La métropolisation dans l'Union européenne - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La métropolisation dans l'Union européenne

Objectif : Evitons tout d’abord de confondre trois notions. Une métropole désigne une très grande ville disposant de fonctions de commandement et connectée avec le reste du monde. Une mégapole est une agglomération géante qui regroupe plusieurs millions d’habitants : Paris, Londres sont des mégapoles, alors que Francfort, Milan sont des métropoles au niveau européen. Une mégapole dispose bien sûr de tous les pouvoirs de commandement d’une métropole. Une mégalopole regroupe un ensemble de métropoles. On parle de métropolisation lorsqu’il y a, à la fois, urbanisation croissante et accentuation du rôle de la ville à l’échelon du continent ou du monde.
1. Les métropoles d’Europe
a. La dorsale européenne
La population est très inégalement répartie sur le territoire de l’Union européenne. Une très forte concentration apparaît de Manchester à Milan, villes qui marquent au nord-ouest et au sud est les extrémités d’une ellipse incluant Paris, Francfort et Rotterdam. C’est « l’ellipse européenne » ou la « dorsale européenne » dans laquelle s’inscrivent la plupart des métropoles. Là, outre de très fortes densités de population, se concentrent l’essentiel des flux routiers, les grands aéroports internationaux, la plus grande partie des flux financiers et des flux de communications.
b. Les autres métropoles
A l’extérieur de cette dorsale existent d’autres métropoles. En Espagne, Barcelone et Madrid, en Italie, Rome, mais aussi Berlin et Vienne disposent aussi d’un large pouvoir de décision à l’échelle de l’Union européenne.

Enfin, on identifie des métropoles régionales puissantes dont l’influence s’exerce parfois au niveau national. C’est le cas en France de Lyon ou de Marseille, mais aussi de Naples ou de Copenhague en Italie ou au Danemark.
c. L’exemple de Paris
L’aire métropolitaine parisienne concentre près de 12 millions d’habitants soit 1/5e de la population nationale. Dotée de deux aéroports internationaux, d’un aéroport réservé à l’aviation d’affaires (le Bourget) et, à proximité, d’une quatrième plate forme spécialisée dans le low coast (aéroport de Paris-Beauvais) la métropole parisienne joue un rôle premier dans le réseau des transports aériens. C’est aussi le siège d’une des grandes bourses européennes, le siège de nombreuses sociétés multinationales, la première ville touristique du monde, une des capitales culturelles européennes et la capitale mondiale de la mode, du luxe et de la haute couture, qui exporte ses créations dans le monde entier.
2. Les différents types de réseaux urbains
a. La notion de réseau
Ces métropoles animent autour d’elles un espace plus ou moins important vers lequel sont attirées populations et activités économiques. Cet espace constitue leur zone d’influence à l’intérieur de laquelle se trouvent d’autres villes de moindre importance, l’ensemble constituant un réseau urbain. Celui-ci peut prendre plusieurs formes. La métropole et ses villes satellites sont reliées entre elles par de multiples vecteurs de communication. Les flux de personnes, de biens ou d’informations y sont en effet très développés.
b. Des réseaux urbains polarisés
Dans ce cas là, une métropole unique et isolée au milieu de sa zone d’influence, un pôle, domine l’ensemble d’une région et même tout le territoire national. Dans l’Union européenne, Paris et Londres sont dans ce cas ce qui entraîne de forts déséquilibres régionaux et de fortes inégalités de développement que compensent difficilement, en France, les capitales régionales. Les pouvoirs décisionnels sont encore largement concentrés dans la capitale malgré les lois de décentralisation.
c. Des réseaux bipolaires ou multipolaires
Ici deux ou plusieurs métropoles sont en concurrence pour se partager le territoire, chacune créant sa zone d’influence et il peut y avoir conflit de domination. En Espagne, Madrid, la capitale politique et Barcelone, la capitale économique, organisent l’espace dans un contexte de large autonomie. En Allemagne, état fédéral, le découpage administratif en Länder permet à plusieurs métropoles, de poids comparable, de structurer le territoire national en gommant les inégalités régionales qui existent dans les réseaux polarisés.
3. Les métropoles organisent le territoire de l’Union européenne
a. La métropole dévore l’espace
La métropole, attirant hommes et activités économiques, a tendance à s’étendre en englobant, peu à peu les villes proches. Se crée ainsi un espace mal structuré où se mêlent des zones industrielles, des zones artisano-commerciales, des zones d’habitat, des espaces de loisirs, des complexes sportifs, le tout étant relié par des voies de circulation, par des rocades, par des réseaux ferrés de proximité.

L’aspect qui se dégage alors étant celui d’un espace hétérogène dont la croissance est mal dominée avec des vides. La progression de l’urbanisation se fait souvent le long des axes de communication pour limiter la durée des déplacements et des migrations pendulaires quotidiennes : la distance/temps devenant prioritaire sur la distance/kilomètre dans un contexte de dissociation du lieu d’habitat et du lieu de travail.
b. Y a-t-il une limite à la croissance ?
Les métropoles européennes et les deux mégapoles que sont Londres et Paris constituent déjà la mégalopole européenne qui s’étend sur 1500 kilomètres de Manchester à Milan. Mais le peuplement et l’urbanisation n’y sont pas encore continus.

Si l’on compare la mégalopole européenne avec les autres mégalopoles mondiales, de Tokyo à Osaka, au Japon, sur 450 kilomètres ou bien de Boston à Washington, aux Etats Unis, sur 1000 kilomètres, il apparaît que la tendance sur le long terme est plutôt au renforcement. On peut ainsi penser que cette mégalopole européenne verra se poursuivre le phénomène de métropolisation et que petit à petit les zones d’influence respectives combleront les espaces interstitiels encore vacants avec de nouvelles zones industrielles, avec plus d’urbanisation et le développement de réseaux de communication.
c. Le rôle d’attraction des métropoles
Au niveau mondial, la ville devient le lieu privilégié de habitat et des activités. Dans ce continent de vieille urbanisation qu’est l’Europe ce phénomène de concentration ne surprend pas. Concentration humaine liée à l’emploi mais ainsi aux loisirs, à la qualité des services (santé, éducation), à la diversité des distractions, à l’offre culturelle, sentiment de vivre pleinement sa vie de citoyen, d’appartenir au groupe, réduction des distances/temps qui permettent de s’échapper rapidement vers les espaces « naturels » mais aussi de revenir aussi vite au cœur de la cité, le phénomène de concentration humaine et urbaine, de métropolisation est intrinsèquement lié à l’évolution des modes de vie.
L’essentiel
Comme les autres espaces urbanisés des pays développés, mais aussi comme dans de nombreux pays émergents, le cœur de l’Union européenne s’organise autour d’un réseau de métropoles qui se densifie. On peut penser que ce phénomène se poursuivra dans le futur. Il convient dès lors de s’interroger sur les conséquences de cette métropolisation, que rien ne semble pouvoir ralentir, en termes d’organisation de l’espace, d’accentuation des déséquilibres économiques et de coût social.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents