La IVe République (1947-1958) - Cours d'Histoire Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La IVe République (1947-1958)

L'essentiel

La IVe République née dans le contexte de la Libération est un régime fragile (22 gouvernements se succèdent en 12 ans) et doit affronter un contexte international de décolonisation difficile. Manquant d'autorité, incapable de résoudre la guerre d'Algérie, elle est déconsidérée par l'opinion. C'est à De Gaulle que l'on fait appel, le 3 mai 1958, pour trouver une solution au drame algérien. Ce conflit précipite la fin de la IVe République. C'est pourtant la dynamique économique amorcée alors qui profitera à la Ve République.

1. Une forte instabilité politique
a. Les institutions de la IVe République
Elles marquent un retour à un régime d'Assemblée, véritable contrepoint du régime de pouvoir personnel de Vichy. L'Assemblée nationale est le coeur du système, elle décide de l'ordre du jour, vote seule les lois, investit et renverse les gouvernements. Le Conseil de la République ne donne qu'un avis et le président n'a que deux atouts : la durée de son mandat (7 ans) et la désignation du président du Conseil. Il faut donc, pour que le régime fonctionne, une coalition parlementaire.
b. La « troisième force »
Or, l'action politique des communistes (l'abstention lors du vote des crédits militaires pour l'Indochine en mars, la grève en avril 1947) conduit le président du Conseil Paul Ramadier à renvoyer leurs ministres du gouvernement le 5 mai 1947. Une nouvelle coalition comprenant les socialistes, le MRP et quelques modérés se met en place. La « troisième force » a remplacé le « tripartisme », le RPF et le PCF en sont exclus. Les partis de la « troisième force » ne s'accordent que sur la défense du régime et finissent par se diviser au sujet de la conduite d'une politique économique et sociale.
c. Le retour de la droite
Le gouvernement d'Antoine Pinay et de ses successeurs (1952-1954) replace la droite au pouvoir. En même temps, De Gaulle se retire de la scène politique : c'est pour lui la « traversée du désert ». Pinay mène une politique de déflation qui donne de très bons résultats dans les premiers mois. Mais deux problèmes marquent durablement la politique intérieure : le refus de la CED (Communauté européenne de défense) et les échecs coloniaux : le désastre de Diên Biên Phu, le 7 mai 1954, émeut l'opinion.
d. Le gouvernement de Pierre Mendès France
Ce sont ces problèmes qui amènent Pierre Mendès France à la présidence du Conseil. Supporté par une majorité de centre gauche, il s'impose en choisissant ses ministres sans consulter les chefs des partis, s'adresse au pays par la radio et est appuyé par le journal L'Express. Le 20 juillet 1954, il signe les accords de Genève donnant l'indépendance au Laos, Cambodge et au Viêtnam. Le 31, il amorce l'indépendance de la Tunisie dans la déclaration de Carthage. Enfin, le 30 août, il donne à l'Assemblée nationale le choix de la CED. Mais très vite la droite l'accuse de brader l'Afrique du Nord, le MRP d'abandonner la CED. Il est renversé le 7 février 1955.
2. Affaiblissement et fin du régime
a. Le poujadisme
Pierre Poujade, papetier, anime un mouvement de protestation contre les changements apportés par l'économie moderne, l'Union de défense des commerçants et artisans de France (UDCA). Le discours prend rapidement une tonalité d'extrême droite, antiparlementaire, nationaliste et antisémite. On parle ainsi de poujadisme à partir de 1956.
b. L'instabilité ministérielle
De fait, le régime est fragile : cinq gouvernements se succèdent entre 1955 et 1958. Cette instabilité engendre un manque d'autorité et d'efficacité. L'opinion discrédite très vite le régime.
Le gouvernement doit aussi résoudre les problèmes liés à la décolonisation.
c. La guerre d'Algérie
La guerre d'Algérie débute le 1er novembre 1954 et plonge ses racines dans de profondes inégalités sociales héritées du XIXe siècle et dans une radicalisation du nationalisme algérien. Le plan Soustelle pour l'intégration des Algériens en 1955 arrive trop tard et le gouvernement Guy Mollet (1956-1957) ne parvient pas à mettre fin au conflit. Aussi, le 13 mai 1958, une manifestation à Alger dégénère en émeute ; le Comité de salut public qui est alors établi réclame l'investiture de De Gaulle.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents