Le féminin des noms - Cours de Français avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

En français, le genre d'un nom peut être masculin ou féminin. Cette distinction repose sur un opposition de sexe pour la plupart des noms animés.
Exemple :
un garçon / une fille

Pour les autres noms, le genre est fixé par l'usage.
Exemple :
le soleil / la lune

(Il n'y a pas d'explication à cette répartition des genres. Si l'on prend l'exemple de l'allemand, le mot soleil est un nom féminin tandis que lune est masculin !)
1. Définition
On peut distinguer différents cas concernant les noms féminins :
  • les noms qui sont uniquement féminins (la lune, une réunion…), il n'existe pas de nom masculin de la même famille ;
  • les noms féminins qui correspondent à un nom masculin mais n'ont pas le même radical (c'est souvent le cas des noms d'animaux (un chien / une chienne mais un cheval / une jument ou un cochon / une truie) ;
  • les noms féminins qui ont la même forme que le nom masculin (un élève / une élève) ;
  • les noms féminins qui sont construits à partir du nom masculin (par exemple les noms de métiers).
Il existe des règles pour la construction du nom féminin à partir d'un nom masculin. Il existe aussi des règles d'écriture en fonction de la dernière syllabe du nom.
a. Deux mots de radical différent
Certains noms ont deux radicaux différents, un pour le masculin et un pour le féminin.
Exemples :
un neveu / une nièce ; un oncle / une tante
un cheval / une jument ; un mouton / une brebis

Il s'agit souvent de mots très courants avec une signification particulière : le vocabulaire de la famille, le vocabulaire des animaux…
b. Une même forme pour les deux genres
Certains noms gardent la même forme pour les deux genres.
Exemple :
un élève / une élève

Dans ce cas, c'est le déterminant ou le contexte de la phrase qui permet de savoir si le nom est masculin ou féminin, ce qui est indispensable pour accorder correctement un adjectif, par exemple.
c. Ajout d'un -e à la forme du masculin
Certains noms féminins sont formés en ajoutant un –e à la forme du masculin.
Exemple :
un étudiant / une étudiante

► Souvent, l'ajout du –e entraine des modifications orthographiques, notamment un doublement de la consonne, l'apparition d'un accent pour respecter la prononciation ou une transformation de la dernière syllabe.
Exemple :
un chien / une chienne ; un boulanger / une boulangère

Il existe des régularités de construction des noms féminins à partir du nom masculin.
2. Les noms féminins construits sur le radical du masculin
Selon la dernière syllabe du nom masculin, la construction du nom féminin en ajoutant un –e provoque une transformation de la syllabe. Dans tous ces cas, le –e final indique le féminin mais sert aussi à prononcer la dernière syllabe :

Pour les noms en –er et en –ier, l'ajout du –e entraine l'apparition d'un accent grave.
Exemples :
un étranger / une étrangère
un ouvrier / une ouvrière

Les noms en –eur font leur féminin en –euse, quelquefois en –trice.
Exemples :
un coiffeur / une coiffeuse
un auteur / une autrice

► 
Les noms en –en et en –on doublent le n au féminin.
Exemples :
un collégien / une collégienne
un lion / une lionne

Les noms en –in, –ain, –an ne prennent qu'un seul n au féminin.
Exemples :
un faisan / une faisane
un lapin / une lapine
un nain / une naine sauf un paysan / une paysanne.

Pour les noms en –x, la lettre finale se change en s devant le e du féminin.
Exemple :
un époux / une épouse

Pour les noms en –f, la lettre finale se change en v devant le e du féminin.
Exemple :
un veuf / une veuve
3. Écrire les noms féminins avec ou sans -e muet
Certains noms féminins portent un –e final muet, il est alors une indication de genre mais ne sert pas à prononcer la dernière syllabe. Cette règle n'est pas fixe et dépend de la dernière syllabe du mot.
a. Les noms féminins qui se terminent par le son [é]
► Les noms féminins en [é] s'écrivent –ée.
Exemples :
la fumée, une cheminée
sauf une clé (ou clef).

► Les noms féminins en [té] ou [tié] s'écrivent –é.
Exemples :
la liberté, l'amitié, la beauté...
sauf la dictée, la jetée, la montée, la pâtée, la portée.

► Les noms indiquant un contenu tels que « une brouettée », « une pelletée »… sont construits en ajoutant le suffixe –tée qui indique un contenu. Il permet de construire des noms toujours féminins et commande cette orthographe avec un –e muet.
b. Le -e muet des noms féminins
En fonction de sa dernière voyelle, un nom féminin peut s'écrire avec un –e muet qui rappelle qu'il est féminin :

On entend Exemples Exceptions
[i] la vie la fourmi, la brebis, la souris, la nuit, la perdrix
[y] la vue la bru, la glu, la tribu, la vertu
[u] la boue la toux
[ε] la haie la paix, la forêt
[ωa] la joie la paroi, la loi, la foi, la croix, la noix, la voix, la fois
[eu] la queue --


c. Les noms féminins sans -e muet final
► Les noms féminins en –eur ne prennent pas de e.
Exemples :
une fleur, une odeur, une horreur
sauf la demeure et l'heure.

► Les noms féminins en –our ne prennent pas de e.
Exemples :
une tour, une cour
L'essentiel
Le plus souvent les noms féminins se terminent par un e muet qui est la marque caractéristique du genre. Cependant, la formation des noms féminins à partir d'un nom masculin entraine souvent des modifications orthographiques lorsque le –e final s'entend.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents