Mouvements sociaux et actions collectives - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Mouvements sociaux et actions collectives

Étudiant les différentes formes de discordes possibles, G. Simmel constate que la fonction des conflits est unique : il s'agit de rétablir à terme l'unité du groupe, qui a été rompue provisoirement. De la sorte, le conflit assure tout à la fois la cohésion du groupe et le changement social. Les conflits se manifestent aujourd'hui principalement par des mouvements sociaux.
1. L'émergence des mouvements sociaux
a. De nouvelles formes de conflits
Le travail était la source essentielle des conflits dans la société industrielle. Dans une société « post-industrielle » en revanche, les mouvements sociaux sont en lutte non pas contre un groupe dominant ou pour défendre une position économique, mais pour contrôler les orientations sociales de la société ou proposer de nouvelles valeurs culturelles. Il peut s'agir par exemple de défendre ou d'améliorer la place des jeunes et des étudiants dans la société, en promouvant de nouveaux droits spécifiques.

L'économie et le travail passent donc au second plan dans ces nouvelles formes de conflits. Par extension, on parlera de mouvements sociaux pour qualifier toute action collective revendicative en faveur d'une cause matérielle ou immatérielle.
b. De nouveaux modes d'organisation collective
Les luttes sociales apparues dans les années 1960-1980 reflètent bien cette évolution : elles tendaient à changer la société dans son ensemble, et n'étaient pas de simples mouvements de mécontentements. Quatre mouvements sociaux sont souvent répertoriés : les luttes étudiantes, régionalistes, antinucléaires et féministes. Leurs caractéristiques étaient de rassembler des groupes sociaux divers de manière assez discontinue, sans être véritablement institutionnalisés dans une organisation solide ou un parti.

Les mouvements féministes ont par exemple eu un double objectif : faire progresser les droits des femmes, notamment dans l'accès au travail et le choix libre de la procréation, mais aussi et surtout modifier les rapports entre les deux sexes, vers plus d'égalité, sans domination des uns sur les autres. Le projet était donc bien la transformation en profondeur de la société.
2. L'action collective en question
a. Mobilisation collective et groupes de pression
Pour autant, une ambiguïté persiste aujourd'hui : les nouveaux mouvements sociaux sont-ils véritablement en lutte pour faire évoluer la société ? Il peut tout aussi bien s'agir de groupes de pression, plus soucieux de préserver une position sociale acquise ou plus intéressés par la préservation d'une qualité de vie menacée, que de transformer véritablement la société. Combien de personnes se découvrent ainsi écologistes quand elles apprennent qu'une centrale nucléaire s'installera à proximité de leur habitat ?

En outre, l'importance réelle de ces mouvements sociaux pose parfois problème. Certains disparaissent rapidement une fois le problème réglé ou moins médiatisé. D'autres deviennent moins populaires (c'est le cas de la lutte contre le racisme qui était plus fort dans les années 1980-1990).
b. Les stratégies de « passager clandestin »
L'autre question récurrente reste celle de l'investissement réel des individus dans de tels mouvements sociaux. M. Olson a montré que l'existence objective d'un groupe d'individus aux intérêts communs n'entraîne pas automatiquement l'apparition d'actions collectives. Par ailleurs, à mesure que la taille du groupe augmente, la probabilité d'action commune décline. Une analyse coût/avantage justifie souvent l'intérêt de la non-participation individuelle. En effet, l'individu profite alors des actions d'autrui, sans avoir lui-même à s'engager. La stratégie la plus efficace du point de vue individuel est donc bien celle du passager clandestin. Seul problème : lorsque chacun raisonne de la sorte, il n'y a pas d'action collective possible.

Pour lutter contre ces phénomènes on peut alors :

- Proposer une action dont le coût est faible (par exemple faire signer une pétition).
- N'octroyer les bénéfices de l'action collective qu'à ceux qui y ont participé (c'est le cas pour les syndicats en Suède).
- Stigmatiser les personnes qui ne participent pas (ce qui est plus facile dans un groupe restreint où les relations sont proches entre les individus).
L'essentiel
Les conflits ont évolué vers des préoccupations plus sociales et culturelles, au détriment des anciens conflits de classes. L'objectif des nouveaux mouvements sociaux est de changer en profondeur les valeurs et les représentations de la société. Cependant, ces mouvements sont moins organisés et plus épisodiques, et leurs actions collectives sont soumises à une participation individuelle qui fait parfois défaut.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents