Une puissance industrielle de premier plan - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Une puissance industrielle de premier plan

L'essentiel

Troisième puissance industrielle mondiale, l'Allemagne s'appuie sur un système économique qui accorde une grande place aux industries de transformation. Les grandes entreprises, les konzern, constituées au XIXe siècle représentent encore la base d'un système de production qui s'internationalise grâce à des entreprises puissantes (Daimler-Benz par ex.). Le secteur secondaire allemand a su se moderniser et jouer la carte des hautes technologies tout en conservant une industrie lourde très performante. L'espace industriel allemand doit désormais effectuer une reconversion partielle tout en intégrant les espaces industriels de l'ancienne RDA.

1. La troisième puissance industrielle du monde
a. Une grande capacité de production
L'Allemagne se place au troisième rang mondial derrière les Etats-Unis et le Japon. L'industrie représente environ 38 % du PNB de l'Allemagne et regroupe près de 35 % des actifs. La chimie, l'énergie, les machines-outils, l'électronique, la sidérurgie et l'aéronautique sont autant de secteurs de production qui assurent aux entreprises allemandes une place parmi les grandes entreprises internationales. Daimler-Benz est le 9e groupe mondial avec un chiffre d'affaires de 356 milliards de $ en 1995. La production allemande est impressionnante : le pays est le 3e producteur mondial d'automobiles ; 20 % des machines vendues dans le monde sont allemandes.
b. Les grandes entreprises assurent la puissance industrielle
Les konzern, grands groupes privés, dominent la production. Nés au XIXe siècle, ils ont diversifié et internationalisé leurs activités. Ils représentent 32 % des actifs et 40 % du chiffre d'affaires de l'industrie. Le groupe Thyssen est spécialisé dans la sidérurgie, les ascenseurs, les machines-outils et investit dans les télécommunications. Le konzern Daimler-Benz est composé de Mercedes, Deutsche Aerospace, la division services (finances, assurances, télécommunication) et les divisions ferroviaires, microélectroniques et motorisation. Toutefois, il faut ajouter les 13 000 petites et moyennes entreprises à capitaux familiaux (45 % de l'emploi dans ce secteur).
2. Une industrie performante
a. Des industries lourdes aux biens de consommation
L'Allemagne a créé sa puissance industrielle sur les industries lourdes, notamment la métallurgie (28 % de l'acier européen est produit dans la Ruhr). Le pays est l'un des premiers constructeurs mondiaux de machines. L'électronique et l'automobile (premier rang pour le chiffre d'affaires) sont deux branches particulièrement dynamiques.
b. Les atouts du développement industriel
L'industrie s'appuie sur des organismes de recherche performants qui lui assurent une haute technicité. Ces organismes sont financés par les sociétés industrielles et par l'Etat. Les instituts de recherche ont gagné une réputation internationale (ex.  : la Max Planck Gesellschaft regroupe 5 000 chercheurs dans 70 instituts, avec un budget de 614 millions d'euros). Le dynamisme de la recherche et de l'industrie est renforcé par la participation des banques (ex.  : la Deutsche Bank participe à hauteur de 24,4 % du financement des secteurs automobiles et aéronautiques de Daimler-Benz).
3. Un espace productif en cours de réorganisation
a. Une concentration industrielle à proximité des grandes villes
Les villes et les grandes agglomérations concentrent les 2/3 des emplois industriels. Berlin et Munich sont les plus grandes villes industrielles (respectivement 220 000 et 160 000 emplois). La concentration industrielle principale, formée de l'ensemble rhéno-westphalien et de la Ruhr, accueille des centres de production secondaire mais le nombre de sites relevant des activités tertiaires (tertiaire industriel) est en augmentation significative, traduisant les mutations de l'industrie allemande. Les régions anciennes de l'industrie lourde (Ruhr, Rhin-Westphalie, villes industrielles et portuaires de la mer du Nord) sont des espaces en cours de reconversion. On observe des redéploiements vers les nébuleuses industrielles du Sud basés sur Frankfort, Munich, Nuremberg, Stuttgart et en direction des Länder orientaux dont la modernisation s'effectue grâce aux financements européens et nationaux.
b. Un espace de production qui s'internationalise
L'importance des coûts salariaux et des prélèvements sociaux représentent un frein pour les entreprises, ajouté à la valeur élevée de la monnaie. Les entreprises se sont engagées dans une politique de délocalisation. Environ 35 % de la production automobile allemande sont réalisés hors des frontières nationales : les usines de montage de la Smart sont installées en Moselle par Mercedes ; Volkswagen, premier constructeur automobile européen en 1997 couvre 17 % du marché mondial de l'automobile et fait réaliser ses véhicules dans des pays étrangers (Pologne par exemple) où les coûts salariaux sont bien plus faibles qu'en Allemagne (358 euros contre 2 045 euros par mois en Allemagne). Le groupe Siemens a également orienté sa production à l'étranger et il a supprimé 7 000 emplois en Allemagne pour en créer 4 000 à l'étranger.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents