Dissolution d'un gaz dans un liquide - Maxicours

Dissolution d'un gaz dans un liquide

1. Solubilité des gaz dans les liquides
Les gaz peuvent se dissoudre dans les liquides. Par exemple, quand on ouvre une bouteille de boisson gazeuse, il y a un dégagement de bulles qui prouve la présence de gaz dans la boisson.
La quantité maximale de gaz que l’on peut dissoudre dans un litre de liquide est la solubilité de ce gaz. La solution obtenue est alors saturée. Ainsi, à 20°C et sous une pression de 105 Pa, il est possible de dissoudre au maximum un litre de dioxyde de carbone gazeux dans un litre d’eau. On dit alors que la solubilité du dioxyde de carbone dans l’eau est de 1L par litre d’eau.

À l’ouverture de la bouteille, la pression du gaz à la surface du liquide diminue rapidement. Une partie du gaz dissous se dégage sous forme de bulles. En 1803, William Henry, physicien britannique, énonce une loi relative à la dissolution des gaz dans les liquides :

À température constante, la quantité maximale de gaz dissous dans un volume donné augmente avec la pression.

Ainsi, à 20°C et sous une pression de 2.105 Pa, il est possible de dissoudre au maximum non pas un litre mais deux litres de dioxyde de carbone par litre d’eau.
2. Effets physiologiques liés aux mélanges gazeux respirés
a. En plongée
La pression en surface est de 1 bar. La pression augmente avec la profondeur à raison de 1 bar tous les 10 mètres. L’azote de l’air (que le plongeur stocke puisque les cellules ne consomment pas d’oxygène) a tendance à se dissoudre dans le sang du plongeur : c’est l’ivresse des profondeurs.

Lorsque le plongeur remonte, la pression diminue et le diazote se dissout plus difficilement ce qui peut former des petites bulles dans le sang ou n’importe où dans l’organisme. Cette bulle, si elle est mal située (cœur, cerveau), peut avoir des conséquences fatales : c’est l’accident de décompression.

Pour éviter cela, il faut remonter lentement, de manière à laisser du temps au diazote pour passer des tissus au sang, puis du sang au poumon où il peut être expiré. On peut même être amené a marquer des pauses dans la remontée : ce sont des paliers de décompression.
b. En altitude
La pression atmosphérique diminue quand on s’élève en altitude. Il en résulte que le dioxygène se dissout moins dans le sang, ce qui entraine une diminution des performances sportives. En très haute altitude, un apport d’oxygène s’avère nécessaire.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité