Electrotechnique

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Electrotechnique. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Electrotechnique, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Electrotechnique / BEP Maintenance des systèmes mécaniques automatisés
Freinage d'un moteur à courant continu  
  • 1. Freinage rhéostatique
  • 2. Freinage par contre-courant
  • 3. Freinage par récupération d'énergie
  • 4. Résumé sur le freinage

Pour arrêter un moteur à courant continu, on doit appuyer sur le bouton d'arrêt afin de couper l'alimentation. En coupant l'alimentation, la vitesse diminue graduellement sous l'effet des pertes par frottement.

Le moteur prend un certain temps pour s'arrêter.

Dans certaines applications, il faut freiner le moteur rapidement.

Parmi les méthodes de freinage, vous allez étudier :

le freinage rhéostatique ;

le freinage par contre courant ;

le freinage par récupération d'énergie.

1. Freinage rhéostatique

Le freinage rhéostatique consiste à ouvrir le circuit de l'induit et à le raccorder aux bornes d'une résistance afin que la puissance emmagasinée dans le moteur soit dissipée dans cette résistance.

Lorsqu'on coupe l'alimentation de l'induit, le champ étant toujours alimenté, le moteur devient alors une génératrice à excitation séparée qui fonctionne à vide.

En raccordant une résistance R aux bornes de l'induit, la tension induite produit un courant circulant dans le sens inverse dans cette résistance. Il en résulte un couple de freinage d'autant plus grand que ce courant est grand.

En pratique, on choisit la résistance R telle que le courant de freinage, soit environ deux fois le courant nominal. Le moteur fonctionne dans le quadrant 2 ou 4.

La tension induite diminue progressivement au fur et à mesure que le moteur ralentit. Le courant décroît également. Par conséquent, le couple de freinage diminue et s'annule lorsque le moteur cesse de tourner. Pour un freinage plus rapide, on diminue la résistance de freinage R.

La figure suivante vous montre un schéma du freinage rhéostatique.

En appuyant sur le bouton de marche S2, la bobine du contacteur KM1 enclenche ses contacts de puissance KM1 (1-2 et 3-4), ce qui alimente le moteur.

La résistance de freinage est mise hors-circuit par le contact O de KM1 (5-6) branché en série.

En appuyant sur le bouton d'arrêt, les contacts de puissance KM1 s'ouvrent et le contact O de KM1 se ferme. A ce moment, l'induit débite son courant dans la résistance de freinage R. Le moteur s'arrête lorsque le courant s'annule.

Ce genre de

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte