique économique très volontariste. Il est proche des idées de Claude-Henri de Rouvroy de Saint-Simon. 

Le saint-simonisme repose sur l’idée que le bien-être social doit être construit sur les progrès techniques, scientifiques et industriels.

L’État prend part au développement du réseau ferré, encourage les rénovations immobilières et initie des aménagements urbains, notamment à Paris. Il crée un environnement juridique favorable aux entreprises (lois de libéralisation des sociétés anonymes de 1863 et 1867) et modernise le système bancaire en soutenant la création de banques de dépôt (le Crédit foncier en 1852, le Crédit lyonnais en 1863, la Société générale en 1864).

La France devient la seconde puissance industrielle européenne derrière l’Angleterre. Dans ce contexte, une nouvelle génération d’entrepreneurs voit le jour : ils ne sont pas héritiers d’une fortune familiale, mais parviennent par leurs initiatives à transformer l’économie française. C’est le cas des frères Pereire.

2. Les frères Pereire : des acteurs de la modernisation économique et de l’industrialisation
a. Des investisseurs innovants
Émile Pereire (assis, 1800-1875) et Isaac Pereire (1806-1880) | © Tallandier / Bridgeman Images

Les deux frères, proches de Napoléon III et acquis au saint-simonisme, investissent dans de nombreux secteurs économiques.

Ils fondent en 1852 une banque, le Crédit mobilier. C’est une société par actions dont l’objectif est de drainer l’épargne des Français afin de financer les investissements des commerçants et des industriels. L'entreprise est un succès. Ainsi, le crédit facilité pousse les entrepreneurs à investir. Ce modèle de banque de dépôt est exporté en Espagne et en Italie par les deux frères.

Société par actions : société commerciale dont le capital est fourni par des associés. Ceux-ci reçoivent, en fonction du capital versé, une part de propriété de l'entreprise sous forme d’actions. Les actions donnent lieu au versement de dividendes (= part des bénéfices réalisés par la société).
Banque de dépôt : banque où les particuliers déposent leur argent et qui collecte l’épargne. 

Leur activité s’étend aux chemins de fer et au transport maritime. Ils deviennent propriétaires de plusieurs compagnies françaises mais aussi étrangères. En 1855, ils fondent la Compagnie Générale Maritime, qui assure des liaisons régulières entre Le Havre et New York. Elle devient en 1861 la Transatlantique.

Les deux frères sont également présents dans le secteur de l’immobilier, des compagnies d’assurance et deviennent propriétaires de terres agricoles et d’un vignoble.

Forts de leur renommée, ils entrent au corps législatif en 1863. Symboles de la réussite économique du Second Empire, ils font désormais partie de l’élite et jouent de leur influence auprès des hommes politiques et des hommes d’affaires.

b. Des aménageurs du territoire : les exemples de Paris et Arcachon

Les Pereire participent au financement des travaux d'Haussmann à Paris. Ils aménagent le quartier de la Plaine Monceau, où ils réalisent plusieurs opérations immobilières (notamment la construction d'hôtels particuliers réservés à la haute bourgeoisie). Le boulevard principal du quartier, le boulevard Pereire, porte leur nom.

Constatant que la ville d’Arcachon accueille de plus en plus de visiteurs, ils décident de construire la liaison de la commune avec Bordeaux. Arcachon devient une station balnéaire et thermale d’hiver prisée de la bourgeoisie.

Affiche faisant la promotion de la station hivernale d'Arcachon, 1910 | © Bridgeman Images

Pour rentabiliser cet investissement, les frères Pereire décident de construire des villas sur les hauteurs d’Arcachon. La ville, classée aux monuments historiques, possède une architecture asymétrique copiée sur celle des chalets : les façades en briques sont agrémentées de tourelles, de balcons, de belvédères. Dans les années suivantes, Arcachon connait une renommée européenne.

3. Des acteurs controversés
a. Une réussite qui inquiète

James de Rothschild, un grand banquier, est inquiet du développement de l’activité des frères Pereire et de leur projet de banque de dépôt.

La Banque de France les voit aussi d’un mauvais oeil depuis qu’ils ont tenté de créer une seconde banque d'émission de monnaie, sans succès. 

Enfin, les Pereire sont victimes de l'antisémitisme de certains entrepreneurs qui mettent en avant leur origine juive.

Sous l’influence de ces opposants, ils sont contraints à la démission du Crédit mobilier au moment de la faillite de celui-ci.

b. Des banquiers imprudents

Le Crédit mobilier fait faillite en 1867, ce qui s’explique par le surendettement et les difficultés de la société : trop d'investissements ont été réalisés par l'intermédiaire de la banque sous forme de prise de participation dans des domaines divers et nombreux (mines, éclairage public, immobilier, thermalisme, etc.). Ceci sonne le glas des frères Pereire dans un contexte de crise économique généralisée en Europe.

Mais, si la puissance des Pereire est diminuée, elle n’est pas pour autant détruite : l’activité ferroviaire reste intacte. Elle est transmise aux héritiers et poursuit son ascension, participant à l’édification du réseau ferré national et européen.

Leur action est portée à la postérité. En effet, de nombreuses plaques rappellent leurs entreprises : gare de Bordeaux-Saint-Jean, espace, boulevard et bouche de métro à Paris.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent