Ricardo : l'échange international et la croissance économique - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Ricardo : l'échange international et la croissance économique

David Ricardo (1772-1823) est tout à la fois un praticien de l'économie (il fait fortune en spéculant) et un théoricien. Il s'intéresse entre autres aux thématiques du commerce international, des rentes de la terre, et de l'impôt. Son ouvrage majeur reste les Principes de l'économie politique et de l'impôt (1817).
1. La spécialisation internationale et le libre échange
a. La théorie des avantages comparatifs
Ricardo propose une analyse originale du commerce international que l'on synthétise par l'exemple du commerce du drap et du vin, entre l'Angleterre et le Portugal. Que se passe-t-il si l'un des deux pays (l'Angleterre) est moins efficace que l'autre et doit employer plus d'hommes pour produire autant ?


Selon la théorie de l'avantage absolu d'A. Smith, il ne peut y avoir d'échange inter-branches entre les deux pays, les produits anglais étant trop coûteux pour qu'il soit possible de les exporter au Portugal. L'originalité de Ricardo est d'avoir démontré que, même dans ce cas, le commerce international était possible et mutuellement bénéfique, le Portugal se spécialisant dans la production où sa supériorité est la plus forte (le vin) et l'Angleterre dans celle où son infériorité est la moins grande (le drap).

En effet, Ricardo montre que le Portugal « préférerait tirer [son drap] d'un autre pays où il faudrait 100 ouvriers pour le fabriquer, parce qu'il trouverait plus de profit à employer son capital à la production de vin ». Les avantages comparatifs expliquent donc depuis lors les spécialisations et l'intérêt du libre échange international : aucun pays ne peut être exclu des échanges. Le pays le plus compétitif dans tous les domaines a lui-même intérêt à se spécialiser, à l'identique d'un avocat excellent dactylographe délaissant le travail de frappe à sa secrétaire pour mieux suivre ses dossiers.
b. Gains de l'échange et développement du commerce
Pour Ricardo, les écarts de coût s'expliquent par des avantages naturels propres aux pays, mais aussi par des avantages artificiels, tels « les perfectionnements dans les arts et les machines ». Les pays pauvres ont alors intérêt à se spécialiser dans les productions riches en main-d'œuvre car les coûts salariaux y sont plus bas, les pays riches s'arrogeant les activités riches en capital. Au total, le développement du commerce international se fait alors au bénéfice de tous : il y aura une hausse de la production mondiale.

De plus, les profits des industriels pourront progresser grâce à la diminution des salaires. Il faut donc que les prix des consommations ouvrières soient faibles, pour pouvoir modérer leurs salaires. Ricardo veut donc un ajournement des Corn Laws, ces lois limitant les importations de blé en vigueur sur le sol anglais. L'importation de blé moins cher permettrait de baisser les salaires puisque le pain serait moins cher, et donc d'accroître la productivité et d'augmenter les profits.
2. Les débats sur la nature du libre échange
a. Le protectionnisme en question
La critique de l'analyse ricardienne s'appuie sur l'idée d'un protectionnisme éducateur (List, 1841). Les industries dans l'enfance n'ont au départ pas la compétitivité suffisante pour s'affirmer face aux concurrents internationaux car elles n'ont pas encore atteint les niveaux nécessaires d'économies d'échelle ou d'expérience. Plutôt que de décréter l'abandon de ces industries au profit d'une spécialisation uniquement fondée sur les activités sans grande maîtrise technique, il faut les protéger dans une phase transitoire, pour leur permettre de s'affirmer par la suite dans la compétition mondiale.

Les politiques commerciales stratégiques sont un bon exemple de ce protectionnisme éducateur : en choisissant de subventionner Airbus face à Boeing dans la construction d'un avion moyen porteur (ce qui revient à imposer une barrière à l'entrée de Boeing), l'Europe s'est assurée de la présence sur son sol d'un fabricant d'avions, avec de larges retombées économiques et technologiques.
b. Des interrogations sur la logique des échanges contemporains
Les échanges entre nations ne s'expliquent aujourd'hui que partiellement grâce à Ricardo. Ainsi, si les pays développés exportent des biens intensifs en technologies et les PED  (Pays en développement) des produits banalisés, le monopole technologique du Nord est continuellement érodé par les transferts technologiques. Il ne peut être maintenu que par des innovations constantes. La spécialisation ne peut donc être statique : elle dépend du cycle de vie des produits.

De plus, les consommateurs des PDEM (Pays développés en économie de marché) affirment un besoin de variété des produits, ce qui implique des échanges croisés de biens similaires. La spécialisation n'est donc pas la seule cause du commerce mondial.
L'essentiel

Pour Ricardo, le libre échange augmente la richesse mutuelle, chaque pays devant se spécialiser dans la production pour laquelle son avantage comparatif est le plus fort. Cette thèse libérale oublie pourtant l'intérêt du protectionnisme éducateur.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents