Pollution des réservoirs d'eau douce - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Pollution des réservoirs d'eau douce

Objectif
les réservoirs naturels et superficiels sont sensibles aux pollutions biologiques ou chimiques.
Quels sont les différents types de pollution contre lesquelles l’Homme doit lutter ?

1. Introduction
Les activités humaines, qu’elles soient industrielles, urbaines ou agricoles produisent des quantités de substances polluantes à l’origine de différents types de pollutions : pollutions organiques, chimiques ou biologiques. Ces polluants sont ensuite soit émis dans l’atmosphère, soit évacués dans les eaux usées, soit répandus sur les sols. La plupart de ces polluants finissent par rejoindre les milieux aquatiques, en particulier les eaux de surface et les eaux souterraines qui seront utilisées pour notre consommation.

2. La pollution par les matières organiques

Les matières organiques à l’origine de pollutions proviennent de déchets rejetés sans traitements préalables :
– déchets domestiques : ordures ménagères, excréments… ;
– déchets agricoles : lisiers et purins ;
– déchets industriels : papeterie, huilerie, abattoirs, laiterie, tannerie…

Par exemple, une ville de 100 000 habitants déverse environ 18 tonnes de matières organiques par jour dans ses égouts. Certaines substances organiques sont biodégradables et peuvent donc être décomposées et éliminées de façon naturelle (à condition qu’elles ne soient pas en excès) : on parle d’auto-épuration par le milieu (les matières organiques sont dégradées grâce à l’action de micro-organismes présents naturellement dans le milieu).

Les eaux usées sont le plus souvent collectées et traitées dans une station d’épuration (les eaux y subissent un traitement biologique similaire au phénomène d’auto-épuration naturel) : les eaux épurées peuvent ensuite être rejetées dans le milieu.

Le traitement des eaux usées dans une station d’épuration permet également de débarrasser l’eau des agents pathogènes (bactéries, virus…) qu’elle est susceptible de contenir. Les matières organiques, notamment les déjections, contiennent des microbes qui sont ensuite véhiculés par l’eau.
Les eaux non traitées, en particulier dans les pays en voie de développement, font encore aujourd’hui des milliers de victimes suite à l’absorption d’une eau impropre à la consommation.

3. La pollution chimique
Les responsables de la pollution chimique sont essentiellement les nitrates, les phosphates et les pesticides.
a. La pollution par les nitrates

En France, la présence de nitrates dans les eaux provient à :
– 66 % de l’agriculture : épandage de doses massives d’engrais azotés et de lisiers ;
– 22 % des rejets des collectivités ;
– 12 % de l’industrie.

Les nitrates sont très solubles dans l’eau et constituent actuellement la cause principale de pollution des grands réservoirs d’eau souterraine : ils sont entraînés par ruissellement ou par infiltration et se retrouvent dans les eaux superficielles ou dans les nappes phréatiques. Dans certaines régions, le taux de nitrates dans l’eau dépasse la valeur de 50 mg/L (valeur qui correspond à la norme retenue pour les eaux potables par l’OMS) ; une telle eau doit être naturellement traitée pour pouvoir être consommée, car, ingérés en fortes quantités, les nitrates sont toxiques pour la santé.

Les nitrates sont naturellement consommés par les végétaux ; or, il existe un fort déséquilibre entre les apports en nitrates sous forme d’engrais et ce qui est réellement consommé par les végétaux. Aussi, même en arrêtant de fertiliser les sols aujourd’hui, il faudrait plusieurs décennies avant de retrouver une situation normale.

b. La pollution par les phosphates

• L’origine
En France, les phosphates rejetés dans l'environnement proviennent :
– des engrais utilisés en agriculture ;
– de l'industrie ;
– des déjections humaines ;
– des détergents phosphatés (lessive, produits pour lave-vaisselle...).

La pollution par les phosphates est à la fois à l'origine d'une pollution ponctuelle avec les excréments humains et l'utilisation des détergents, et d'une pollution diffuse avec l'utilisation d'engrais.

• Les conséquences
Bien qu’ils ne soient pas toxiques pour les animaux et les végétaux, les phosphates ont des répercussions dramatiques pour l’environnement dès qu’ils sont en fortes concentrations. En effet, ils constituent, avec les nitrates, de véritables engrais pour les milieux aquatiques qu’ils enrichissent : en leur présence, les végétaux aquatiques se multiplient très rapidement et envahissent petit à petit l’étendue d’eau, la limpidité de l’eau diminue et le rayonnement solaire a du mal à franchir ces eaux devenues troubles ; les végétaux aquatiques finissent par mourir en profondeur. Il s’en suit une diminution de la teneur en dioxygène dissous dans l’eau et certaines espèces de poissons finissent par disparaître totalement : c’est le phénomène d’eutrophisation.

• Solutions envisageables
Deux solutions existent. La première serait de déphosphater les eaux usées dans les stations d’épuration, toutefois ce procédé est très coûteux. La seconde serait d’interdire l’emploi de phosphates dans les lessives et de trouver une substance de remplacement : certains pays ont déjà adopté l’interdiction des phosphates dans les lessives et leur remplacement par des produits de substitution tels que le nitrilotriacétate (utilisé en Suisse et au Canada, mais dont l’usage est interdit en France, car ses effets à long terme ne sont pas connus) ou les zéolithes.

c. Pollution par les pesticides
La grande famille des pesticides comprend, entre autres, les insecticides, les fongicides, les raticides et les herbicides. Ces produits sont largement utilisés par les agriculteurs pour lutter contre les organismes jugés nuisibles ou indésirables pour les cultures.
Toutefois, l’utilisation de ces produits peut non seulement avoir un effet néfaste sur la biodiversité (notamment lorsque ces produits touchent des organismes non visés), une toxicité élevée pour l’Homme, mais aussi entraîner une pollution des eaux de captage.

En effet, une grande partie de ces produits chimiques est dispersée dans l’atmosphère et disséminée parfois loin du lieu d’utilisation ; les pesticides retombent alors avec les pluies directement dans les plans d’eau ou sur les sols où ils sont entraînés par ruissellement ou par infiltration. Une grande part de cette pollution provient de négligences humaines, de techniques d’utilisation défectueuses…
Il s’agit ici d’une pollution diffuse qui contamine les cours d’eau, les eaux souterraines… La détection de l’origine de la pollution est donc difficile à déceler.


L’essentiel

Les réservoirs d’eaux douces sont sensibles à la pollution et doivent donc être protégés.
Il existe plusieurs types de pollution : elle peut être organique, biologique ou chimique.
De nombreuses mesures commencent à être mises en place afin de limiter peu à peu les différents types de pollution.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents